% Déclaration d’ATTAC Argentine %

Refusons la poursuite des négociations du Traité de Libre échange entre Mercosur et l’Union européenne

29 février par ATTAC/CADTM Argentina

ATTAC Argentine, membre du réseau latino-américain CADTM-AYNA, exprime son opposition à la réouverture des négociations en vue de la signature d’un Accord de Libre Echange (ALE) entre les pays du Mercosur Mercosur Le Mercosur est une zone régionale de coopération économique du Cône Sud (marché du Cône Sud) qui rassemble le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, en plus de deux pays associés, le Chili et la Bolivie. et l’Union européenne, qui ont été récemment relancées par le gouvernement de Mauricio Macri.

Lors de la récente visite du président français, François Hollande, venu en Argentine avec une délégation de 30 entrepreneurs, l’un des points mis à l’agenda bilatéral par l’Argentine était que la France débloque les négociations du traité, gelées depuis 2004. À cette époque, tant le Brésil que l’Argentine, ainsi que d’autres pays du Sud, exigeaient l’ouverture du secteur agricole européen en échange de l’ouverture des secteurs industriels et des services, demandée par les pays du Nord, la demande actuelle est que le gouvernement français intervienne pour débloquer les négociations afin de parvenir à la signature de l’accord.
Cette position du gouvernement argentin ne nous surprend pas. Déjà pendant la campagne présidentielle, Cambiemos, le Front de Mauricio Macri, disait ouvertement que l’Argentine devait “entrer dans le XXIe siècle et échanger économie et culture”. D’où les efforts du nouveau gouvernement pour se rapprocher d’accords régionaux tels que l’Alliance du Pacifique, pour signer des accords bilatéraux avec les États-Unis et approfondir les relations commerciales avec l’Union européenne.
La signature d’un ALE avec l’UE n’est pas une nouveauté en Amérique latine. Le bloc européen a déjà signé des accords avec le Mexique, la Pérou, la Colombie, le Chili et l’Équateur, ainsi qu’avec plusieurs pays d’Amérique centrale. Dans tous ces cas, les négociations se sont déroulées sans participation de la société civile et du pouvoir législatif, qui n’ont jamais pu avoir accès aux avant-projets des négociations. Le texte des accords n’a été rendu public qu’après leur signature et le pourquoi de ce manque de transparence est apparu au grand jour : les accords entraîneront des résultats négatifs considérables et de nombreux avantages promis ne se sont jamais concrétisés. Pour les pays latino-américains, les accords ont entraîné l’abandon de toute protection des chaînes productives nationales, de leurs industries et de leurs PME ainsi que de toute possibilité d’existence d’entreprises publiques qui garantissent la fourniture, par exemple, de services publics tels que l’éducation et la santé. Les effets sur les travailleuses et travailleurs sont aussi extrêmement négatifs, tant au niveau des pertes d’emploi que de l’élargissement d’une économie de services, qui entraîne à son tour la suppression de milliers d’emplois. Ces accords ne tiennent pas compte non plus des grandes asymétries existantes entre ces pays et ceux de l’UE qui est considérée comme la principale puissance commerciale mondiale.
De façon générale, les ALE reposent sur le présupposé que le libre commerce en soi serait un moteur de développement économique et social. Mais, de la même façon que nous avons dénoncé, il y a 10 ans de cela, l’ALCA, nous devons dénoncer aujourd’hui les autres variantes du libre échange, tels les ALE promus par l’Union européenne. C’est pourquoi nous exigeons le retrait du gouvernement argentin de la table des négociations de cet accord.
ATTAC Argentine exprime son opposition à toute avancée du libre échange dans la région et appelle à lancer le débat et rechercher des formes d’organisation autonome et démocratique afin de construire des propositions alternatives d’intégration régionale qui favorisent les intérêts des peuples.



NON aux ALE !
NON au Traité de libre échange Mercosur Mercosur Le Mercosur est une zone régionale de coopération économique du Cône Sud (marché du Cône Sud) qui rassemble le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, en plus de deux pays associés, le Chili et la Bolivie. - Union européenne !
OUI à l’intégration des peuples !
Le monde n’est pas une marchandise !

ATTAC Argentine / Buenos Aires
Montevideo 31, 2° piso - Ciudad de Buenos Aires
(011) 4381-5574
http://attacargentina.com.ar
Twitter : @attacargentina
Facebook : http://www.facebook.com/attac.argentina

Traduction(s)