Argentine - COP26 : Une tromperie de plus

Où le grand gagnant est le capital et les grands perdants sont les peuples et la nature

2 novembre par Maria Elena Saludas


Face à la profonde crise climatique, une des facettes de la grave crise capitaliste, depuis Glasgow et représentant l’Argentine, un ancien joueur de rugby, Agustín Pichot, aujourd’hui président de la société Fortescue (pour l’ALC), présente l’exportation de l’hydrogène vert comme une solution à la crise économique et sociale dans laquelle nous sommes plongés. Entourés des ministres Santiago Cafiero (Affaires étrangères, commerce extérieur et culte), Matías Kulfas (Développement productif) et de la secrétaire aux relations économiques internationales, Cecilia Todesca, ils tentent d’argumenter sur les avantages de cette fausse solution, en omettant de mentionner ses graves conséquences.

Qu’est-ce que l’« hydrogène vert » ?

Également appelé « hydrogène renouvelable », il s’agit de la production d’énergie à base d’hydrogène sans l’utilisation de combustibles fossiles. La technique la plus courante consiste à extraire l’hydrogène de l’eau, qui est composée de deux parties d’hydrogène et d’une partie d’oxygène (H2O). Un processus appelé électrolyse divise la molécule d’eau en ses deux éléments constitutifs. Par conséquent, pour produire de l’« hydrogène vert », il faut de l’eau, un électrolyseur et un approvisionnement abondant en électricité. Si l’électricité provient de sources renouvelables, telles que l’énergie éolienne, solaire ou hydraulique, l’hydrogène est considéré comme « vert ».

La production d’« hydrogène vert » peut nécessiter jusqu’à neuf kilos d’eau ultra-pure par kilo d’hydrogène. Cela implique que la ressource pourrait entrer en conflit avec d’autres besoins et utilisations de l’eau propre, qui devient de plus en plus rare.

Aujourd’hui, la production d’« hydrogène vert » est l’un des principaux intérêts des grandes sociétés transnationales (STN) et des fonds d’investissement Fonds d’investissement Les fonds d’investissement (private equity) ont pour objectif d’investir dans des sociétés qu’ils ont sélectionnées selon certains critères. Ils sont le plus souvent spécialisés suivant l’objectif de leur intervention : fonds de capital-risque, fonds de capital développement, fonds de LBO (voir infra) qui correspondent à des stades différents de maturité de l’entreprise. (BlacRock).

Pour cette production, une infrastructure très importante doit être construite, de préférence une infrastructure d’énergie renouvelable, c’est-à-dire des méga-barrages, des parcs éoliens et des panneaux solaires à grande échelle. Les conditions optimales se trouvent dans notre Patagonie et surtout à Rio Negro, où l’investissement est prévu. Bien sûr, avec une « expulsion » préalable de nos peuples indigènes.

La gravité de ces projets est qu’ils ne prennent pas en compte - évidemment le capital ne le fait pas - les impacts sur les communautés et les territoires détruits par la construction de ces infrastructures. Ces véritables écocides ont déjà été observés dans les pays du Sud. Un exemple en est le projet Grand Inga en République démocratique du Congo (RDC), construit par le groupe australien Fortescue Metals, qui est la quatrième plus grande société minière de fer au monde et qui a établi un plan pour devenir « neutre en carbone » d’ici 2030. Fortescue Future Industries (FFI), une filiale à part entière de Fortescue, promeut des projets qui impliquent la construction de capacités de production d’énergie renouvelable et d’« hydrogène vert » à grande échelle. Andrew Forrest, président de Fortescue, a déclaré dans un communiqué de presse en avril 2021 : « Notre objectif est de fournir les deux »chaînons manquants" dans la lutte contre le changement climatique, en créant à la fois une demande et une offre d’hydrogène vert. En raison de leur haute efficacité énergétique et de leur neutralité environnementale, l’hydrogène vert et l’électricité verte directe ont le potentiel d’éliminer les combustibles fossiles des chaînes d’approvisionnement. Une fois réalisées, ces avancées permettront également de réduire considérablement les coûts d’exploitation de Fortescue. Fortescue est la société qui s’établira à Rio Negro pour transformer la province en un centre mondial d’exportation d’hydrogène vert d’ici 2030, avec une capacité de production de 2,2 millions de tonnes par an.

La promotion de l’« hydrogène vert » en tant que « carburant de l’avenir » ainsi que la voie vers une « économie de l’hydrogène » constituent une sonnette d’alarme pour les communautés du monde entier qui luttent contre les méga-infrastructures d’énergie renouvelable. Cette offensive est également un signe clair de la manière dont la matrice énergétique actuelle, inégale et injuste, restera intacte dans le cadre de la soi-disant « économie verte ».

Nous ne sommes pas rassurés par ce projet, présenté en « grande pompe » par le gouvernement national, qui, de retour à Glasgow, rejoint le discours des puissants de ce monde qui prétendent résoudre la crise climatique avec de « fausses solutions » qui conduisent à plus de pollution et de dépossession. Et, bien sûr, plus d’affaires.

Dans le même cadre se trouvent les fausses propositions de « crédits carbone » qui, définitivement, convertissent les permis d’émission de carbone et de gaz à effet de serre (GES) en marchandises, en nouvelles marchandises, avec l’argument fallacieux que la réduction des émissions sera économiquement intéressante et stimulera les investissements du secteur privé dans les technologies propres. Les entreprises polluantes achètent des « permis d’émission » ou des « crédits carbone » pour compenser leurs dommages. Comme à l’époque où les riches pouvaient pécher en paix parce qu’ils pouvaient acheter des « indulgences » à l’église et se garantir ainsi le royaume des cieux. Aujourd’hui, les pollueurs achètent des indulgences environnementales et continuent à faire de grosses affaires.

Nous rejetons également les « échanges dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
-nature », tout d’abord parce qu’ils reconnaissent une dette publique illégitime, illégale et odieuse, dont le paiement doit être suspendu et audité d’urgence par une enquête avec la participation populaire. Ensuite, parce que ce mécanisme politique et financier pervers prétend mettre en œuvre des projets de conservation de l’environnement (atténuation et adaptation) dans nos pays, qui sont en fait des instruments d’appropriation de nos biens communs.

Ces Conférences des Parties (COP), dans le cadre de l’ONU, qui se réunissent depuis 26 ans, avec la présence de chefs d’État, de sociétés transnationales, d’institutions financières internationales et de quelques représentants de la société civile, n’ont jusqu’à présent pas modifié ou tenté de modifier d’un iota la cause structurelle du « réchauffement climatique », qui est le mode de production, de distribution et de consommation capitaliste actuel.

C’est pourquoi les paroles de Fidel Castro dans son discours à la « Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement » du 12 juin 1992 résonnent à nouveau à nos oreilles. « Arrêtez l’égoïsme, arrêtez l’hégémonisme, l’irresponsabilité et la tromperie. Demain, il sera trop tard pour faire ce que nous aurions dû faire il y a longtemps ».


Version originale en espagnol publiée le 2 novembre 2021




Maria Elena Saludas

ATTAC/CADTM Argentina

Autres articles en français de Maria Elena Saludas (18)

0 | 10

Traduction(s)