printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Un rapport révélateur de l’Union de Banques Suisse (UBS)
La pandémie les a rendus plus riches qu’avant
par Sergio Ferrari
16 novembre 2020

Alors que la crise actuelle augmente à toute vitesse les niveaux de pauvreté et d’indigence sur toute la planète, un groupe restreint de multimillionnaires voit croître ses richesses d’une manière impressionnante.

Il s’agit des 2.000 personnes les plus riches de la planète. Exactement, 2.189 multimillionnaires (31 de plus qu’en 2017) qui, à la fin juillet 2020, déclaraient une fortune totale de 10.200 milliards de dollars US. Un chiffre équivalent aux revenus de 4.600 millions de personnes dans le monde entier.


Le Covid-19, un commerce rentable

Une partie de cette élite, plus particulièrement les entrepreneurs actifs dans les secteurs technologique, sanitaire et industriel, profite opportunément des bénéfices additionnels générés durant la crise. Les 37 multimillionnaires résidant dans la petite Suisse sont un exemple de cette tendance à l’enrichissement accéléré : entre avril et juillet 2020, leur patrimoine a augmenté de 29 % pour atteindre globalement 123.5 milliards de francs suisses.

Ces chiffres sidérants, qui échappent à l’imagination du citoyen ordinaire, ont été révélés, début octobre, grâce à un rapport élaboré conjointement par l’Union de Banques Suisse (UBS), la plus grande du monde dans la gestion de fortune, et la firme britannique Price Waterhouse Coopers (PwC), l’une des quatre plus grandes entreprises dans le secteur du conseil financier et comptable.

Il s’agit de la 7e étude menée par l’UBS sur la richesse des super-riches. Le rapport 2020 analyse les fortunes de 2.000 multimillionnaires sur 43 marchés différents, ce qui concerne pratiquement toutes les grandes fortunes du monde.

Les entrepreneurs du secteur de la santé ont vu leur patrimoine augmenter jusqu’à 50 % durant ces derniers mois, grâce à leurs paris sur les nouveaux traitements, les innovations de diagnostic et, particulièrement, la recherche sur le Covid-19. Néanmoins, ce sont les entrepreneurs en technologie qui détiennent la plus grande fortune, soit 1,8 milliard de dollars.

D’après le rapport de l’UBS, les entreprises technologiques ont été les plus privilégiées durant ces derniers mois. Bien que ce rapport ne cite aucun nom, la chaine de télévision France 24 assure que Jeff Bezos (Amazon), Mark Zuckerberg (Facebook), Jack Ma (Alibaba) et Steve Ballmer (ex-président directeur général de Microsoft) figurent parmi les grands gagnants de cette conjoncture. D’après le rapport conjoint de l’UBS et de PwC, les nouveaux gains proviennent pratiquement dans leur totalité de transactions financières. Les potentats du secteur technologique ont bénéficié des profonds changements que la crise sanitaire et le confinement « ont provoqué dans les habitudes de consommation et de travail. Le succès des applications de vidéo-conférence, comme Zoom, et les plateformes d’achat en ligne, comme Amazon, ont convaincu les investisseurs de plaider pour toute chose qui brille technologiquement » selon France 24.

En avril 2020, la revue Forbes a inclus sept Latino-Américains dans la liste des possesseurs de plus de mille millions de dollars. Parmi ces sept personnes, le Mexicain Carlos Slim, l’homme le plus riche du continent, avec un patrimoine de 59 milliards de dollars ; le Brésilien Joseph Safra ; la Chilienne Iris Fontbona ; le Colombien Luis Carlos Sarmiento ; le Péruvien Carlos Rodríguez et le Vénézuélien Juan Carlos Escotet. Le septième, sur cette liste de potentats régionaux, est l’entrepreneur argentin du pétrole Alejandro Bulgheroni, dont la fortune s’élève à 2,8 milliards de dollars.


Les deux faces d’une même monnaie

La richesse et la pauvreté, les multimillionnaires et les indigents agissent dans la même éprouvette planétaire et s’entremêlent grâce à des vases communicants. La brèche entre les plus riches du monde et le reste de la société planétaire continue d’être abyssale. Comme le signalait le rapport de janvier 2020 de l’ONG Oxfam, en ce moment la richesse des 2.153 multimillionnaires était supérieure à l’ensemble des revenus possédés par 4.600 millions d’habitants de la planète, soit approximativement 60 % de la population mondiale.

Pour expliquer pédagogiquement ce rapport croissant d’inégalités, Oxfam calcule que les 22 hommes les plus riches du monde possèdent plus de richesses que toutes les femmes du continent africain. Le 1 % le plus riche de la Terre concentre plus du double que la richesse de 6.900 millions de personnes. Pour l’illustrer, Oxfam – qui réunit une vingtaine d’ONG dans 90 pays – explique que si « chaque personne s’asseyait sur l’argent qu’elle possède, en billets de 100 dollars, la majorité reposerait sur le sol. Une personne de la classe moyenne dans un pays riche se retrouverait sur un siège. Les deux individus les plus riches du monde seraient assis dans l’espace ». (https://oxfamilibrary.openrepository.com/bitstream/handle/10546/620928/bp-time-to-care-inequality-200120-es.pdf).


La crise accentue l’inégalité

Les études les plus récentes menées par des institutions internationales – de l’Organisation internationale du travail (OIT) à la Conférence économique pour l’Amérique latine (CEPAL) – ont anticipé le cadre calamiteux de la situation internationale et régionale d’après la pandémie. De son côté, la Banque mondiale a conclu, dans une étude publiée début octobre, qu’en raison de la crise actuelle, entre 88 millions et 115 millions de personnes recevront en 2020 moins de 1,90 dollar par jour, des chiffres qui les plongeront dans une extrême pauvreté. Vu l’actuelle récession économique, estimée à 5,2 % pour 2020, ce chiffre de personnes en extrême pauvreté pourrait atteindre 150 millions en 2021.

« Le paradoxe, c’est que cette crise n’affecte pas tout le monde également », affirme Oxfam dans son rapport Qui paie la facture ? « Depuis le début des confinements », huit nouveaux multimillionnaires (ou milliardaires) sont apparus en Amérique latine, soit un toutes les deux semaines. En d’autres termes : la fortune des 73 multimillionnaires latino-américains a augmenté 48.2 milliards depuis le commencement de la pandémie jusqu’à fin juillet. Un paradoxe, selon Oxfam, si l’on estime que, sur le continent, 52 millions de personnes deviendront pauvres et que 18 millions perdront leur emploi cette année. Pour mieux le comprendre, cette augmentation de la richesse de l’élite privilégiée correspond à 38 % du total des paquets de relance activés par l’ensemble des gouvernements nationaux, et à neuf fois l’intervention du Fonds monétaire international (FMI) avec les prêts d’urgence accordés jusqu’ici sur le continent latino-américain.


Qui paie la facture ?

Un précipice planétaire de cette dimension est difficile à conceptualiser et remet en question les politiques étatiques et les recommandations monétaristes et fiscales émanant des organisations internationales pour pallier à la crise. Le point clé du débat général – déjà en cours dans de nombreux pays, c’est l’impôt sur les richesses.

Dans son analyse de la situation latino-américaine, fin juillet, Oxfam a présenté des propositions concrètes, suggérant « d’appliquer en 2020 un impôt sur le patrimoine net de 2 % à 3,5 % pour les revenus supérieurs à un million de dollars ». Grâce à cet impôt, les gouvernements latino-américains pourraient percevoir jusqu’à 14.200 millions dollars, qui pourraient être investis dans la santé publique et la protection sociale. Dans la deuxième semaine d’octobre, des porte-parole du très peu progressiste Fonds monétaire international envisagèrent la nécessité de faire avancer une politique fiscale particulière. « Le FMI appelle à augmenter les impôts des plus riches et des entreprises rentables pour payer la facture de la crise », titrait le quotidien espagnol El Pais dans une édition de mi octobre.

Bien que ce ne soit pas une nouveauté, la réalité des fortunes multipliées et des richesses accumulées de manière astronomique en des temps de pandémie aiguise la réflexion sur la redistribution des revenus dans chaque nation. Cela implique de réexaminer des thèmes sensibles comme l’impôt sur la fortune et les bénéfices, ainsi que la nécessité de récupérer la transparence active et le courage politique d’affronter l’évasion fiscale et la fuite des capitaux, ainsi que de définir une position ferme des Etats par rapport à la dette extérieure.


Traduction Hans-Peter Renk


Sergio Ferrari

Journaliste RP/periodista RP