En tant qu’humain sur cette terre : personne n’est illégal

22 juin par Didier Epsztajn


« Penser les migrations sous le prisme de leur contexte politique, c’est en refuser les explications qui reposent sur des causes conjoncturelles et qui invisibilisent les responsabilités des pays dominants. La majorité des personnes migrantes viennent de pays qui se situent dans des régions du Sud lourdement fragilisées par des siècles de colonialisme, puis de politiques néolibérales imposées par les pays du Nord. Les personnes migrantes se déplacent donc bien souvent pour tenter d’échapper à la misère engendrée dans leur pays d’origine par les politiques d’ajustement liées au remboursement de la dette imposées par principaux créanciers : les Institutions financières internationales (IFIs), banques et gouvernements du Nord. Ces mesures reposent sur l’extractivisme, l’accaparement des terres, sur la perturbation des économies locales et le détricotage des mécanisme de protection sociale. »

Dans l’introduction, Dettes et déplacements, les auteurs et autrices rappellent que « La dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
est ainsi un outil de domination et de transfert des richesses qui provoque des déplacements importants de population, au Sud comme au Nord ». Elles et ils abordent l’endettement des personnes qui « compense » le fait que les Etats ne s’acquittent pas de l’obligation Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
de « de promouvoir et de réaliser les droits humains »
, le recours croissant à l’endettement pour financer les coûts de la migration, la servitude pour dettes, les migrant·es qualifié·es d’illégaux et qui forment une main d’œuvre sous-payée, les politiques migratoires très restrictives des pays du Nord, Frontex (en complément possible, Abolissez Frontex, mettez fin au régime frontalier de l’Union Européenne et Claire Rodier : Frontex, Plateforme européenne du business migratoire, les instruments de répressions des migrations, l’externalisation des frontières, « Les politiques contemporaines, véritables nécropolitiques, liées à la défense et à la gestion des frontières, restent profondément imbriquées à la mort ».

« À travers ce nouveau numéro des Autres voix de la planète, c’est un portrait de ce lien, depuis les pays du Sud, et pas uniquement sur les pays du Sud, qui est dressé. Un premier ensemble de textes évoque les facteurs historiques et structurels des migrations. Ces articles rappellent comment l’ampleur des destructions de la colonisation et le maintien des dépendances économiques et politiques après les indépendances causent des migrations. Le deuxième ensemble de textes évoque les fonctions économiques systémiques qu’exercent les immigrations contemporaines, dont la sécurisation et l’externalisation des frontières en sont une des facettes. La troisième partie montre comment les crises économiques et les migrations sont éminemment imbriquées. Elle souligne également que ce lien de cause à effet se déplace car, désormais, certains chemins migratoires fuient les réformes structurelles qui touchent également les pays du Nord. La quatrième partie éclaire sur ce que la dette et les politiques migratoires « font », aux personnes migrantes, souvent poussées à s’endetter dans leurs parcours migratoires. Pour finir, nous proposons de faire état de pistes d’actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
, de mobilisations solidaires, qui montrent la possibilité d’autres manières de réellement accueillir, de faire hospitalité. Repenser l’hospitalité prend ici la forme d’une réparation a minima que les pays riches, les pays du Nord, les pays (néo) colonisateurs doivent à l’égard des peuples et territoires exploités »
.

Une remarque préalable. L’article 13 de La Déclaration universelle des Droits des êtres humains précise que Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat et que Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. Cet article n’est pas réservé aux habitant·es des pays du Nord global nommé·es expatrié·es lorsqu’iels sont migrant·es. Les êtres humains expatriés ou migrants ne peuvent-être considérés comme illégaux.

Quelques éléments choisi subjectivement parmi les différents textes.


Les causes historiques et structurelles des migrations sont analysées dans un premier chapitre.

Saïd Bouamama aborde les facteurs – généralement oubliés – systémiques et structurels des migrations contemporaines, l’ampleur des destructions des périodes coloniales, « Le but de la colonisation occidentale est la destruction totale des logiques économiques [et en conséquence également politiques, culturelles, etc.] dominantes auparavant dans ces pays pour imposer une logique économique correspondant aux intérêts de l’économie du pays colonisateur et de sa classe dominante », l’unification hiérarchisée du monde, les dépendances structurelles des économies dites de la périphérie, l’engendrement d’une « surpopulation permanente » par la destruction de l’agriculture paysanne, les effets des plans d’ajustements structurels, les zones de et les « statuts » de non-droit, la dépendance comme forme systémique « prenant le relais de la colonisation d’avant-hier et du néocolonialisme d’hier »…

Ndongo Samba Sylla discute de la libre circulation des biens et des capitaux mais pas des femmes et des hommes, de la Méditerranée transformée en cimetière, du caractère non-soutenable du système capitaliste, de la concentration des revenus et des patrimoines, des écarts entre niveaux de vie, de « prime de classe » et de « prime de résidence » (« Nous ne naissons donc pas égaux/égales »), des barrières mises en place pour entraver la circulation des personnes, de la création « d’une classe globale de surnuméraires »

Virginie de Romanet « s’intéresse à l’impact de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
et de l’évolution du contexte économique sur la dégradation des conditions de vie qui s’en est suivie et au manque d’opportunités économiques pour les populations fragilisées »
. Elle aborde aussi les dettes coloniales, les migrations, « une part très conséquente de l’immigration a lieu entre pays du Sud », la fuite des cerveaux dont les médecin·es, les impacts du changement climatique.

L’autrice souligne deux points :

  • « Tout être humain devrait pouvoir choisir l’endroit où il souhaite s’installer et vivre et il devrait s’agir d’un vrai choix et non d’un choix contraint par des conditions économiques ou politiques défavorables »
  • « Seule l’annulation de la dette, des réparations pour l’exploitation et le pillage colonial et néocolonial, et d’autres transformations fondamentales nécessaires, pourront mettre fin à cette situation »

Nicolas Sersiron discute de la part des facteurs environnementaux dans la croissance des migrations ; les cause visibles, les causes profondes (pauvreté publique, absence de filet social), les destructions de territoires de vie par des multinationales extractives, les accaparements de terres. L’auteur analyse les effets du colonialisme et du néocolonialisme, les techniques d’endettement, la corruption, la concurrence « déloyale » des produits des multinationales, les transferts du Sud au Nord…

Il souligne qu’« il y a peu de migrations environnementales là où il existe des revenus dignes ». Il aborde la non prise en compte des « externalités négatives », les déchets de la consommation effrénée dans les pays industrialisés, la dette écologique Dette écologique La dette écologique est la dette contractée par les pays industrialisés envers les autres pays à cause des spoliations passées et présentes de leurs ressources naturelles, auxquelles s’ajoutent la délocalisation des dégradations et la libre disposition de la planète afin d’y déposer les déchets de l’industrialisation.

La dette écologique trouve son origine à l’époque coloniale et n’a cessé d’augmenter à travers diverses activités :


- La « dette du carbone ». C’est la dette accumulée en raison de la pollution atmosphérique disproportionnée due aux grandes émissions de gaz de certains pays industriels, avec, à la clé, la détérioration de la couche d’ozone et l’augmentation de l’effet de serre.

- La « biopiraterie ». C’est l’appropriation intellectuelle des connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales et d’autres végétaux par l’agro-industrie moderne et les laboratoires des pays industrialisés qui, comble de l’usurpation, perçoivent des royalties sur ces connaissances.

- Les « passifs environnementaux ». C’est la dette due au titre de l’exploitation sous-rémunérée des ressources naturelles, grevant de surcroît les possibilités de développement des peuples lésés : pétrole, minéraux, ressources forestières, marines et génétiques.

- L’exportation vers les pays les plus pauvres de produits dangereux fabriqués dans les pays industriels.

Dette écologique et dette extérieure sont indissociables. L’obligation de payer la dette extérieure et ses intérêts impose aux pays débiteurs de réaliser un excédent monétaire. Cet excédent provient pour une part d’une amélioration effective de la productivité et, pour une autre part, de l’appauvrissement des populations de ces pays et de l’abus de la nature. La détérioration des termes de l’échange accentue le processus : les pays les plus endettés exportent de plus en plus pour obtenir les mêmes maigres recettes tout en aggravant mécaniquement la pression sur les ressources naturelles.
envers les populations du Sud…

« Le patriarcat au centre des migrations : Une analyse structurelle et imbricationiste ». Des extraits d’un texte de Jules Falquet sont proposés à la lecture. Je rappelle son important livre, Imbrication. Femmes, race et classe dans les mouvements sociaux. Une citation : « Les nouvelles modalités du travail requièrent des « qualités typiquement féminines » : acceptation du temps partiel et infiniment extensible à la fois, polyvalence et implication « totale », notamment émotionnelle, qui dessinent des formes de servilité normalisées et généralisées ».

L’autrice aborde les « femmes de services » et les « hommes en armes », les effets délétères pour les femmes de la mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La « mondialisation de l’économie » (Adda, 1996) ou, plus précisément la « mondialisation du capital » (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font « système ». Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de « régime d’accumulation mondial à dominante financière ».

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est « extérieur » au « marché ». Le triomphe actuel du « marché » n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des « trente glorieuses » (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la « révolution conservatrice » de la fin de la décennie 1970.
néolibérale, les nouveaux emplois féminins et les migrations, l’état de guerre et de contrôle généralisé, les complexes militaro-industriel…


Le second chapitre est consacré aux fonctions économiques et politiques des migrations.

Claire Rodier analyse ce qu’est et ce que fait Frontex. Elle discute de celles et ceux qui doivent fuir leurs pays, des liens entre Frontex et l’industrie militaro-sécuritaire, la surveillance, « Ce choix d’investir dans la surveillance plutôt que dans le sauvetage des vies humaines explique qu’en 2019, la proportion de boat people qui ont perdu la vie en tentant la traversée de la Méditerranée pour rejoindre l’Europe a atteint le seuil historique de 14% (contre en moyenne 2% au cours des années précédentes) », les violations des droits des personnes migrantes…

Il faut s’interroger sur qui profite de la « gestion » des migrations. Jérome Duval, Benoît Coumont et Ludivine Faniel reviennent sur le droit fondamental de liberté de circulation et les politiques sécuritaires qui bafouent ce droit. Iels discutent des moyens militaires mis en place, la délégation de tâches à des entreprises privées, la chaine de sous-traitance, le business florissant du contrôle des frontières, la gestion des centres de détention, « en définitive, la politique anti-migratoire mise en œuvre par l’UE tue »…

Un article est consacré aux politiques migratoires et sécuritaires européennes au Niger, l’association des « enjeux migratoires » aux questions de « l’aide au développement et de la sécurité », les contraintes d’adaptation que cela fait peser sur le Niger et limite les capacités à « décider et agir », le (non) respect des conventions internationales de protection des droits des personnes migrantes….

Stathis Kouvelakis aborde l’histoire récente de la Grèce, la logique des mémorandums, « la logique de ces mémorandums est similaire à celle des programmes d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
 »
, la réduction du rôle des organisations représentatives, le bradage du « patrimoine public », le saccage des ressources naturelles et de l’environnement… Je regrette que l’auteur parle de « souveraineté nationale de l’Etat grec » et non de souveraineté populaire (l’Etat grec, un rouage du fonctionnement du capitalisme, ne pouvant être considéré comme organe de cette souveraineté).

Cet article est complété par une analyse des pratiques de la police anti-émeute grecque, de la « gestion » de la frontière entre Grèce et Turquie, « Un nuage néofasciste plane au-dessus des frontières entre la Grèce et la Turquie »,la montée de partis néofascistes en Europe…


Le troisième chapitre aborde plus précisément
« Crises économiques, dettes et migrations » .

« Les dérives autoritaires et répressives – policières et militaires, voire paramilitaires – particulièrement à l’œuvre au Honduras, au Nicaragua, au Salvador et au Guatemala à l’encontre de toute dynamique de contestation ou à la faveur des politiques de confinements… aggravent encore le panorama ». Bernard Duterme analyse la situation en Amérique centrale, « Une crise de trop », les effets de la pandémie sur la pauvreté et les inégalités, l’aggravation de la « crise » migratoire, « environ 400 000 Centro-Américain·es tentent chaque année de passer aux Etats-Unis », la fuite face aux violences, les espoirs de réunification familiale, les possibles inversions de tendance du coté de la démocratisation et de l’émancipation…

Je souligne le très intéressant article de Fatima Martin et Jérome Duval, « L’Espagne a basculé de l’immigration à l’émigration en cinq ans de crise de 2008 à 2013 », la chute de la population depuis 2012, le basculement démographique, « L’Espagne était l’un des pays les plus jeunes en 1960. En 2060, il sera l’un des plus vieux, avec un âge moyen de 49,7 ans », le solde migratoire négatif…

Lucile Daumas aborde les « Les politiques migratoires européennes vues du Maroc », le slogan « la mort plutôt que l’humiliation » de certain·es rifain·es lors de leurs mobilisations, le détroit de Gibraltar, les grilles et les murs érigés pour empêcher la sortie des personnes du Maroc, la coopération et la sous-traitance dans la gestion des frontières, les migrant·es d’« Afrique noire » et leurs parcours stoppés au Maroc, les visions sécuritaires de la migration, les migrations circulaires (exemple des travailleuses de la fraise)…

En complément possible :

Christine Vanden Daelen analyse « La dette, mécanisme infernal au cœur de la féminisation des migrations », l’imbrication des rapports sociaux, « Ainsi, capitalisme, patriarcat et racisme s’imbriquent et renforcent mutuellement leurs oppressions », les impacts sexospécifiques du système dette, les effets du démantèlement de l’« Etat social », « Les privatisations et coupes budgétaires imposés aux services publics et sociaux les affectent spécifiquement comme travailleuses, usagères et bénéficiaires majoritaires de ces secteurs mais également comme mères, compagnes, filles… », l’accaparement de terre et l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. qui prive « les femmes de leurs moyens de subsistance et territoires », les effets du « tout à l’exportation », le microcrédit, les chemins de l’émigration « cadenassés par la dette », les femmes de services et la « reproduction sociale »… « La spirale infernale de la dette atteint ainsi son paroxysme et démontre combien toute stratégie d’émancipation gagne à inclure dans les revendications l’abolition des dettes illégitimes ».


Dans le quatrième chapitre sont examinées
« Ce que les politiques migratoires font aux personnes migrantes » .

Anaïs Carton analyse la situation de « travailleuses domestiques migrantes au Liban, le parcours de la dette » n’est pas propre au Nord global. L’autrice parle de ces femmes « non-arabes » étrangères au Liban, « Les travailleuses domestiques subissent donc trois formes de domination : en tant que migrantes, en tant que femmes, et en tant que travailleuses. Au Liban, cette division sexuelle, sociale et internationale du travail produit des rapports de domination entretenus par le système qui organise cette migration, la kafala », l’absence de protection sociale, « la relation de service qui lie ces femmes à un kafil est donc éminemment marquée par le joug d’une domination », les réseaux de recrutement, la servitude pour dette, la division sexuelle du travail…

Sushovan Dhar aborde les « différentes formes de dettes envers une diversité d’acteurs », les conditions de travail de femmes indiennes dans le pays du golfe, le développement de la prostitution, le système de la « kalafa », l’esclavage moderne, les pièges de la dette et de l’exploitation, « La migration ouvrière et le piège de la dette qui y est associé ont comme conséquence de graves restrictions des libertés des travailleurs/euses en les fixant dans des relations de pouvoir et de dépendance très asymétriques »…

Dans un entretien Richecarde Célestin, revient sur indépendance de Haïti, la continuité entre société coloniale et société d’exploitation et d’exclusion, le boulet de la dette, les formes d’esclavage sous les Duvallier, la violence de l’oligarchie en défense de ses privilèges, la problématique de l’identification, « L’arrêt 168-13 de 2013, pris par la Cour constitutionnelle dominicaine, faisait partie d’une politique migratoire pour contrôler le nombre de ressortissant·es haïtien·nes sur son territoire. Il dénationalise des personnes qui sont nées en République dominicaine alors que la constitution prévoit la nationalité pour toutes les personnes qui sont nées sur le territoire. C’est là que l’État haïtien a réagi avec le Programme d’identification et de documentation des immigrés haïtiens en République dominicaine (PIDIH) », les violations des droits humains…

Laurenne Makubikua K, « L’Europe à tout prix », parle du cout humain et financier de la traversée des océans, de sa vie à Kinshasa et de son parcours, de l’asile refusé, « On ne te frappe pas physiquement, mais tu es abattue à l’intérieur de toi », de la situation d’endettement, des réseaux de solidarité…

Le dernier chapitre est consacré à quelques pistes d’action.

Lucile Daumas fait une lecture critique du « pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière », l’absence de référence à « la liberté de circulation des personnes et au droit de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat et de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays », la légitimation de la criminalisation de la migration et de l’aide apportée aux personnes migrantes, le choix de la migration dite sélective, la distinction entre migrant·es et réfugié·es, les boites à outils « légitimant les pratiques actuelles en matière d’obstacles à la liberté de circulation », l’autorisation des camps de rétention, l’instauration de zones de non-droits, l’internement administratif, le refus « d’égalité de droits des personnes vivant sur un même territoire ». Il convient d’opposer à cela le droit international et la régularisation des personnes migrantes…

« Seules la démilitarisation du monde, la lutte effective contre le réchauffement climatique et l’annulation de l’ensemble des mécanismes qui maintiennent les pays du Sud dans la dépendance et le mal-développement permettront de bannir les migrations forcées et d’aller dans le sens de migrations réellement volontaires »

Les enjeux des uns sont de « contrôler les frontières, de construire des centres fermés, d’y enfermer des personnes innocentes » en dépensant allégrement les deniers publics, d’entraver « le droit de vivre tout simplement là où on se sent en sécurité », de créer la misère pour le bénéfice de quelques-uns. Ils construisent un monde d’inégalités, de murs, de frontières sauf pour les marchandises. Ils ne respectent ni les droits fondamentaux ni les traités internationaux. Leurs politiques ont fait de la Méditerranée un cimetière.

Un numéro très riche pour comprendre ce que la division internationale du travail et le dette font aux femmes et aux hommes.

Nous devons et nous pouvons nous opposer à cette Europe forteresse…

AVP 80 – Les autres voix de la planète : Dettes & migrations : Divisions internationales au service du capital

CADTM – 1er trimestre 2021

Liège 2021, 98 pages, 5 euros

Autres numéros : revue/les-autres-voix-de-la-planete/


Didier Epsztajn