printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Deux banderoles déployées sur les Institutions européennes ce 19 décembre
Photos et vidéos
par CADTM Belgique
19 décembre 2014

A l’occasion de l’encerclement du conseil européen organisé ce matin par l’Alliance D19-20, le CADTM et Quinoa – tous deux membres de l’Alliance – ainsi que plusieurs militant.e.s ont déployé deux grandes banderoles sur les bâtiments de la Commission européenne et du futur Conseil européen.

Plus de photos ici

« STOP TTIP, STOP AUSTERITY AND DROP THE DEBT »


« MERRY CRISIS AND HAPPY AUSTERITY »

Pourquoi ces deux cibles ?

Parce que la Commission européenne négocie depuis juillet 2013 un accord de libre-échange mortifère avec les États-Unis (le TTIP). Parce qu’elle vient de clôturer le même type de traité avec le Canada (le CETA), ainsi que des Accords de partenariat économique (APE) avec plusieurs pays africains. Parce que ces accords sont négociés en secret, laissant de côté les instances élues et la population en général. En revanche, la Commission européenne convie les lobbies à participer activement à leur élaboration.

Parce que la Commission européenne impose aux États membres de l’Union une soi-disant « rigueur budgétaire », faisant du remboursement de la dette publique une priorité absolue. Parce que cette dette publique – de Grèce jusqu’en Belgique – est d’origine, le plus souvent, illégitime, odieuse voire illégale. Parce que, accompagnée de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international qui forment avec elle la fameuse Troïka (au sein de laquelle on ne compte aucune personne élue), elle dicte des programmes d’austérité qui se traduisent en saignée sociale à grande échelle.

Parce que le Conseil européen a donné en juin 2013 mandat à la Commission pour négocier le TTIP. Parce que ce même Conseil a signé le traité d’austérité « TSCG » en mars 2012. Parce que les États justifient leurs programmes d’austérité par des exigences provenant de l’Union européenne, alors que leurs propres gouvernements y siègent et qu’ils ont approuvé ces mêmes politiques.

Parce que ces traités de libre-échange et les programmes d’austérité sont les deux ingrédients d’une même recette dont l’objectif est d’approfondir le pouvoir des multinationales en détruisant les conquêtes sociales et en facilitant l’exploitation des hommes, des femmes et de la nature.

Parce que le plan d’action syndical auquel nous avons tou.te.s participé contre le gouvernement Michel – particulièrement zélé dans l’application de cette double recette – ne doit pas s’arrêter après la grève générale du 15 décembre et parce qu’il est nécessaire de faire le lien avec les politiques internationales.

Pour toutes ces raisons, le CADTM et Quinoa ont choisi ces deux cibles et se battent, aux côtés de multiples autres organisations et individus, pour dire stop aux traités de libre-échange et aux politiques d’austérité, à quelque niveau de pouvoir que ce soit. L’annulation unilatérale des dettes illégitimes, prétextes à ces politiques, constitue également une mesure d’urgence à appliquer au sein d’un programme plus vaste de sortie de crise.

Pour plus d’info, lire ce court article


CADTM Belgique