printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Michael Roberts : La cicatrisation
par Michael Roberts
29 juin 2021

Le CADTM reproduit cet article que Michael Robert a posté sur son blog il y a plus d’un an (le 2 mai 2020) car il est très utile pour réfléchir à ce qui peut arriver dans la seconde partie de 2021 et 2022.

L’optimisme règne sur les marchés boursiers mondiaux, en particulier aux États-Unis. Après avoir chuté d’environ 30 % lorsque les blocages pour contenir la pandémie du virus Covid-19 ont été imposés, le marché boursier américain a bondi de 30 % en avril. Pourquoi ? Eh bien, pour deux raisons. La première est que la Réserve fédérale américaine est intervenue pour injecter des crédits colossaux en achetant des obligations et des instruments financiers de toutes sortes. Les autres banques centrales ont également réagi de la même manière avec des injections de crédit, bien que rien ne se compare à l’impulsion monétaire de la Fed.

En conséquence, la valorisation du marché boursier américain par rapport aux bénéfices futurs des entreprises a grimpé en flèche en ligne avec les injections de la Fed. Si la Fed achète une obligation ou un instrument financier que vous détenez, comment pouvez-vous vous tromper ?

L’autre raison d’un rallye boursier en même temps que les données de l’économie « réelle » révèlent un effondrement de la production nationale, de l’investissement et de l’emploi presque partout (avec le pire à venir) est la conviction que les blocages seront bientôt terminés ; des traitements et des vaccins sont en route pour arrêter le virus ; et ainsi les économies rebondiront dans les trois à six mois et la pandémie sera bientôt oubliée.

Par exemple, le secrétaire américain au Trésor, Mnuchin, a réitéré son point de vue exprimé au début des blocages selon lequel « vous allez vraiment voir l’économie rebondir en juillet, août et septembre ». Et le conseiller économique de la Maison Blanche, Hassett, a estimé que d’ici le 4e trimestre, l’économie américaine « va être vraiment forte et l’année prochaine va être une année formidable ». Le PDG de Bank of America, Moynihan, a estimé que les dépenses de consommation avaient déjà atteint un creux et qu’elles augmenteraient bientôt à nouveau au 4e trimestre, suivies d’une croissance du PIB à deux chiffres en 2021 !

Le fait que la consommation personnelle américaine ait atteint son point bas semble difficile à justifier lorsque l’on regarde les données du premier trimestre. En effet, en mars, les dépenses personnelles aux États-Unis ont chuté de 7,5 % d’un mois à l’autre, la plus forte baisse des dépenses personnelles jamais enregistrée.

Mais ce ne sont pas seulement les voix officielles et bancaires qui estiment que les dommages économiques de la pandémie et des blocages seront brefs sinon si doux. De nombreux économistes keynésiens aux États-Unis font la même chose. Dans des articles précédents, j’ai souligné l’affirmation du gourou keynésien, Larry Summers, ancien secrétaire au Trésor sous Clinton, selon laquelle la crise du verrouillage était la même que la fermeture des entreprises dans les lieux touristiques d’été pour l’hiver. Dès que l’été arrive, ils s’ouvrent tous et sont prêts à partir comme avant. La pandémie n’est donc qu’une chose saisonnière.

Maintenant, le gourou keynésien de tous, Paul Krugman, estime que cette crise, dont l’impact sur l’économie mondiale est bien pire que la Grande Récession, n’était pas une crise économique mais « une situation de secours en cas de catastrophe ». Krugman soutient qu’il s’agit « d’une catastrophe naturelle, comme une guerre, est un événement temporaire ». La réponse est donc que « cela devrait être couvert en grande partie par des impôts plus élevés et des dépenses plus faibles à l’avenir plutôt qu’immédiatement, ce qui est une autre façon de dire qu’il devrait être payé en grande partie par une augmentation temporaire du déficit ». Une fois que ces dépenses ont fonctionné, l’économie redeviendrait comme avant et le déficit des dépenses ne sera que « temporaire ». Et Robert Reich, l’ancien secrétaire au Travail prétendument de gauche, toujours sous Clinton, a estimé que la crise n’était pas économique mais une crise sanitaire et dès que le problème de santé serait contenu (vraisemblablement cet été), l’économie « se redresserait ».

Vous vous attendriez à ce que les conseillers de Trump et les chefs de Wall Street proclament un retour rapide à la normale (même si les économistes des maisons d’investissement ont principalement un point de vue différent), mais vous trouverez peut-être surprenant que les principaux keynésiens soient d’accord. Je pense que la raison en est que toute analyse keynésienne des récessions et des récessions ne peut pas faire face à cette pandémie. La théorie keynésienne part de l’idée que les effondrements sont le résultat d’un effondrement de la « demande effective » qui conduit ensuite à une chute de la production et de l’emploi. Mais comme je l’ai expliqué dans les messages précédents, ce marasme n’est pas le résultat d’un effondrement de la « demande », mais d’une fermeture de la production, à la fois dans l’industrie et notamment dans les services. Il s’agit d’un « choc d’offre », pas d’un « choc de demande ». D’ailleurs, les théoriciens de la « financiarisation » de l’école Minsky sont également désemparés, car ce marasme n’est pas le résultat d’un credit crunch ou d’un krach financier, bien que cela puisse encore arriver.

Ainsi, les keynésiens pensent que dès que les gens se remettront au travail et commenceront à dépenser, la « demande effective » (même la demande « refoulée ») augmentera et l’économie capitaliste reviendra à la normale. Mais si vous abordez la crise sous l’angle de l’offre ou de la production, et en particulier de la rentabilité de la reprise de la production et de l’emploi, ce qui est l’approche marxiste, alors la cause de la crise et la probabilité d’une reprise lente et faible deviennent claires. .

Rappelons-nous ce qui s’est passé après la fin de la Grande Récession de 2008-2009. Le marché boursier a explosé d’année en année, mais l’économie « réelle » de production, d’investissement et de revenus des travailleurs a rampé. Depuis 2009, la croissance annuelle du PIB par habitant aux États-Unis n’a été en moyenne que de 1,6 %. Ainsi, à la fin de 2019, le PIB par habitant était de 13 % inférieur à la croissance tendancielle avant 2008. Cet écart était désormais égal à 10 200 $ par personne, une perte de revenu permanente.

Et maintenant, Goldman Sachs prévoit une baisse du PIB par habitant qui effacerait même les gains des dix dernières années !

Le monde est maintenant beaucoup plus intégré qu’il ne l’était en 2008. La chaîne de valeur mondiale, comme on l’appelle, est maintenant omniprésente et vaste. Même si certains pays parviennent à amorcer une reprise économique, la perturbation du commerce mondial pourrait sérieusement entraver la vitesse et la force de cette reprise. Prenez la Chine, où la reprise économique de son verrouillage est en cours. L’activité économique est toujours bien en deçà des niveaux de 2019 et le rythme de la reprise semble lent, principalement parce que les fabricants et exportateurs chinois n’ont personne à qui vendre.

Ce n’est pas un phénomène du virus ou un problème de santé. La croissance du commerce mondial est à peine égale à la croissance du PIB mondial depuis 2009 (ligne bleue), bien en deçà de son taux d’avant 2009 (ligne bleue en pointillés). Aujourd’hui, l’Organisation mondiale du commerce ne prévoit même pas de retour à cette trajectoire inférieure (ligne pointillée jaune) avant au moins deux ans.

Les dépenses massives du secteur public (plus de 3 milliards de dollars) par le Congrès américain et l’énorme stimulus monétaire de la Fed (4 milliards de dollars) n’arrêteront pas cette profonde récession ni même ne ramèneront l’économie américaine à sa tendance (basse) précédente. En effet, Oxford Economics estime qu’il existe toutes les possibilités d’une deuxième vague de la pandémie qui pourrait forcer de nouvelles mesures de verrouillage et maintenir l’économie américaine dans le marasme et la stagnation jusqu’en 2023 !

Mais pourquoi les économies capitalistes (au moins au 21 e siècle) ne reviennent-elles pas aux tendances précédentes ? Eh bien, j’ai soutenu sur ce blog dans de nombreux articles qu’il y avait deux raisons principales. La première est que la rentabilité du capital dans les grandes économies n’est pas revenue aux niveaux atteints à la fin des années 90, encore moins à l’« âge d’or » de la croissance économique et des récessions modérées des années 50 et 60.

Et la deuxième raison est que pour faire face à cette baisse de rentabilité, les entreprises ont augmenté leur endettement, alimenté par des taux d’intérêt bas, soit pour soutenir la production et/ou pour basculer des fonds en actifs financiers et en spéculation.

Mais lié à ces facteurs sous-jacents en est un autre : ce qu’on a appelé la cicatrisation de l’économie, ou hystérésis. L’hystérésis dans le domaine de l’économie fait référence à un événement dans l’économie qui persiste dans le futur, même après que les facteurs qui ont conduit à cet événement ont été supprimés. L’hystérésis est l’argument selon lequel les effets à court terme peuvent se manifester par des problèmes à long terme qui inhibent la croissance et rendent difficile le « retour à la normale ».

Les keynésiens pensent traditionnellement que la relance budgétaire va renverser le marasme des économies. Cependant, même eux ont reconnu que les conditions économiques à court terme peuvent avoir des impacts durables. Des marchés du crédit gelés et des dépenses de consommation déprimées peuvent empêcher la création de petites entreprises par ailleurs dynamiques. Les grandes entreprises peuvent retarder ou réduire les dépenses de R&D.

Comme Jack Rasmus l’a bien dit dans un article récent sur son blog : « Il faut beaucoup de temps aux entreprises et aux consommateurs pour rétablir leur niveau de « confiance » dans l’économie et changer les comportements d’investissement et d’achat ultra-prudents pour adopter des modèles de dépenses et d’investissement plus optimistes. Les niveaux de chômage sont élevés et pèsent sur l’économie pendant un certain temps. De nombreuses petites entreprises ne rouvrent jamais et quand elles le font avec moins d’employés et souvent à des salaires inférieurs. Les grandes entreprises amassent leur trésorerie. Les banques sont généralement très lentes à prêter avec leur propre argent. D’autres entreprises sont réticentes à investir et à se développer, et donc à réembaucher, compte tenu des dépenses de consommation prudentes, de la thésaurisation des entreprises et du comportement de crédit conservateur des banques. La Fed, la banque centrale, peut mettre à disposition une masse d’argent gratuit et des prêts bon marché, mais les entreprises et les ménages peuvent être réticents à emprunter, préférant accumuler leur argent – ​​et les prêts également. » En d’autres termes, une récession économique peut entraîner des « cicatrices », c’est-à-dire des dommages durables à l’économie.

Il y a quelques années, le FMI a publié un article sur les « cicatrices ». Les économistes du FMI ont noté qu’après les récessions, il n’y a pas toujours de reprise en forme de V par rapport aux tendances précédentes. En effet, il est souvent arrivé que la tendance de croissance précédente ne soit jamais rétablie. En utilisant des données mises à jour de 1974 à 2012, ils ont constaté que les dommages irréparables à la production ne se limitent pas aux crises financières et politiques. Tous les types de récessions entraînent en moyenne des pertes de production permanentes.

« Dans la vision traditionnelle du cycle économique, une récession consiste en une baisse temporaire de la production en dessous de sa ligne de tendance, mais en un rebond rapide de la production vers sa ligne de tendance à la hausse initiale pendant la phase de reprise (voir graphique, panneau supérieur). En revanche, nos données suggèrent qu’une reprise consiste uniquement en un retour de la croissance à son taux d’expansion à long terme, sans un rebond de la croissance élevée vers la tendance initiale (voir graphique, panneau du bas). En d’autres termes, les récessions peuvent causer des cicatrices économiques permanentes. »

Et cela ne s’applique pas seulement à une économie, mais aussi à l’écart entre les économies riches et pauvres. Le FMI : « Les pays pauvres subissent des récessions et des crises plus profondes et plus fréquentes, subissant à chaque fois des pertes de production permanentes et perdant du terrain (lignes pleines dans le graphique ci-dessous).

Le document du FMI complète le point de vue sur la différence entre les récessions et les dépressions « classiques » que j’ai décrit dans mon livre de 2016, La longue dépression. T ici , je montre que dans les dépressions, la reprise après une récession prend la forme, et non d’une forme en V, mais plus d’une racine carrée, qui fixe une économie sur la trajectoire nouvelle et inférieure.

Je soupçonne qu’il y aura beaucoup de cicatrices du secteur capitaliste de cette crise pandémique. Min Ouyang, professeur agrégé à l’Université Tsinghua de Pékin, a découvert que lors des récessions passées, les « cicatrisations » des entrepreneurs dues à l’effondrement des flux de trésorerie l’emportaient sur les effets bénéfiques de forcer les entreprises faibles à fermer et à « nettoyer » la voie pour ceux qui survivent. « L’effet cicatrisant de cette récession sera probablement plus grave que celui de toutes les récessions passées… Si nous disons que les pandémies sont la nouvelle norme, alors les gens hésiteront beaucoup plus à prendre des risques », dit-elle.

Les ménages et les entreprises voudraient plus d’économies et moins de risques pour se protéger contre d’éventuelles fermetures futures, tandis que les gouvernements devraient stocker du matériel d’urgence et s’assurer qu’ils pourraient rapidement en fabriquer plus à l’intérieur de leurs propres frontières. Même si la pandémie s’avère être ponctuelle, de nombreuses personnes hésiteront à socialiser une fois le verrouillage terminé, prolongeant la douleur pour les entreprises et les économies qui dépendent du tourisme, des voyages, des restaurants et des événements de masse.

Et cette récession accélérera les tendances de l’accumulation capitaliste qui étaient déjà en cours : Lisa B. Kahn, une économiste de Yale, a découvert qu’après la récession, les entreprises essaient de remplacer les travailleurs par des machines et forcent ainsi les travailleurs qui retournent au travail à accepter des revenus inférieurs ou à trouver un autre emploi qui paient moins. Recherche Après tout, c’est l’un des objectifs du processus de « nettoyage » du capital : réduire les coûts de main-d’œuvre et augmenter la rentabilité. Il marque le travail à vie.

« Cette expérience va laisser de profondes cicatrices sur l’économie et sur le sentiment des consommateurs/investisseurs/entreprises. Cela va marquer une génération aussi profondément que la Grande Dépression a marqué nos parents et nos grands-parents. » Jean Mauldin


Source : Anti-K

Michael Roberts

a travaillé comme économiste à la Cité de Londres (La City) pendant plus de 30 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie mondiale dont The Great Recession, The Long Depression and World in Crisis. Il tient également un blog : thenextrecession.wordpress.com