En parallèle d’un sommet Afrique-France relooké, organisation d’un contre- sommet à Montpellier du 6 au 10 octobre

5 octobre par CADTM France , Collectif


Du 6 au 10 octobre prochains à Montpellier, un collectif d’associations, de syndicats et de partis politiques organise un contre-sommet pour dénoncer la Françafrique et jeter la lumière sur la face cachée du « Nouveau Sommet Afrique-France » qui se tient le 8 octobre. Conférences, ateliers et manifestations viendront rythmer ces journées de mobilisation contre un Sommet dont le relookage, devenu indispensable pour coller aux discours de « rupture » du moment, illustre une offensive de communication plutôt qu’un réel changement de la politique française en Afrique.

Le contre-sommet Afrique-France a pour principal objectif de mettre en lumière la continuité de la politique française sur le continent africain, par delà les ravalements de façade entrepris récemment par l’Elysée. À travers une analyse des volets économiques, militaires et anti-migrant.e.s de cette politique, ces rendez-vous montreront en effet que la politique de la France vis-à-vis de l’Afrique n’a pas plus changé de cap durant le quinquennat d’Emmanuel Macron que durant celui de ses prédécesseurs, qui revendiquaient pourtant aussi une « rupture » avec la Françafrique, trop vite résumée au « Foccartisme ». Les piliers institutionnels de cette politique restent inébranlés : des liens militaires, monétaires, diplomatiques et financiers « privilégiés » unissent encore la France et des régimes autocratiques et corrompus, on l’a encore vu récemment au Tchad. Cette étroite relation sert aussi des intérêts privés, ceux de grands groupes comme Bolloré, Orange, Castel ou Total dont les positions sur le continent se sont renforcées alors que l’immense majorité des populations locales luttent au quotidien pour leur survie. Ce sommet, censé « réinventer la relation franco-africaine » selon le gouvernement, s’inscrit dans une vaste offensive de communication destinée à occulter cette continuité.

Au cours de ces dernières années, les annonces présidentielles au sujet de la politique africaine de la France ont été volontairement frappantes : restitution des œuvres d’art, réforme du franc CFA, politique mémorielle, fin prochaine de l’opération Barkhane... Loin de retourner la table, le président Macron cherche à « tout changer pour que rien ne change ». Ces annonces ne sont de fait que peu suivies d’effet. En quatre ans, une infime part des œuvres d’art spoliées ont été rendues à des pays africains. La politique mémorielle est à géométrie variable puisque les crimes de la colonisation ou l’appui aux génocidaires rwandais ne sont évoqués que pour appeler à mieux tourner la page, sans en tirer de leçon pour la politique africaine de la France et l’imaginaire colonial qui continue de l’irriguer. La réforme du franc CFA, qui a au passage fragilisé les initiatives en faveur de la future monnaie ouest-africaine Eco, garantit toujours un rôle central à la France dans la politique monétaire des pays du « pré carré ». Quant à la fin annoncée de l’opération Barkhane, elle s’inscrit, comme les précédentes réformes du maillage militaire en Afrique, dans un redéploiement opérationnel visant à conserver ou renforcer l’influence française à moindres frais, par le biais de la coopération militaire et de l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
des forces spéciales.

Ces annonces pompeuses ne font pas rupture. Mais elles permettent à la France, de plus en plus confrontée à la colère des rues africaines, de mener une opération séduction à destination de la jeunesse africaine, dans un contexte de concurrence internationale accrue. Ainsi, le président Macron cherche à se démarquer de ses prédécesseurs en renouvelant symboliquement les vieux sommets franco-africains, pour mettre à l’honneur « la jeunesse et les acteurs issus de la diaspora, de l’entrepreneuriat, du monde culturel et sportif ». Ces mêmes individus jetés sur les routes dangereuses de l’émigration clandestine faute de visa et de perspectives. Ou encore ces étudiants à qui le gouvernement d’Edouard Philippe a voulu imposer en 2018 une augmentation de 1500 % des frais d’inscription à l’université dans le cadre d’un projet cyniquement intitulé « Bienvenue en France ». Et même si lors de ces « dialogues Afrique-France », certain.e.s participant.e.s interpellent le président français sur la réalité crue de sa politique, le format – déjà expérimenté en France avec le grand débat national – offrira à ce dernier une tribune idéale pour dérouler, sans contradiction, le storytelling d’une relation renouvelée. Ce « Nouveau Sommet Afrique-France » n’est qu’une nouvelle déclinaison de la politique de relations publiques présidentielle. Or, derrière la poudre de perlimpimpin macronnienne, la Françafrique reste d’actualité. L’objectif du contre-sommet Afrique-France est de le rappeler et de le montrer.

Contact Presse : Mehdi Derradji, Survie contresommetfrancafrique chez protonmail.com, 06 52 21 15 61

par le Collectif du contre-sommet Afrique-France à Montpellier

Vous pouvez retrouver ci-dessous, l’appel au contre-sommet, le programme, ainsi qu’une sélection d’articles qui illustrent les thématiques abordées durant le contre-sommet :




Autres articles en français de Collectif (129)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 120