printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Fin du Doing Business de la Banque mondiale… jusqu’à quand ?
par CADTM International
20 septembre 2021

Après une succession de scandales depuis sa création en 2002, la Banque mondiale a annoncé dans un communiqué ce jeudi 16 septembre 2021 mettre fin à la publication de son rapport Doing Business. Impliquant notamment Jim Yong Kim et Kristalina Georgieva, cette décision fait suite à la pression continue d’associations, organisations de la société civile, syndicats, universitaires. Le CADTM considère cette annonce comme une victoire tout en appelant à la vigilance face à ce qui ressemble fort à un discours de façade.

Tancée de toute part suite à sa gestion calamiteuse de la crise de la dette du tiers monde dans les années 1990, marquée par l’application systématique des Plans d’ajustement structurel, la Banque mondiale a multiplié au début des années 2000 les pirouettes sémantiques pour tenter de redorer son blason. C’est dans ce contexte que la Banque mondiale annonçait en grande pompe en 2002 le lancement d’un nouvel outil dénommé Doing Business (« Faire des affaires »). Ayant vocation à déterminer le « climat des affaires » des pays membres de l’institution afin d’attirer les investisseurs privés, la Banque mondiale publiait chaque année un rapport comprenant un classement des meilleurs élèves selon une série d’indicateurs qui favorisent le grand capital et lui permettent de bénéficier des financements publics, des facilités fiscales, etc.

En l’espace de 20 ans, les critiques à l’égard de ce rapport se sont accumulées. Incitation à déconstruire les cadres réglementaires considérés comme contraignants, course à la moins-value fiscale et à l’évasion fiscale, promotion de l’agrobusiness et des accaparements de terre et des sous-sols, facilitation des licenciements et opposition à la protection sociale des travailleurs-euses, le Doing Business représentait à n’en pas douter ce qu’il se fait de mieux en matière de néolibéralisme.

En 2018, Paul Romer, alors économiste en chef à la Banque mondiale, reconnait que le rapport comporte un sérieux parti pris idéologique, influençant le classement final des pays. Ses déclarations font suite à la perte soudaine de 23 places du Chili alors sous la présidence de la « socialiste » Michelle Bachelet.

Après de nouvelles irrégularités dans le rapport de 2020 et sous la pression d’associations, organisations de la société civile, syndicats, universitaires combinée à celle de l’ONU et de l’OCDE, la Banque mondiale avait finalement annoncé mettre fin temporairement à la publication du rapport annuel Doing Business tout en menant en parallèle un audit interne.

Parmi les premières conclusions de l’enquête, l’ex-président de la Banque mondiale Jim Yong Kim (2012-2019) et Kristalina Georgieva, ex-directrice exécutive de l’institution (2017-2019) et actuelle directrice générale du FMI, auraient tous deux contribué à manipuler des données du rapport en faveur de différents pays dont la Chine.

Après 20 ans de scandales, cette victoire est sans doute à saluer. Le combat à mener contre cette institution ô combien anti-démocratique n’en est pas pour autant terminé. Dans ce même communiqué, la Banque mondiale a indiqué rester « fermement engagée à promouvoir le rôle du secteur privé dans le développement » et travaille déjà « sur une nouvelle approche pour évaluer le climat des affaires et des investissements ». Avec la Société financière internationale (SFI), une de ses cinq filiales, la Banque mondiale dispose en effet de nombreux atouts pour continuer à répandre son idéologie néolibérale mortifère, le tout avec le concours du Fonds monétaire international (FMI).

Face à la hausse de l’endettement des pays du Sud, de la pauvreté et des inégalités, le CADTM reste fidèle à sa ligne politique et appelle au remplacement de la Banque mondiale et du FMI par des institutions démocratiques qui mettent la priorité sur la satisfaction des droits humains fondamentaux dans les domaines du financement du développement, du crédit et du commerce international.


CADTM International, le 20 septembre 2021

Contact média : remi [at] cadtm.org


CADTM International