printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Communiqué de presse
Le CADTM demande la fin des engagements non tenus sur l’aide au développement
par CADTM
9 juillet 2005

Lors du sommet de Gleneagles qui vient de s’achever, les dirigeants des pays du G8 ont annoncé une augmentation de 50 milliards de dollars de leur aide publique au développement (APD) d’ici 2010, soit un doublement par rapport à l’APD actuelle.

Le CADTM tient à rappeler qu’il y a 35 ans, en 1970, les pays riches s’étaient engagés à porter leur APD à 0,7 % de leur revenu national brut (RNB), promesse renouvelée plusieurs fois depuis. Aujourd’hui, l’APD des pays riches s’élève à seulement 0,25 % de leur RNB, nécessitant donc un triplement pour que l’engagement de 1970 soit enfin tenu. L’annonce de Gleneagles est donc un recul face à cet engagement précédent.

De plus, l’APD va augmenter en 2005 d’au moins 15 milliards de dollars sans qu’aucune somme supplémentaire ne soit déboursée pour le développement des pays du Sud, simplement parce que l’accord signé en novembre 2004 par les pays du Club de Paris prévoit une annulation de 80 % de la dette publique de l’Irak à leur égard (dont 30 % dès le 1er janvier 2005) [1].

Par conséquent, le CADTM sera très vigilant sur la réalité des augmentations éventuelles, d’autant qu’une part importante de l’APD revient dans le pays donateur (achat d’aliments, de médicaments, d’équipements, fret, missions d’experts, etc.) et que l’APD est un vaste fourre-tout. En effet, elle inclut notamment les remises de dette, l’aide des Etats-Unis à l’Afghanistan et à l’Irak, et les frais d’accueil des réfugiés originaires des pays du tiers-monde. La promesse de doubler l’APD d’ici 2010 est donc sujette à caution.

Dans ces conditions, le CADTM demande de véritables mesures de redistribution de la richesse sur la planète, qui, accompagnées d’une annulation totale et inconditionnelle de la dette extérieure publique des pays en développement et de l’abandon des politiques d’ajustement structurel, sont seules à même d’apporter une solution juste et durable au problème dramatique d’une pauvreté galopante.

Comité pour annulation de la dette : doublement de l’aide « sujette à caution »

PARIS, 8 juil 2005 (AFP) - Le Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) a estimé vendredi soir dans un communiqué que la promesse du G8 de doubler l’aide aux pays les plus pauvres d’ici 2010 était « sujette à caution » et les a appelés à respecter leur engagement de 1970.

« La promesse de doubler l’aide publique au développement d’ici 2010 est sujette à caution », affirme le CADTM, qui indique qu’il sera « très vigilant sur la réalité des augmentations éventuelles ».

Le CADTM rappelle qu’« en 1970 les pays riches s’étaient engagés à porter leur aide publique au développement (APD) à 0,7% de leur revenu national brut (RNB), promesse renouvelée plusieurs fois depuis ».

Or « aujourd’hui, souligne le comité9, l’APD des pays riches s’élève à seulement 0,25% de leur RNB, nécessitant donc un triplement pour que l’engagement de 1970 soit tenu ». Selon le CADTM, « l’annonce de Gleneagles est donc un recul face à cet engagement précédent ».

Le Comité estime d’autre part que l’aide publique au développement est « un vaste fourre-tout » dont une part importante « revient dans le pays donateur (achat d’aliments, de médicaments, de fret, missions d’experts, etc.) ». « Elle inclut notamment les remises de dette, l’aide des Etats-Unis à l’Afghanistan et à l’Irak et les frais d’accueil des réfugiés originaires des pays du tiers-monde », explique-t-il.

A l’issue du sommet de Gleneagles (Ecosse) vendredi, les dirigeants du G8 se sont engagés dans un communiqué final à doubler d’ici 2010 l’aide aux pays les plus pauvres.

Le CADTM est un réseau international constitué de membres et de comités locaux basés en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie, « partie prenante du mouvement altermondialiste », selon son site.


Notes :

[1Voir analyse détaillée dans Damien Millet, Eric Toussaint, « Les faux- semblants de l’Aide Publique au Développement » in Le Monde diplomatique, juillet 2005, p. 8.

CADTM