Face à la dette, « le féminisme nous a permis de comprendre que la finance a un corps, un genre et une race »

14 mars par Nazaret Castro


« Nous nous voulons vivantes, libres et désendettées. » Sous des slogans tels que celui-ci, les féministes argentines ont remonté le fil de la finance mondiale pour tenter de mieux comprendre les liens entre la dette, l’exploitation par le travail et la violence masculine. Depuis 20 ans, l’Argentine fait face à une crise de la dette publique qui pèse sur le pays et ses habitants.


Lucia Cavallero et Veronica Gago, membres du collectif Ni Una Menos et autrices du livre Una lectura feminista de la deuda (Une lecture féministe de la dette), ont entrepris de « faire sortir la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du placard »
, ce qui revient en clair à mettre en évidence le fait que la finance n’est pas une abstraction, mais bien quelque chose qui opprime les gens de manière très concrète, dans la mesure où l’endettement impose l’obligation de travailler de plus en plus, indépendamment de la précarité des conditions. En d’autres termes : la dette implique une obéissance, et touche les femmes de manière différenciée.

« Tout gain financier est basé sur l’exploitation et la question est donc de savoir qui a payé le prix fort. Le féminisme nous a permis de comprendre que la finance a un corps, un genre et une race » et qu’elle ne touche pas tout le monde de la même façon, explique Mme Cavallero dans entretien avec Equal Times. La chercheuse, qui a étudié cette question de près dans le cadre de sa thèse de doctorat, poursuit en expliquant comment la dette est passée au cœur du mouvement féministe. « La lecture que nous faisons de la dette s’inscrit dans un contexte particulier : d’une part, un moment d’effervescence au sein du mouvement féministe où nous nous sommes autorisées à nous impliquer dans tous les enjeux et à redéfinir de nombreux domaines de l’existence et de la vie politique, et de l’autre, un processus d’endettement public qui s’est accéléré comme jamais dans l’histoire de l’Argentine, sous l’impulsion de Mauricio Macri [président argentin de 2015 à 2019]. »

En Argentine, des slogans tels que « La dette est envers nous, pas envers le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
[Fonds monétaire international] »
et « Les contributions qui me manquent [pour la retraite] sont détenues par le patriarcat » ont été employés pour « inverser le fardeau de la dette : ce n’est pas nous qui avons une dette, mais bien le capital et l’État qui ont une dette envers nous. Il s’agit de leur présenter la facture de ce qu’ils n’ont pas payé historiquement », a déclaré Mme Cavallero. Elle se réfère au travail reproductif qui a été assigné aux femmes depuis des siècles – tâches ménagères, éducation des enfants, soins aux personnes âgées et aux personnes dépendantes – mais aussi aux mécanismes d’extraction de valeur incarnés par la grande finance, qui promeut un endettement massif, celui-là même que le féminisme déclare illégitime.

Après avoir enquêté sur la dette avec des collectifs comme Inquilinxs Agrupadxs et l’Assemblée féministe des Villas 31 et 31-bis à Buenos Aires, Lucia Cavallero et Veronica Gago ont édité, avec Silvia Federici, une étude intitulée, en espagnol, ¿Quién le debe a quién ? Ensayos transnacionales de desobediencia financiera (littéralement « Qui doit à qui ? Essais transnationaux sur la désobéissance financière »), qui inclut des contributions de membres du Debt Collective (États-Unis), de l’Instituto Equit (Brésil) et de l’Instituto Amaq’ (Guatemala). Une autre problématique abordée dans ces essais est celle de la microfinance.

 Le microcrédit comme stratégie de dépossession

En 1983, le Bangladais Muhammad Yunus a créé la Grameen Bank, une initiative ayant vocation à promouvoir la microfinance auprès des secteurs appauvris. Très vite, les microcrédits ont spécifiquement ciblé les femmes, considérées meilleures payeuses, outre le fait que les responsabilités familiales qui pèsent sur elles les forcent à s’endetter pour survivre.

Ces dernières années, les femmes de différents pays ont dénoncé des taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5 millions de dollars, donc en tout 15 millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
prohibitifs (30 à 40 %, voire davantage, selon le Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM)), ainsi que le manque d’information et la forte pression qu’elles subissent de la part de leurs créanciers, comme les visites domiciliaires avec menaces d’emprisonnement. Le CADTM, organisation établie à Bruxelles et dotée de représentations dans différents pays d’Afrique et d’Amérique latine, établit un lien entre l’expansion des microcrédits et le taux élevé de suicide chez les femmes endettées dans des pays comme le Maroc et le Bangladesh. Les femmes représentent 80 % de la population bénéficiaire de microcrédits au Niger et au Bangladesh, et 90 % au Sri Lanka, selon le CADTM. 

La microfinance « pousse des populations auparavant autosuffisantes à se mettre en “servitude pour dettes” auprès des banques », écrit la chercheuse italienne Silvia Federici.

Elle souligne « l’accent mis sur la captation des personnes non bancarisées » et « la promotion de l’idéologie de l’entrepreneuriat ». En d’autres termes : les femmes en situation précaire sont encouragées à s’endetter pour lancer leur entreprise, cependant dans la pratique, les conditions abusives rendent le remboursement normal impossible et les obligent à contracter de nouveaux prêts pour respecter les délais de remboursement.

Il n’est donc pas surprenant que ces dernières années aient vu surgir des collectifs de femmes opposées à la microfinance. Au Maroc, en 2011, près de 4.500 femmes se sont soulevées pour protester contre les microcrédits. En 2015, le CADTM a lancé une action intitulée, en espagnol, « ¡Aquí está la factura ! » (« V’là la facture ! »), pour donner de la visibilité à la dette de l’État envers les femmes. Au Sénégal, le réseau Droit au développement pour d’autres alternatives (REDA) et l’association Carrefour de solidarité préconisent une politique de prêts à taux zéro, tandis que les alternatives communautaires telles que les tontines, des circuits d’épargne autogérés par les femmes, sont en plein essor.

Des initiatives d’épargne communautaire de ce type ont connu un succès similaire en Équateur, grâce à la confluence des collectifs Mujeres de Frente et Caja de Ahorro 1 de Mayo. Andrea Aguirre de Mujeres de Frente en expose les grandes lignes : « Les montants des crédits dépendent de ce que nous parvenons à épargner collectivement. La garantie est collective et nous générons un système de dialogue avec les membres qui, pour une raison ou une autre, ne sont pas en mesure de payer leur quote-part, de telle sorte que nous puissions conclure des accords de paiement sans mettre nos liens en danger. La seule règle est de ne pas disparaître : de maintenir la discussion comme un moyen de soutenir la garantie. »

 Plus de précarité en période de pandémie

Dans de nombreux pays, on a pu observer que les secteurs populaires sont passés de l’emprunt pour accéder à certains biens ou services sporadiques – par exemple, un téléviseur ou des vacances – au recours à l’endettement pour répondre à des besoins de base, comme manger ou payer la facture d’électricité. Le cas du Brésil est notoire, comme l’explique à Equal Times Graciela Rodriguez de l’Institut Equit – Genre, économie et citoyenneté mondiale : « Au cours de ces dernières décennies, l’endettement au Brésil s’est étendu aux ménages et est devenu de plus en plus présent dans la vie quotidienne. L’expansion du système financier au Brésil est liée à la croissance du travail informel dans les territoires fédéraux. Les principales victimes sont les femmes, qui perçoivent des salaires inférieurs sur le marché du travail formel et portent de surcroît la charge des responsabilités familiales. Les femmes se voient ainsi contraintes à recourir au crédit pour satisfaire leurs besoins essentiels.  »

Cette précarité s’est aggravée avec la pandémie de Covid-19. Selon Oxfam, la fortune des dix hommes les plus riches du monde a doublé pendant cette période. « Au Brésil, l’augmentation du chômage et de l’informalité atteint des proportions alarmantes. Le gouvernement a lancé un programme de subventions pour les secteurs à faible revenu, or celui-ci s’avère être une arme à double tranchant dans la mesure où il met en œuvre, en parallèle, des programmes qui facilitent le recouvrement des dettes : de fait, une grande partie de cette subvention finit par revenir aux banques », explique Graciela Rodriguez.

« S’endetter pour pouvoir rembourser ses dettes, voilà qui se convertit en une spirale infernale lorsqu’il s’agit de faire face à la crise sanitaire, à l’approvisionnement en nourriture et en médicaments, à l’accès aux services essentiels et au logement, et même pour faire face aux violences domestiques qui se sont multipliées avec la pandémie ».

Ce qui est certain, c’est que les travaux féministes sur la dette ont contribué à mettre en lumière le lien entre la dette et la violence masculine, comme le rappellent Veronica Gago et Lucia Cavallero : « La dette nous empêche de dire non quand nous voulons dire non. » C’est ce qui ressort assez clairement dans le domaine du logement, comme le souligne Ni Una Menos dans son manifeste commun, ainsi que le collectif argentin Inquilinos Agrupados : « Aujourd’hui, la majorité des locataires sont endetté.e.s. » Ainsi, pour nombre de personnes, « le fait d’être privées d’un endroit où vivre implique de finir tout droit dans la rue ou de retomber dans le même foyer violent dont elles ont réussi à s’échapper ».

Les membres de la Plataforma de Afectadxs por la Hipoteca (PAH) du district madrilène de Vallecas soulignent les difficultés supplémentaires que l’endettement hypothécaire impose aux femmes victimes de violence. Dans un cahier intitulé Hasta que caiga el patriarcado y no haya ni un desahucio más. Deuda, vivienda y violencia patriarcal (littéralement « Jusqu’à ce que le patriarcat tombe et qu’il n’y ait plus une seule expulsion. Dette, logement et violence patriarcale »), la PAH Vallekas dénonce un « biais de genre » dans la crise hypothécaire, qui se traduit par des mécanismes tels que « la pratique consistant à inclure dans les contrats d’hypothèque des parentes non-cohabitantes en tant que codébitrices (à titre de titulaires d’hypothèque) au lieu de garantes ».

 La politisation de la dette comme antidote au jeu des reproches

Le regard féministe sur l’endettement croissant des classes populaires permet également de politiser certains enjeux que le discours néolibéral s’emploie à confiner à la sphère privée. Ainsi, on entend dire des gens qu’ils ont vécu « au-dessus de leurs moyens » et on leur reproche d’être accablés de dettes impayables. Cependant, une analyse du marché immobilier et de l’endettement public après le sauvetage des banques au lendemain de la crise financière de 2008 en Espagne, ou encore des irrégularités de la dette contractée par Mauricio Macri auprès du FMI en Argentine, permet de voir clairement la mesure dans laquelle certaines décisions politiques ont conduit à l’accélération de l’endettement privé.

La dette comporte une lourde charge morale : de nombreuses femmes succombent, en effet, à la pression de rembourser leurs prêts dans des contextes d’extrême précarité, dès lors que l’injonction à rembourser leurs dettes est très forte. D’où l’importance, selon Mme Cavallero, de politiser la dette : « L’endettement a pour fonction que chaque ménage assume les coûts de la crise, alors que l’ajustement est quelque chose qui devrait être discuté collectivement. Il est donc grand temps de faire sortir la dette du placard. »

En d’autres termes, l’endettement des ménages brouille la responsabilité politique - de l’État qui s’endette et des institutions financières telles que le FMI qui imposent des coupes dans les services publics et d’autres politiques d’ajustement - et dit qu’il est le résultat de mauvaises décisions personnelles.


Cet article a été traduit de l’espagnol par Salman Yunus




Source : Equal Times

Nazaret Castro

est une journaliste espagnole, correspondante depuis huit ans en Amérique latine. Collaboratrice de publications qui incluent Le Monde Diplomatique, Público et La Marea, elle est cofondatrice du collectif Carro de Combate qui enquête sur les répercussions socio-environnementales des produits que nous consommons, dont huile de palme.