Argentine - Le gouvernement d’Alberto Fernández a conclu un accord avec le FMI

3 février par Julio C. Gambina


Finalement, l’inconnu a été révélé et entre aujourd’hui et le début de la semaine prochaine, 1,1 milliard de dollars seront versés au FMI, sous forme d’échéances de capital et d’intérêts.

En effet, il a été convenu avec les négociateurs du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
d’un « prêt au titre des facilités élargies », d’une durée de 10 ans, dont la première échéance sera dans quatre ans et demi, c’est-à-dire à la mi-2026, le remboursement étant prévu jusqu’en 2031. En d’autres termes, le « stand by » de Mauricio Macri de 2018 avec une échéance en 2024, se transforme en un autre prêt du même montant en droits de tirage spéciaux (DTS) avec une échéance en 2031. L’hypothèque continue.

Il s’agit des DTS, dont la cotation concerne plusieurs monnaies en circulation dans le monde, à un moment où le dollar est dévalué. Cela signifie que davantage de dollars sont nécessaires pour rembourser les DTS déboursés par le FMI. Les montants à rembourser sont plus élevés que les 44,5 milliards de dollars de la cotation 2018. Tout cela implique une exigence plus élevée pour le remboursement du prêt du FMI.

L’accord

L’accord devra être discuté au Congrès national et au Conseil d’administration du FMI. L’accord final doit encore être signé, et maintenant vient le débat local et le débat au sein de l’organisation internationale.

L’hypothèse est qu’elle sera traitée et approuvée rapidement, avant les échéances de février et mars, qui sont impossibles à annuler sans décaissement du FMI. L’appel du gouvernement vise à obtenir le soutien parlementaire du parti au pouvoir et de l’opposition.

Il faut s’attendre à un vote de rejet de la part de la gauche, qui pourrait être étendu à d’autres secteurs politiques avec des arguments différents. C’est un débat qui jouera un rôle dans le conflit électoral vers 2023.

Selon le ministre Martín Guzmán, une fois les accords signés, avec les mémorandums techniques correspondants, le FMI effectuera des décaissements trimestriels, après avoir examiné le respect du « cadre de politique macroéconomique » et des « mesures de politique économique » à moyen terme auxquelles il s’est engagé, qui visent à stabiliser durablement l’économie locale.

Une « bonne nouvelle », le FMI effectuera un audit de l’économie locale tous les trimestres et s’il est d’accord, les décaissements seront effectués, et s’il ne l’est pas, l’accord tombe à l’eau. Le FMI devient le procureur de l’économie locale. Bien entendu, l’accord est présenté comme une réussite pour défendre la décision souveraine de maintenir le cap de la croissance de la production et de l’emploi.

Ce qui a été convenu est un programme pour deux ans et demi, c’est-à-dire le temps restant pour annuler le « stand by » du gouvernement Macri.

Le FMI s’est engagé à débourser l’équivalent des échéances, y compris ce qui a déjà été annulé avec le FMI dans ce temps, quelque chose de plus de 5.000 millions de dollars, selon Guzmán. Selon ce qui a été rapporté, il y aurait un objectif d’augmenter les réserves internationales de 5 milliards de dollars, qui peuvent être intégrés avec ces fonds récupérés auprès du FMI.

Les engagements visent à ramener le déficit budgétaire à -2,5 % du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
en 2022 (le budget suggérait -3,3 %) ; à -1,9 % en 2023 et à -0,9 % en 2024, sans préciser les détails, indiquant seulement une intervention « modérée » sur la croissance des dépenses et une « amélioration » de la gestion des recettes. Il s’agit d’examiner les spécificités de l’ajustement des dépenses et des recettes.

C’est une question d’alarme sur l’ajustement fiscal. Le gouvernement s’est engagé à réduire le financement de la BCRA au Trésor public jusqu’à ce qu’il soit pratiquement éliminé d’ici 2024, avec une réduction des émissions monétaires et le renforcement du marché des capitaux en monnaie locale, en changeant le solde de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique en devises en pesos.

Il a été signalé qu’il n’y aura pas de réforme du travail ou de la sécurité sociale, ni d’encouragement aux privatisations, mais que le plan de réduction des subventions aux services publics sera maintenu.

L’objectif est d’assurer une croissance productive sur la base des exportations et de générer suffisamment de devises pour faire face aux engagements qui seront pris.

En bref, la continuité des engagements de l’État est approuvée, même si le chef de cabinet a parlé de « l’irresponsabilité » du gouvernement Macri dans la souscription du prêt. Le ministre Guzmán a fait allusion à l’« échec » des politiques engagées et au fait que l’argent a été utilisé pour annuler la dette et pour échapper au capital. Même lorsqu’elles font allusion aux multiples causes de l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donnée. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. , les mesures énoncées suivent le cours de la stabilisation et de l’ajustement.

L’Argentine a une fois de plus raté une occasion d’enquêter en profondeur sur l’endettement et d’agir en conséquence en rejetant la dette illégale Dette illégale Les dettes illégales sont les dettes qui ont été contractées en violation des procédures légales en vigueur (par exemple en contournant les procédures parlementaires), celles qui ont été marquées par une faute grave du créancier (par exemple par recours à la corruption, à la menace ou à la coercition) ou issues de prêts assortis de conditions violant le droit national (du pays débiteur ou créancier) et/ou international, dont les principes généraux du droit. , illégitime, frauduleuse et odieuse. La campagne pour le rejet de l’accord avec le FMI, la suspension des paiements et l’audit (complet et participatif) doit approfondir sa démarche pour clarifier les effets de l’accord en faveur de la légitimation d’une dette odieuse Dette odieuse Selon la doctrine, pour qu’une dette soit odieuse, et donc nulle, elle doit remplir deux conditions :
1) Elle doit avoir été contractée contre les intérêts de la Nation, ou contre les intérêts du Peuple, ou contre les intérêts de l’État.
2) Les créanciers ne peuvent pas démontrer qu’ils ne pouvaient pas savoir que la dette avait été contractée contre les intérêts de la Nation.

Il faut souligner que selon la doctrine de la dette odieuse, la nature du régime ou du gouvernement qui la contracte n’est pas particulièrement importante, puisque ce qui compte, c’est l’utilisation qui est faite de cette dette. Si un gouvernement démocratique s’endette contre l’intérêt de la population, cette dette peut être qualifiée d’odieuse, si elle remplit également la deuxième condition. Par conséquent, contrairement à une version erronée de cette doctrine, la dette odieuse ne concerne pas seulement les régimes dictatoriaux.
(voir : Eric Toussaint, « La Dette odieuse selon Alexander Sack et selon le CADTM » ).

Le père de la doctrine de la dette odieuse, Alexander Nahum Sack, dit clairement que les dettes odieuses peuvent être attribuées à un gouvernement régulier. Sack considère qu’une dette régulièrement contractée par un gouvernement régulier peut être considérée comme incontestablement odieuse... si les deux critères ci-dessus sont remplis.

Il ajoute : « Ces deux points établis, c’est aux créanciers que reviendrait la charge de prouver que les fonds produits par lesdits emprunts avaient été en fait utilisés non pour des besoins odieux, nuisibles à la population de tout ou partie de l’État, mais pour des besoins généraux ou spéciaux de cet État, qui n’offrent pas un caractère odieux ».

Sack a défini un gouvernement régulier comme suit :
 « On doit considérer comme gouvernement régulier le pouvoir suprême qui existe effectivement dans les limites d’un territoire déterminé. Que ce pouvoir soit monarchique (absolu ou limité) ou républicain ; qu’il procède de la « grâce de Dieu » ou de la « volonté du peuple » ; qu’il exprime la « volonté du peuple » ou non, du peuple entier ou seulement d’une partie de celui-ci ; qu’il ait été établi légalement ou non, etc., tout cela n’a pas d’importance pour le problème qui nous occupe. »

Donc, il n’y a pas de doute à avoir sur la position de Sack, tous les gouvernements réguliers, qu’ils soient despotiques ou démocratiques, sous différentes variantes, sont susceptibles de contracter des dettes odieuses.
qui hypothèque les ressources publiques, éloignant les solutions aux demandes d’une société appauvrie.




Julio C. Gambina

President de la Fundación de Investigaciones Sociales y Políticas, FISYP, Buenos Aires. www.juliogambina.blogspot.com
ATTAC-Argentina - CADTM AYNA

Autres articles en français de Julio C. Gambina (12)

0 | 10

Traduction(s)