printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Italie : Climat, dettes et syndémie
par Antonio De Lellis
15 décembre 2021

Existe-t-il une relation entre épidémie, dette et changement climatique ? La relation et les interconnexions sont dues au fait que l’augmentation de la dette publique et en général la dégradation des comptes publics ont été nécessaires pour soutenir les confinements et la reprise des activités. Mais il en sera de même pour activer les politiques de lutte contre le changement climatique.

Qu’en sera-t-il de nos comptes publics qui se dégradent au gré d’une finance spéculative ? Quels scénarios géopolitiques devrons-nous affronter ? Est-il possible de neutraliser les effets de la finance et encore est-il possible de ne pas en dépendre ou de ne pas laisser les pays les plus endettés et marginaux à la merci du marché ?

Combien a coûté la pandémie à chaque italien ou mieux encore, la syndémie ? Baisse du PIB nominal par habitant : 2.371 euros. De combien la dette a augmenté ? Augmentation de la dette par habitant : 3.049 euros.

Donc le Covid-19 a coûté en moyenne 5.420 euros par habitant. Qu’en est-il des aides de l’État par habitant ? L’aide de l’État a été de 1.868 euros , 513 euros de moins que la perte de PIB par habitant.

En Allemagne,nous avons eu une différence positive entre les aides de l’État et la perte de PIB égale à +1.841 euros, et en France -120 euros.

Au 31 décembre 2020, la dette des administrations publiques s’élevait à 2569,3 milliards d’euros ; fin 2019, la dette s’élevait à 2409,9 milliards (134,7 % du PIB). Un endettement élevé n’est plus forcément considéré comme un problème ou une limitation (le prix de la dette s’annule sous l’effet des politiques des banques centrales) mais rien ne garantit qu’on ne reviendra pas à l’austérité. Le système pense qu’il va éviter l’austérité en espérant une croissance mais la croissance en plus d’être l’ennemi de la durabilité, dépend de trop de variables, y compris internationales et il n’y a aucune certitude à ce propos.

Cela pour dire qu’un plan b serait utile pour réfléchir sur la façon de traiter la dette comme alternative à la croissance et/ou à l’austérité. Par exemple, inclure également dans le calcul la capacité de solvabilité future en fonction du vieillissement et d’autres paramètres ; inclure également la dette privée,dans un monde où les taux d’intérêt sont bas, la dette publique n’est pas un problème (taux de croissance supérieurs aux rendements des obligations souveraines), transférer à la caisse de dépôts et de prêts (CDP) une partie des actifs de l’État en garantie pour permettre à la CDP de relever de nouvelles dettes, en émettant des obligations sans que celles-ci soient comptabilisées dans la dette publique.

En tant que CADTM nous proposons les alternatives suivantes :

  1. annulation de la dette illégitime
  2. neutralisation de la dette légitime du covid
  3. réforme fiscale
  4. absorption par la BCE

Presque toute l’augmentation de la dette publique italienne en 2020 et probablement en 2021 est envers la BCE. La perspective la moins fascinante est que l’Italie continue d’avancer avec des demandes de dérogation, confirmant le plan de remboursement sur dix ans basé sur l’austérité (modéré et soutenable ?) et sur l’efficacité du PNR qui repose pourtant sur un solde net minimum et sur des estimations toujours fragiles.

Et revenons à la question initiale.

Si la finance spéculative a un impact profond par le biais de la dette, déterminant ainsi : chaos climatique (banques fossiles) ; conflits armés (financement nucléaire) ; migrations forcées marquantes, comment neutraliser l’effet des maîtres du climat ? Maintenant il n’y a pas de banque ou de multinationale qui ne s’engage à atteindre zéro émission d’ici 2050 et à aider les pays pauvres dans ce sens où plus de 2 milliards d’habitants utilisent encore le bois comme seul ou principal combustible.

Si la finance entre sur le grand marché des prêts pour lutter contre le changement climatique, n’obtiendrons-nous pas l’effet inverse ? Autrement dit, les maîtres du climat ne deviendront-ils pas de plus en plus les maîtres du monde ?


Antonio De Lellis

est membre du CADTM Italie