29 septembre

Genève, Suisse

Présentation du livre « Banque mondiale : une histoire critique »

Il manquait une histoire critique de la Banque mondiale de 1944 à nos jours : le vide est comblé

Présentation par l’auteur Éric Toussaint
Avec des commentaires de Jean Ziegler

Jeudi 29 septembre 2022 à 19H00 à l’Université de Genève

Salle MR060, Bâtiment UMI-MAIL

La conférence est organisée par : CADTM, Cetim, SolidaritéS, ATTAC Suisse, Groupe écosocialiste de SolidaritéS, Grèce Climat, Collectif Break Free Suisse.

Ce livre traduit en une dizaine de langues donne les clés pour répondre à une série de questions : la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
cherche-t-elle à combattre la pauvreté dans le monde ? Quel est le bilan de son action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
qui s’étend sur plus de sept décennies ? Qui dirige la Banque mondiale et comment fonctionne-t-elle ? Quels sont ses rapports avec les grandes puissances et en particulier avec les États-Unis ? Quelles relations entretient-elle avec d’autres grandes institutions internationales comme l’ONU, le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
, l’OMC OMC
Organisation mondiale du commerce
Créée le 1er janvier 1995 en remplacement du GATT. Son rôle est d’assurer qu’aucun de ses membres ne se livre à un quelconque protectionnisme, afin d’accélérer la libéralisation mondiale des échanges commerciaux et favoriser les stratégies des multinationales. Elle est dotée d’un tribunal international (l’Organe de règlement des différends) jugeant les éventuelles violations de son texte fondateur de Marrakech.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays – une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ».

Site : www.wto.org
 ? Pourquoi les politiques qu’elle recommande ne garantissent pas aux populations la satisfaction de leurs nécessités fondamentales et de leurs droits ? Pourquoi la Banque mondiale soutient-elle des régimes dictatoriaux ? Pourquoi intervient-elle pour déstabiliser ou aider à renverser des gouvernements qui cherchent une voie originale ? Pourquoi affirme-t-elle qu’une montée des inégalités est nécessaire au développement ? Pourquoi affirme-t-elle que les pays du Sud doivent s’endetter pour se développer ? A-t-elle une responsabilité dans l’éclatement des crises de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
des pays en développement ? Quel est l’impact de son action sur la sécurité alimentaire, sur l’environnement, sur la santé publique, sur les femmes, sur ceux et celles qui vivent de leur travail ?

Ce livre adopte une démarche chronologique pour analyser la Banque mondiale des origines à 2021. Un soin particulier est apporté à situer la politique de la Banque mondiale dans son contexte politique et géostratégique. En outre, huit études de pays viennent illustrer la politique de la Banque mondiale : les Philippines, la Turquie, l’Indonésie, la Corée du Sud, le Mexique, l’Équateur, le Rwanda et Timor oriental.

Le livre écrit dans un langage limpide est agrémenté de tableaux et graphiques, d’une fiche signalétique sur le groupe Banque mondiale et sur le FMI, ainsi qu’un index des principaux noms cités et un glossaire.


Histoire critique de la Banque Mondiale

Pour l’édition en français : Éditions Syllepse, 2022, Paris

Mots clés : tiers-monde, décolonisation, développement, droits humains, dette, ajustement structurel, pauvreté, inégalités

L’auteur :

Éric Toussaint (1954), historien et économiste est docteur en sciences politiques des universités de Paris VIII et de Liège. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages sur la finance internationale publié dans une douzaine de langues. Il est le porte-parole international du Comité pour l’Abolition des Dettes illégitimes, anciennement Comité pour l’annulation de la dette du Tiers monde, réseau international présent dans plus de trente pays répartis sur quatre continents.


À venir