Spéculation et globalisation financière du capital

12 octobre par Julio C. Gambina


Le nouveau rapport « Pandora Papers » sur le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale montre comment le légal et l’illégal se combinent pour cacher le phénomène de l’exploitation et du pillage des biens communs aux mains du capital transnational.

Le nouveau rapport journalistique d’investigation sur l’évasion, le blanchiment d’argent et la criminalité financière explicitement dans les « paradis fiscaux Paradis fiscaux
Paradis fiscal
Territoire caractérisé par les cinq critères (non cumulatifs) suivants :
(a) l’opacité (via le secret bancaire ou un autre mécanisme comme les trusts) ;
(b) une fiscalité très basse, voire une imposition nulle pour les non-résidents ;
(c) des facilités législatives permettant de créer des sociétés écrans, sans aucune obligation pour les non-résidents d’avoir une activité réelle sur le territoire ;
(d) l’absence de coopération avec les administrations fiscales, douanières et/ou judiciaires des autres pays ;
(e) la faiblesse ou l’absence de régulation financière.

La Suisse, la City de Londres et le Luxembourg accueillent la majorité des capitaux placés dans les paradis fiscaux. Il y a bien sûr également les Iles Caïmans, les Iles anglo-normandes, Hong-Kong, et d’autres lieux exotiques. Les détenteurs de fortunes qui veulent échapper au fisc ou ceux qui veulent blanchir des capitaux qui proviennent d’activités criminelles sont directement aidés par les banques qui font « passer » les capitaux par une succession de paradis fiscaux. Les capitaux généralement sont d’abord placés en Suisse, à la City de Londres ou au Luxembourg, transitent ensuite par d’autres paradis fiscaux encore plus opaques afin de compliquer la tâche des autorités qui voudraient suivre leurs traces et finissent par réapparaître la plupart du temps à Genève, Zurich, Berne, Londres ou Luxembourg, d’où ils peuvent se rendre si nécessaires vers d’autres destinations.
 » n’est pas une surprise [1].

Ces paradis ont été mentionnés dans de nombreux documents en relation avec des « solutions » qui n’ont jamais été mises en œuvre lors des crises de 2008. Dans les documents des organisations internationales, notamment du G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). , la nécessité de limiter et de contrôler les paradis fiscaux, espaces visibles de la spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
financière mondiale, figurait en tête de liste des demandes.

Ce n’étaient que des mots, sans aucune possibilité d’être mis en œuvre, puisque la libre circulation internationale des capitaux et la sauvegarde de la fiscalité étatique sont un élément essentiel de la logique mondiale du capital depuis un demi-siècle.

A proprement parler, elle répond à la logique de la libéralisation et de la libre circulation et mobilisation du capital international. Elle l’est encore plus en tant que mécanisme d’évasion des tendances récurrentes de la crise capitaliste mondiale.

Une crise qui se manifeste par des difficultés de valorisation productive du capital et, par conséquent, conduit à la contestation de l’appropriation des revenus générés par la société à travers des mécanismes spéculatifs, ce qui explique la tendance à l’accroissement des inégalités, comme l’expliquent divers médias, entre autres et récemment le Crédit Suisse.
 [2].

Mais aussi, comme le souligne le directeur général du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
, qu’avec la hausse des prix de l’alimentation et de l’énergie, elle met en évidence une expansion de 100% de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, rendue explicite par les problèmes de la pandémie et de la récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. induite [3].

Il est clair que les transnationales de l’alimentation, de la biogénétique, de l’énergie, notamment les compagnies pétrolières et les entreprises bancaires, entre autres, sont celles qui induisent le mécanisme d’appropriation privée du travail social, à travers la hausse des prix, l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. , qui est revenue sur la scène mondiale, augmentant les inégalités de l’ordre capitaliste.

Les « paradis fiscaux » sont des zones de concentration territoriale de systèmes comptables pour la circulation mondiale de l’argent associé au crime, à la corruption et à l’enrichissement concentré entre les mains de quelques décideurs de la société capitaliste contemporaine.

C’est pourquoi apparaissent des hommes politiques, des hommes d’affaires et des personnalités, enrichis sur la base de l’expansion des affaires, où le légal et l’illégal se combinent pour cacher le phénomène d’exploitation et de pillage des biens communs aux mains du pouvoir concentré du capital transnational.

Il existe des dirigeants visibles, des hommes d’affaires et des personnalités culturelles ou sportives qui fraudent et évitent les impôts dans des paradis fiscaux dispersés dans le monde entier, y compris aux États-Unis, comme dans le cas de l’État du Delaware.

La richesse concentrée dans le 1 % le plus riche, qui comprend les milliardaires et les grandes entreprises transnationales, est cachée par une pléthore d’intermédiaires, nombreux mais non massifs, qui favorisent le « cirque » d’une élite riche et qui peuplent les enquêtes journalistiques.

Ne vous y trompez pas, le mécanisme sous-jacent est l’exploitation, déguisée par le scandale des célébrités politiques, culturelles ou sportives.

La discussion porte sur les personnages associés à la corruption, les opposants aux États capitalistes et le show-business spectaculaire, qui omettent les grandes affaires des banques et des transnationales qui dominent l’économie mondiale, la production et la circulation du capital global.

A proprement parler, c’est l’origine des fonds, non seulement de l’évasion fiscale, mais aussi des produits du crime, qu’ils proviennent de la vente d’armes ou de drogues, de la traite des êtres humains ou directement des jeux d’argent et de la spéculation financière, qui suscite l’indignation dans le débat social.

Il s’agit du blanchiment d’une multiplicité d’opérations par lesquelles circule la plus-value Plus-value La plus-value est la différence entre la valeur nouvellement produite par la force de travail et la valeur propre de cette force de travail, c’est-à-dire la différence entre la valeur nouvellement produite par le travailleur ou la travailleuse et les coûts de reproduction de la force de travail.
La plus-value, c’est-à-dire la somme totale des revenus de la classe possédante (profits + intérêts + rente foncière) est donc une déduction (un résidu) du produit social, une fois assurée la reproduction de la force de travail, une fois couverts ses frais d’entretien. Elle n’est donc rien d’autre que la forme monétaire du surproduit social, qui constitue la part des classes possédantes dans la répartition du produit social de toute société de classe : les revenus des maîtres d’esclaves dans une société esclavagiste ; la rente foncière féodale dans une société féodale ; le tribut dans le mode de production tributaire, etc.

Le salarié et la salariée, le prolétaire et la prolétaire, ne vendent pas « du travail », mais leur force de travail, leur capacité de production. C’est cette force de travail que la société bourgeoise transforme en marchandise. Elle a donc sa valeur propre, donnée objective comme la valeur de toute autre marchandise : ses propres coûts de production, ses propres frais de reproduction. Comme toute marchandise, elle a une utilité (valeur d’usage) pour son acheteur, utilité qui est la pré-condition de sa vente, mais qui ne détermine point le prix (la valeur) de la marchandise vendue.

Or l’utilité, la valeur d’usage, de la force de travail pour son acheteur, le capitaliste, c’est justement celle de produire de la valeur, puisque, par définition, tout travail en société marchande ajoute de la valeur à la valeur des machines et des matières premières auxquelles il s’applique. Tout salarié produit donc de la « valeur ajoutée ». Mais comme le capitaliste paye un salaire à l’ouvrier et à l’ouvrière - le salaire qui représente le coût de reproduction de la force de travail -, il n’achètera cette force de travail que si « la valeur ajoutée » par l’ouvrier ou l’ouvrière dépasse la valeur de la force de travail elle-même. Cette fraction de la valeur nouvellement produite par le salarié, Marx l’appelle plus-value.

La découverte de la plus-value comme catégorie fondamentale de la société bourgeoise et de son mode de production, ainsi que l’explication de sa nature (résultat du surtravail, du travail non compensé, non rémunéré, fourni par le salarié) et de ses origines (obligation économique pour le ou la prolétaire de vendre sa force de travail comme marchandise au capitaliste) représente l’apport principal de Marx à la science économique et aux sciences sociales en général. Mais elle constitue elle-même l’application de la théorie perfectionnée de la valeur-travail d’Adam Smith et de David Ricardo au cas spécifique d’une marchandise particulière, la force de travail (Mandel, 1986, p. 14).
résultant de l’exploitation.

Par conséquent, ce qui n’est pas discuté, c’est précisément l’exploitation de la force de travail qui, à la lumière de la distribution régressive des revenus, de la diminution de l’appropriation des revenus en salaires et en revenus populaires pour la majorité de la population mondiale, contraste avec l’accumulation des profits, base du mécanisme de reproduction, via l’investissement, de la logique globale du capital.

Cette occasion permet de dénoncer l’immoralité du régime de la propriété privée des moyens de production et la nécessité d’évoluer vers des formes alternatives d’organisation de la production et de la circulation des biens et des services, fondées sur la coopération et la solidarité, sur les droits sociaux et non sur la marchandisation et la destruction de la vie et de la nature.


Version originale en espagnol publiée le 7 octobre 2021




Notes

[1ICIJ. Paraísos costa afuera y riquezas ocultas de líderes mundiales y multimillonarios expuestos en una filtración sin precedentes, en : https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/global-investigation-tax-havens-offshore/

[2Credit Suisse. Informe sobre la riqueza global, junio 2021, en : https://www.credit-suisse.com/about-us/en/reports-research/global-wealth-report.html

[3Kristalina Georgieva. FMI. Superar las divisiones y suprimir los obstáculos a la recuperación, 5 de octubre 2021 ; en : https://www.imf.org/es/News/Articles/2021/10/05/sp100521-md-curtain-raiser-overcoming-divides-and-removing-obstacles-to-recovery

Julio C. Gambina

President de la Fundación de Investigaciones Sociales y Políticas, FISYP, Buenos Aires. www.juliogambina.blogspot.com
ATTAC-Argentina - CADTM AYNA

Autres articles en français de Julio C. Gambina (9)

Traduction(s)