Socrate et la Troïka

8 mars 2015 par Eric Toussaint


Platon et Aristote

Dans La République, Platon [1] raconte un dialogue entre Socrate [2] et un riche Athénien. Socrate démolit un argument du riche qui affirme qu’il faut toujours payer ses dettes. Il prend l’exemple suivant : un homme te prête son épée, puis il devient fou furieux et revient pour reprendre son épée ; avec raison, il faut refuser de la lui rendre et donc de rembourser le prêt.

Environ 2400 ans plus tard, la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. (qui évite dorénavant d’utiliser ce terme car il est synonyme d’illégitimité) a prêté une épée d’un montant d’environ 240 milliards d’euros, accompagnée de « plans de sauvetage » ou « mémorandums ». Les membres de la Troïka sont devenus des fous furieux de l’austérité, des privatisations, et aussi des violations des droits économiques et sociaux. Pour suivre la conclusion de Socrate, il est souhaitable que le gouvernement grec et le peuple grec refusent de rembourser le prêt lié à cette épée, utilisée pour tailler en pièces les droits démocratiques et sociaux ainsi que la dignité et la souveraineté populaires.




Notes

[1Platon est né à Athènes en 428/427 av. J.-C. et est mort en 348/347 av. J.-C.

[2Socrate est un philosophe grec du Ve siècle avant J.-C. (né vers -470/469, condamné à mort et exécuté en -399).

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres, Capitulation entre adultes : Grèce 2015, une alternative était possible, Syllepse, 2020, Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation, Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015.