Communiqué de presse

Le CADTM lancera le 24 mars un appel au Parlement européen pour l’organisation d’un audit de la dette tunisienne

11 mars 2011 par CADTM


Le 24 mars 2011, le Comité pour l’Annulation de la Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du Tiers Monde (CADTM) et les eurodéputées Marie-Christine Vergiat et Gabriele Zimmer, membres de la GUE (Gauche Unitaire Européenne), organiseront une conférence publique intitulée « L’Union européenne et la dette tunisienne » de 14h à 17h dans la salle A1G3 du Parlement européen à Bruxelles (entrée Spinelli, rue Wiertz).

Cette conférence, soutenue par ATTAC, le CNCD-11.11.11, EURODAD et le Front du 14 janvier, sera un moment privilégié pour relayer en Europe la campagne pour la suspension immédiate du remboursement de la dette tunisienne, lancée en Tunisie par l’organisation RAID membre des réseaux internationaux CADTM et ATTAC. A cette occasion, nous accueillerons, entre autres conférenciers, Fathi Chamkhi, représentant de cette organisation et initiateur de cette campagne. Cette suspension du paiement de la dette est urgente puisque sur les 577 millions d’euros destinés cette année à son remboursement, le gouvernement provisoire de Tunisie prévoit d’y affecter, dès le mois d’avril avril, la somme de 410 millions d’euros1. Alors que la Tunisie a besoin de mobiliser de toute urgence toutes ses ressources financières pour améliorer les conditions de vie de son peuple, le remboursement annuel de cette dette accapare l’équivalent de six fois le budget de la santé. Comme le souligne l’appel : « Suspendre le paiement de 577 millions d’euros ne nuira en rien aux créanciers de la Tunisie. Par contre, payer cette somme ne fera qu’aggraver la situation du peuple tunisien !’ [1] ».

C’est pourquoi le CADTM exhorte les créanciers européens à suspendre le remboursement par la Tunisie, à geler les intérêts et à mener des audits de cette dette en associant la société civile tunisienne et européenne. Ces audits permettront notamment d’identifier la part illégitime, celle qui n’a pas profité à la population, et qui doit donc être annulée sans condition. Ils mettront également en lumière la corruption, les profits engrangés par les créanciers et ainsi fonder leur restitution à la population tunisienne. Enfin l’audit permettrait d’éviter la formation d’un nouveau cycle d’endettement illégitime et insoutenable en responsabilisant les créanciers européens, les institutions financières internationales au sein desquelles l’Europe a un poids prépondérant, et le prochain gouvernement de Tunisie.

Car l’endettement de la Tunisie, qui a explosé sous la dictature de Ben Ali, n’a profité qu’à une poignée d’individus, à la fois à l’intérieur du pays avec les proches du dictateur déchu qui ont amassé une fortune estimée à 5 milliards d’euros par le magazine Forbes, mais aussi à l’extérieur comme en Europe puisque les politiques d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
mises en œuvre par ce régime dictatorial, sous la houlette du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
, ont principalement servi les transnationales installées en Tunisie profitant de la main d’œuvre sous-payée.

Cette conférence du 24 mars portera donc logiquement sur la fortune illicite du clan Ben Ali, qui a évolué au même rythme que la dette, et sur la responsabilité des institutions financières internationales (FMI et Banque mondiale) et européennes, dont la Banque européenne d’investissement (BEI). Pourtant, l’Union européenne confie à cette dernière la tâche de favoriser le développement de la Tunisie. Une série de nouveaux crédits atteignant jusqu’à 800 millions d’euros sont déjà annoncés. Loin de résoudre le problème de la dette, ces prêts vont encore alourdir son poids et ainsi renforcer la domination des créanciers sur la Tunisie. Lors de la conférence du 24 mars, les intervenants nous donneront les éléments pour répondre aux deux questions suivantes : quelle est la marge de manœuvre de l’Union européenne vis-à-vis de la dette extérieure publique de la Tunisie et des avoirs illicites du clan Ben Ali ? Quel est le rôle de la BEI en Tunisie ?

En co-organisant cette conférence au Parlement européen quatre jours seulement après l’anniversaire de l’ « indépendance » de la Tunisie et la journée d’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
mondiale de soutien au processus révolutionnaire dans les pays arabes, le CADTM compte sur la présence de nombreux parlementaires pour que des initiatives fortes soient prises ultérieurement afin d’éliminer tous les obstacles au développement et à la souveraineté du peuple tunisien. Parmi ces obstacles, la dette occupe une place déterminante.

Inscription gratuite et obligatoire pour la conférence du 24 mars avant le 20 mars

http://www.cadtm.org/Conference-pub...

Contact pour les inscriptions : emmanuelle chez cadtm.org

Contacts presse :

renaud chez cadtm.org ; 0032 497 04 79 99

emmanuelle chez cadtm.org




Notes

[11Lire l’intégralité de appel sur http://www.cadtm.org/Tunisie-campagne-pour-la

Autres articles en français de CADTM (278)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 270