Ahmed Ben Bella : une vie pour la libération des peuples

14 avril 2012 par Cruz Melchor Eya Nchama


Ahmed Ben Bella vient, à l’âge de 96 ans, de nous quitter. Leader historique du Front de libération nationale et premier Président de l’Algérie ndépendante, Ahmed Ben Bella a passé toute sa vie à lutter pour la libération et le développement des pays africains, tout comme de l’ensemble des pays du Sud.

Il était un éminent membre fondateur du mouvement des Non-alignés Mouvement des non-alignés Groupe de pays prônant, à partir des années 1950, la neutralité face aux blocs dirigés par les deux super-puissances (États-Unis et Union soviétique), alors en pleine guerre froide. En avril 1955, une conférence de pays asiatiques et africains se réunit à Bandoeng (Indonésie) pour promouvoir l’unité et l’indépendance du tiers-monde, la décolonisation et la fin de la ségrégation raciale. Les initiateurs sont Tito (Yougoslavie), Nasser (Égypte), Nehru (Inde), Sukarno (Indonésie). Le mouvement des non-alignés naît véritablement à Belgrade en 1961. D’autres conférences suivront au Caire (1964), à Lusaka (1970), à Alger (1973), à Colombo (1976).

L’action du mouvement des non-alignés, composé de 120 pays, a eu au cours des dernières années une portée très limitée.
, issu de la conférence de Bandung (18-24 avril 1955). Cette conférence s’est tenue quelques mois après le commencement de la guerre de libération algérienne le 1er novembre 1954.

Ahmed Ben Bella a passé plus de 24 ans en prison au total, d’abord dans les geôles françaises, puis en Algérie, après le coup d’Etat de Boumedienne, perpétré en 1965. Libéré en 1981, il est devenu une personnalité connue dans le monde entier. Après l’élection de Bouteflika en 1999, Ahmed Ben Bella a été réhabilité dans son pays. C’est ainsi qu’en 2007, il a été nommé par l’Union africaine Président du groupe des Sages pour résoudre les différents conflits de ce continent.

Ahmed Ben Bella était également un membre fidèle du Centre Europe - Tiers Monde (CETIM) depuis de longues années. Pendant son séjour en Suisse, il était un soutien de poids à notre organisation.
Nous présentons nos condoléances à sa famille, au peuple algérien et aux peuples de tous les « Suds ».

Cruz Melchor Eya Nchama
Président du CETIM