printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Biens communs, dettes et brevets des firmes pharmaceutiques
Octobre 2021
par Eric Toussaint
15 octobre 2021

Résumé

Dans cette étude en trois parties, Éric Toussaint dresse un constat implacable sur la gestion de la crise du coronavirus par les gouvernements des pays les plus industrialisés.
Dans la première partie intitulée « La destruction et l’accaparement des biens communs », l’auteur dresse un parallèle entre l’essor du capitalisme au travers des principales puissances européens de l’époque et la privatisation des biens communs par les capitalistes au détriment de la grande majorité de la population. Pour les capitalistes, s’opposer aux biens communs constitue la garantie de réaliser de juteux profits sur une période aussi longue que possible. Parmi les outils utilisés, dépossession forcée des populations locales de leurs terres et matières premières, imposition d’un système colonial, ou encore recours au chantage de la dette publique.

Dans la seconde partie, « L’appropriation des connaissances et les bénéfices du Big Pharma au temps du coronavirus », Éric Toussaint démontre comment la privatisation des brevets en général, et plus spécifiquement ici dans la santé par les plus grosses industries pharmaceutiques, le Big Pharma, représente en soi un accaparement des biens communs. Avec le concours de l’Organisation mondiale du commerce, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et des plus grandes puissances mondiales, le Big Pharma profite des droits de propriété intellectuelle relatifs au commerce pour faire payer au prix fort la vente de leurs différents vaccins, engranger des revenus colossaux, qu’importe si cela représente une barrière insurmontable pour de nombreux pays du Sud. C’est ainsi qu’en septembre 2021, seuls 2,1 % de la population des pays à faible revenu avaient reçu une dose d’un vaccin contre le Covid.

Dans la dernière partie, « Coronavirus : Biens communs mondiaux contre Big Pharma », l’auteur analyse comment le Big Pharma, profite d’une pandémie mondiale, pour engranger des profits absolument exceptionnels pour de longues années encore, alors même que la recherche et la production des vaccins ont été financées en presque totalité par les pouvoirs publics. En achetant au Big Pharma ces vaccins à des prix représentant plus de 10 fois le coût de production, les gouvernements ont quant à eux signé pour une forte augmentation de la dette publique, les populations se voyant invités à se serrer une nouvelle fois la ceinture pour payer cette note salée. Tout comme en 2007-2008, on assiste à une privatisation des profits et à une socialisation des pertes. Pour s’extraire de ces nouvelles dettes illégitimes et du pouvoir exercé par le Big Pharma à l’encontre de l’intérêt général, l’auteur présente une série d’alternatives, tirées notamment du Manifeste « Mettons fin au système de brevets privés ! » signé par plus de 200 organisations internationales et 360 personnalités.


Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres, Capitulation entre adultes : Grèce 2015, une alternative était possible, Syllepse, 2020, Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation, Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015.