printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
Le CADTM Afrique dénonce l’incendie criminel volontaire au domicile de Jean Marc BIKOKO à Yaoundé, Cameroun
Communiqué de presse
par [fr] CADTM Afrique [es] CADTM África [en] CADTM Africa
3 juillet 2016

Le Comité pour l’Abolition des Dettes Illégitimes (CADTM) Réseau Afrique a appris avec indignation le 26 juin 2016, l’incendie criminel et volontaire par un inconnu, du domicile du camarade Jean Marc Bikoko, Coordonnateur de la Plate-forme d’Information et d’Action sur la Dette (PFIAD) au Cameroun, membre du CADTM international. Il est aussi membre fondateur de Point Focal National du Réseau Dynamique Citoyenne, une organisation de la société civile camerounaise spécialisée dans le suivi indépendant des politiques publiques et des stratégies de coopération. L’incendie a causé des dégâts matériels considérables mais heureusement pas humains, par la grâce de Dieu.

Cet acte est la suite de nombreux autres de même nature perpétrés à l’encontre de notre camarade Bikoko et parmi lesquels la tentative avortée de l’incendie de son véhicule de service le 15 décembre 2013. C’est le lieu aussi de rappeler que notre camarade Jean Marc Bikoko a été arbitrairement révoqué de la Fonction publique avec une suspension de salaire de trois (3) ans (1996 – 1999) ; il a également fait l’objet de multiples interpellations et incarcérations pour des raisons syndicales.

Nous rappelons par ailleurs que, depuis le 15 septembre 2015, lors de la conférence de presse organisée à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Démocratie au Palais des sports de Yaoundé sous le thème « Gouvernance électorale et alternance démocratique », ceci dans le cadre du lancement de la campagne « Tournons la page » et la mise en place de la coalition Cameroun, le camarade Bikoko, son épouse et ses enfants, ses proches et tous ses collaborateurs du Secrétariat Exécutif National de Dynamique Citoyenne sont l’objet des arrestations, des intimidations de toutes sortes et des menaces de mort de la part du régime de Paul Biya. Le crime étant d’avoir initié un débat sur un sujet « hautement sensible  » à savoir, l’alternance politique au Cameroun.

Fidèle à ses principes de promotion et de défense de la justice sociale, le Réseau CADTM Afrique :

- 1. Condamne fermement cet acte criminel et odieux ;
- 2. Exprime son soutien total à Jean Marc Bikoko, sa famille, ses proches et ses collaborateurs ;
- 3. Invite toutes les organisations de défense des Droits de l’homme, les politiques, la Société civile au Cameroun, en Afrique et partout dans le monde, à se mobiliser contre cet acte criminel qui viole les principes de la liberté d’expression, des libertés individuelles et collectives des citoyens dans un état de droit ;
- 4. Tient le régime de Paul BIYA et son gouvernement, responsables de tout ce qui pourrait arriver à Jean Marc Bikoko, sa famille, ses proches et ses collaborateurs ;
- 5. Exige un audit citoyen de la dette du Cameroun pour l’annulation totale et inconditionnelle des parties illégitimes, odieuses et insoutenables.

Bamako, le 30 juin 2016
Pour le CADTM Afrique
Le Groupe de Coordination

JPEG


JPEG


JPEG


JPEG



[fr] CADTM Afrique [es] CADTM África [en] CADTM Africa

SECRETARIAT RESEAU CADTM AFRIQUE, CAD-Mali Djélibougou Rue : 326 Porte : 26 - BP. 2521 Bamako - Mali - Tél./Fax : 20 24 01 34 / E-mail : secretariatcadtmafrique chez gmail.com