Copenhague. Urgence climatique, justice sociale : l’impasse capitaliste

10 décembre 2009


Du 7 au 18 décembre se tient à Copenhague la Conférence des Nations-Unies sur le changement climatique, qui doit déterminer les objectifs et les mesures à mettre en œuvre à l’échelle internationale pour prolonger le protocole de Kyoto après 2012. Pour le CADTM, comme pour beaucoup d’autres mouvements sociaux, la crise écologique interconnectée aux autres crises qui secouent la planète (crise sociale, financière, économique et migratoire) ne pourra être résolue dans le système capitaliste actuel.
Nous sommes donc présents à Copenhague aux côtés des manifestants pour dénoncer les fausses solutions au changement climatique et exiger les
mesures qui s’imposent pour sortir de cette logique mortifère.
Ci-dessous, nous avons sélectionné plusieurs analyses d’intérêt pour comprendre les enjeux du Sommet.

Copenhague ou le fardeau légué par les riches par ATTAC France

« Le plus grand rendez-vous de l’histoire de l’humanité » selon Jean-Louis Borloo se solde par un échec politique historique, un déni du réel et des savoirs scientifiques, une honte morale, une insulte aux plus pauvres.

Alors que sous la pression des opinions publiques, plus de cent chefs d’État ou de gouvernement étaient réunis, aucun accord digne de ce nom n’a pu être conclu. Les pays riches, en refusant de prendre des mesures qui reconnaîtraient leur responsabilité historique dans le changement climatique, ont précipité l’échec. Soumise aux lobbies Lobby
Lobbies
Un lobby est une structure organisée pour représenter et défendre les intérêts d’un groupe donné en exerçant des pressions ou influences sur des personnes ou institutions détentrices de pouvoir. Le lobbying consiste ainsi en des interventions destinées à influencer directement ou indirectement l’élaboration, l’application ou l’interprétation de mesures législatives, normes, règlements et plus généralement, toute intervention ou décision des pouvoirs publics. Ainsi, le rôle d’un lobby est d’infléchir une norme, d’en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes.
du green business et enfermée dans des logiques diplomatiques héritées des périodes coloniales, la tribu des pays riches n’a pas su voir que le chaos climatique, subi déjà par nombre de pays du Sud, rendait dérisoires leurs tentatives de division. Les manipulations néocoloniales de Nicolas Sarkozy en direction de l’Afrique n’ont pas suffi !(...)

Copenhague. «  Les pays riches assis sur leur rente  », interview de Geneviève Azam

La manifestation internationale du 12 décembre a été un succès. Plus de 100.000 personnes du monde entier se sont jointes à cette mobilisation unitaire. Au total, 538 organisations de 67 pays ont répondu à l’appel. C’est sous un soleil bienvenu, que le cortège coloré, et son lot de vélos comme c’est la tradition au Danemark, s’est rendu au Bella Center, lieu des négociations officielles. On pouvait lire sur les banderoles et les pancartes de nombreux slogans radicaux tournant autour de l’idée suivante : « Climate Justice means System Change not Climate Change ».(...)

Le mouvement altermondialiste promis à un bel avenir ! par Ronack Monabay (UCJS : Urgence climatique, justice sociale)

Geneviève Azam est membre du conseil scientifique d’Attac. L’économiste suit les travaux de la conférence des parties.

Où en sommes-nous des négociations officielles au Bella Center  ?

Geneviève Azam. Le fossé entre les propositions des pays du Nord et des pays du Sud, regroupés dans le G77 G77 Le G77 est une émanation du Groupe des pays en voie de développement qui se sont réunis pour préparer la première Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) à Genève en 1964. Le Groupe offre un forum aux PED pour discuter des problèmes économiques et monétaires internationaux. En 2021, le G77 regroupait plus de 130 pays. , s’est creusé. Vendredi, le G77 a reformulé ses exigences, qui se sont raffermies. Il demande un accord contraignant pour les pays riches. Les autres pays s’engagent mais de manière non contraignante. (...)

À Copenhague, la grande braderie de l’Union européenne par ATTAC France

Alors que la COP15 s’approche de l’échéance, l’Union européenne revendique son rôle de leader du climat mais revoit ses promesses à la baisse.

Lors d’une conférence de presse tenue hier au Bella Center, l’Union européenne a douché les espoirs des plus optimistes, ou des plus crédules, quant aux positions qu’elle tiendra dans la dernière ligne droite de négociations à Copenhague.

Alors qu’elle était initialement favorable à la préservation d’un accord contraignant qui assignerait une seconde période d’engagements de réduction d’émissions aux pays industrialisés, l’UE se range de fait aujourd’hui derrière la position des États-Unis qui refusent un traité contraignant pour les pays riches. (...)

Y aura-t-il un accord sur le climat ? Un nouvel emballage pour Copenhague par Brian Tokar

L’analogie troublante soulevée par les militants internationaux entre la conférence sur le climat de Copenhague et la réunion de l’OMC OMC
Organisation mondiale du commerce
Créée le 1er janvier 1995 en remplacement du GATT. Son rôle est d’assurer qu’aucun de ses membres ne se livre à un quelconque protectionnisme, afin d’accélérer la libéralisation mondiale des échanges commerciaux et favoriser les stratégies des multinationales. Elle est dotée d’un tribunal international (l’Organe de règlement des différends) jugeant les éventuelles violations de son texte fondateur de Marrakech.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays – une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ».

Site : www.wto.org
à Seattle (en novembre 1999) pourrait se révéler bien plus pertinente que ce que la plupart des militants écologistes n’aurait pu imaginer.

À la veille du sommet des Nations Unies sur le climat tant attendu, les représentants officiels mettaient tout en œuvre pour faire passer la conférence pour un succès, quoi qu’il arrive. L’annonce par Barack Obama de son rapide passage à Copenhague a fait la une des journaux, tout comme la promesse de la Chine de réduire « l’intensité carbone » de son économie, abaissant simplement le taux d’augmentation de ses émissions de gaz à effet de serre. (...)

Ces Etats qui placent leurs intérêts avant ceux de la planète par Sophie Chapelle

La plupart des gouvernements sont unanimes : nous devons freiner le réchauffement climatique. Mais derrière les discours de façade, dans les couloirs du sommet de Copenhague, les mesquineries de chacun reprennent vite le dessus sur l’intérêt général. Des Etats-Unis à la Chine, en passant par l’Union européenne ou l’Arabie Saoudite, petit tour de ceux qui rechignent à conclure un accord contraignant. Sous l’oeil atterré des Etats, notamment africains, qui ont le plus à perdre.(...)

Nos dirigeants mettent en scène une arnaque à Copenhague par Johann Hari

Aperçu des méthodes avec lesquels les pays riches coulent les négociations plus rapidement que ne fondent les glaces de l’Himalaya.

Chaque délégué au Sommet de Copenhague est accueilli par le spectacle d’une grosse et fausse planète, dominant la place centrale de la ville. Ce globe tourbillonnant est couvert de logos d’entreprises - la marque Coca-Cola est apposée sur l’Afrique, tandis que Carlsberg semble s’être approprié l’Asie ; McDonald’s annonce juste au-dessus « I’m loving it ! » en grandes lettres rouges. Cette mappemonde pleure « Bienvenue à Hopenhagen ! » (NdT : Hope, espoir en anglais). Elle caracole dans le ciel, maintenue par des explosions sans fin d’air chaud.(...)

Copenhague : les pays riches mènent les négociations, et nos sociétés, dans l’impasse par Maxime Combes

A la veille de l’ouverture du sommet de Copenhague sur le changement climatique (7 – 18 décembre), les pays riches ont mené les négociations dans l’impasse. Le constat peut apparaître dur et définitif, il est pourtant fondé.

Au point que les pays en développement, regroupés au sein du G77, ont dénoncé à Bangkok, début octobre, le « sabotage » des négociations par les pays développés(1). Mardi 3 novembre, à Barcelone, lors de la dernière rencontre intermédiaire précédant Copenhague, les pays africains ont quitté temporairement la table des négociations(2). Les propositions des Etats-Unis, de l’Union Européenne et, plus largement, des pays de l’Annexe 1 de la Convention-Cadre, ne sont pas à la hauteur des enjeux et suscitent le mécontentement et l’opposition des pays du Sud. (...)

Déclaration d’Attac MAROC a l’occasion de la tenue de la 15e conférence sur le réchauffement climatique à Copenhague par Attac/CADTM Maroc

Copenhague abrite du 7 au 18 décembre le 2e grand sommet des Nations Unis sur les changements climatiques après celui de Kyoto. Une grande messe à laquelle prend part 192 pays et une soixantaine de chefs d’Etat dans l’objectif d’arriver à un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le grand paradoxe est que cette conférence, avec les voitures de luxe, les Jets privés et toute la logistique mise en place, produira en 11 jours un total de 41 000 Tonnes d’équivalent CO2 soit ce que produit pendant la même période une ville d’environ 142 00 habitants !

Copenhague et les pauvres par Mathieu Bédard

Le débat actuel autour de la réduction des émissions de CO2 ne prend pas en compte les effets pervers des politiques publiques qui sont en train de se mettre en place pour les combattre. Alors que la poursuite du réchauffement climatique pourrait faire peser certains risques sur les pays du sud, et tout particulièrement les pays pauvres, certaines politiques publiques qui seront étudiées à Copenhague les exposent à des risques bien plus grands. Le développement du Sud serait en effet sacrifié sur l’autel d’un réchauffement climatique d’origine hypothétiquement anthropique (pour des résultats négligeables dans la lutte contre ce réchauffement qui plus est).(...)

Copenhague : le sommet du « Capitalisme Vert » par Aurélien Bernier

Plus la conférence de Copenhague approche, plus il semble évident qu’il s’agira d’un échec. Rien d’étonnant à cela, puisque la communauté internationale s’est enfermée dès le protocole de Kyoto dans des mécanismes inefficaces et dangereux, et refuse obstinément d’en sortir. Mais certains mouvements contestataires portent également une part de responsabilité pour ne pas avoir posé les véritables termes des débats.

Depuis les années 1970, toutes les négociations internationales sur l’environnement obéissent à une loi fondamentale : aucune mesure adoptée ne doit entraver le commerce mondial et la concurrence(...)

Dialogue de sourds à Copenhague par Attac France

Entre les pays industrialisés, prêts à enterrer le protocole de Kyoto, qui leur impose des contraintes particulières liées à leur responsabilité historique, et les pays du Sud et les petits États insulaires, qui veulent conserver le protocole, proposent des amendements pour une deuxième période d’engagement, entre 2012 et 2017, et lancent des appels terribles au monde et à l’ONU tout au long des réunions plénières.

Entre les pays du Sud qui demandent des financements publics conséquents et les propositions sur la table, soit 10 milliards de dollars d’ici 2012, vécus comme une charité mal ordonnée, alors que les plus pauvres subissent déjà les conséquences du changement climatique.(...)

Au contre-sommet, le discours des associations écologistes se radicalise par Hervé Kempf

C’est une première : les discussions sur le climat au sein de l’Organisation des Nations unies sont remises en cause par une part croissante du mouvement social. Deux coalitions d’associations, Climate Justice Now et Climate Justice Action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
, critiquent le contenu des négociations en cours au sommet de Copenhague. Elles préparent des manifestations dans la capitale danoise samedi 12 décembre, mais aussi mercredi 16 décembre, jour où les chefs d’Etat - une centaine sont attendus - commenceront à arriver. Depuis 1992, les associations écologistes, très impliquées dans la diplomatie climatique, avaient cherché à peser de l’intérieur. Pour prendre la température de la contestation, il faut se rendre au Klimaforum, où se tient le « sommet populaire du climat » (...)

Carte Blanche : « Climat et population : danger, diversion ! » par Daniel Tanuro, Sandra Invernizzi, Mauro Gasparini, Mateo Alaluf, Isabelle Stengers, Jean François Pontégnie

A quelques jours du sommet de Copenhague, la presse nous informait de la sortie d’un rapport du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) selon lequel les négociations « auraient une meilleure chance de réussir » si elles prenaient en considération « la dynamique de la population, les relations entre les sexes et le bien-être des femmes ». Ce rapport n’est rien d’autre qu’une tentative écœurante de détourner nos regards des vraies causes de l’incapacité des gouvernements à relever le défi climatique.(...)

Le Danemark renforce ses pouvoirs de police contre les manifestants par Ronack Monabay

Au Danemark, de nouvelles mesures législatives controversées donnent à la police de vastes pouvoirs en matière de détention provisoire et étendent les peines de prison pour les actes de désobéissance civile. Les citoyens européens attendus aux diverses mobilisations autour du sommet de Copenhague ne semblent pas être les bienvenus.(...)

Qu’attendre du sommet de Copenhague ? Interview de Jacques Nikonoff, porte-parole du Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP) au journal La Terre

Selon vous, le protocole de Kyoto était déjà contraint par les exigences du commerce mondial ?

Il était plombé dès le départ par l’exigence, posée d’entrée par les classes dirigeantes, de ne pas toucher à la façon dont le capitalisme génère actuellement des profits. Les mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre par la création de bourses d’échange du carbone vont d’ailleurs dans ce sens.(...)

Droit dans le mur à Copenhague par Daniel Tanuro (Climat et Justice Sociale)

Médias et responsables politiques continuent de dire que les négociations ont pour but de rester au-dessous des 2°C. C’est de la fumisterie. En réalité, les rapports du GIEC ne prévoient déjà plus cette possibilité. Dans le meilleur des cas, la température ne monterait « que » de 2 à 2,4°C et le niveau des mers de 40cm à 1,4m. Nous sommes donc déjà dans la zone dangereuse. Pour ne pas s’y enfoncer davantage, que faudrait-il faire ?

Silence, la finance carbone va sauver le climat ! par Genevieve Azam

Les marchés du carbone constituent depuis les années 1990 la réponse majeure de politique internationale pour résoudre la crise climatique. Leur conception est un produit de la rhétorique néolibérale, alors à son acmé, ardemment défendue par les États-Unis lors des négociations devant aboutir au protocole de Kyoto en 1997, que ces derniers n’ont finalement pas ratifié.(...)

Sept questions clés sur le réchauffement climatique par Stéphane Foucart (Le Monde)

Sur le net circulent une série de théories conspirationnistes : le dérèglement n’existerait pas ou serait un phénomène naturel sur lequel nous n’aurions aucune prise. Le seul effet de ces discours est de retarder la réponse que les sociétés humaines devront donner à ce problème, dont la surproduction et la surconsommation (liées aux fondements de notre système économique) sont les causes directes.

Une mise au point utile.(...)

Changements climatiques, le grand tournant par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique)

Comme pour mieux préparer le public à ce sommet qui promet d’être le plus médiatisé de la planète, nombreuses ont été les sorties de livres et de films promettant le chaos - sinon l’apocalypse -, confirmant ou infirmant la réalité du réchauffement climatique. Puis, le spectaculaire piratage du serveur du prestigieux centre de recherche sur le climat de l’université britannique d’East Anglia, avec la mise à disposition du public d’une sélection de courriels qui prétendaient montrer que les scientifiques manipulaient les données. Tout cela aura fait long feu : quelles que soient les tentatives de désinformation des climato-sceptiques/négateurs, il est indéniable aujourd’hui que les activités humaines contribuent pour une part non négligeable à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, et de ce fait, entraînent un réchauffement global de la planète.

Ci-dessous, une série de cartes, figures et explications essentielles pour comprendre les enjeux du Sommet.(...)

Copenhague : le réchauffement climatique, assurance-vie du capitalisme par Guylain Chevrier

« C’est une certitude, la planète se réchauffe et le niveau des mers va monter, l’heure est à tout faire pour freiner ce phénomène qui est quoi que l’on fasse maintenant inexorable… » Voilà le discours invraisemblable que l’on ne cesse de nous asséner quasi quotidiennement.
Le réchauffement climatique, un piège idéologique qui envahit tout : des collectivités territoriales à la CGT(...)

Suivre tout le sommet de l’ONU en direct de Copenhague !

Du 6 au 19 décembre, une dizaine de sites d’information et/ou médias alternatifs s’unissent pour vous faire vivre la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique, ses à-côtés, en direct, les manifestations, les contre-sommets, etc. : partage d’information, échange de liens, photos, vidéos, mais aussi live-chat et streaming en direct vous permettrons de suivre Copenhague comme si vous y étiez.

Votez pour le pire lobby sur le climat !

Le Grand Prix de la Sirène en Colère a été organisé pour montrer le rôle pervers des lobbyistes des multinationales et pour mettre en lumière ces groupes d’affaires et entreprises qui ont fait les efforts les plus considérables pour saboter les négociations climatiques, et les autres mesures relatives au climat, tout en promouvant de fausses solutions, bien souvent profitables.(...)

Double jeu de l’UE : des propositions insuffisantes et injustes ! par Gerardo Honty

La conférence est à présente ouverte. La première journée de négociations n’a jamais rien de vraiment excitant car justement on ne négocie pas encore réellement. Cela ressemble plutôt à de grands rappels de positions déjà maintes et maintes fois rappelées auparavant lors des précédentes discussions. Les USA rappellent au monde entier à quel point ils se trouvent ambitieux avec leur objectif de 4% pour 2020 par rapport à 1990, ou l’Union Européenne avec ses 20% pour 2020.(...)

Comprendre le sommet de Copenhague en vingt-cinq leçons par Ivan du Roy

Savez-vous parler le copenhaguois climatique ? Les mots du sommet de Copenhague et de la lutte contre le réchauffement climatique sont truffés de sigles plus rébarbatifs les uns que les autres. Difficile pour le commun des mortels de saisir les enjeux du débat et les logiques qui s’affrontent autour de l’avenir de la planète, de comprendre ce qui se joue quand les uns critiquent vivement « l’ETS » et que les autres vantent les mérites des « MDP ». Voici un petit lexique du parler copenhaguois climatique en 25 courtes leçons.(...)

Sommet de Copenhague : du CO² et du vent par Eric De Ruest et Renaud Duterme

Comme prévu et malgré les enjeux colossaux pour l’humanité, le sommet de Copenhague s’est révélé être un véritable fiasco. La majorité des articles de journaux vont dans ce sens, qualifiant le sommet de honte, de désastre, d’échec ou encore de catastrophe. La déception est donc grande. Mais que pouvait-on attendre réellement d’une telle rencontre, si ce n’est ce qui en est sorti, à savoir une déclaration d’intentions, sans agenda et sans accord contraignant ? Au-delà des échecs des négociations, il est également important de dénoncer la dérive autoritaire qui a accompagné ce sommet et susceptible de se reproduire lors de tels évènements.

L’Etat policier en action

La première chose qui aura certainement frappé plus d’un militant présent à Copenhague durant la durée du sommet fut le déploiement d’un véritable Etat policier oppressant et terriblement efficace. Dès le passage de la frontière danoise, une mécanique sécuritaire se met en place : contrôles d’identité, fouilles, vérification des passeports. Cette atteinte à la libre circulation des personnes, pourtant chère à l’espace Schengen, n’est cependant que le début (...)

Copenhague, la grande arrestation par Pauline Imbach
_Si les peuples du Sud, les militant-e-s et les ONG n’attendaient rien des négociations de Copenhague, sachant que le compromis final serait largement en dessous des enjeux, ils ne s’attendaient pas à une telle forme de répression, à un tel rapport de force institutionnel contre toutes celles et ceux qui avaient décidé de contester ce sommet en défendant un autre message : le système capitaliste est responsable des crises environnementales, il faut sortir de ce système pour sauver la planète. A Copenhague, tout porteur de ce message était suspect et pouvait faire l’objet de répression.

Des militant-e-s traqué-e-s, des ONG bâillonnées

La ville s’est transformée le temps du sommet en une immense souricière, où tout était mis à disposition pour traquer, arrêter, mettre la pression sur des manifestant-e-s venu-e-s du monde entier. A Copenhague, manifester(...)