[Video] Eric Coquerel : « Le patrimoine de la France est tellement énorme que la dette ne mettra pas en danger le pays »

24 novembre par Eric Coquerel , regards.fr


La dette sera sans doute l’un des grands débats de la campagne présidentielle. À qui appartient la dette ? Faut-il la supprimer ? Éric Coquerel, député de la France insoumise, auteur de Lâchez-nous la dette aux Éditions de l’Atelier, est l’invité de #LaMidinale. Interview et vidéo réalisées par regards.fr

Sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
 : grave ou pas grave ?

  • « La dette n’est pas grave. »
  • « De manière absolue, la dette globale par rapport à un Etat aussi riche que la France - si on veut bien voir le patrimoine global de la France - est quelque chose que l’on peut très bien assumer. »
  • « Les libéraux nous présentent toujours la dette comme un stock. »
  • « Si vous achetez un appartement sur 30 ans, personne n’aura l’idée de comparer le prix que ça va vous coûter sur 30 ans sur un an de revenus. C’est ce que font les libéraux en permanence. »

Sur la dette Covid

Sur les dettes illégitimes

Sur la dette privée

  • « Si on parlait de la dette privée en permanence - comme on le fait sur la dette publique - comme un peu dans un roman policier, on dévoilerait le coupable c’est-à-dire le système capitaliste financiarisé. »
  • « Pour continuer à consommer, on contraint les ménages à prendre des crédits de plus en plus dangereux. C’est typiquement la crise des subprimes aux États-Unis. »
  • « La dette privée est le révélateur du rapport de force entre le capital et le travail. »

Sur l’annulation de la dette

  • « Il y a deux façons d’annuler la dette : il y a une façon indolore et qui pourrait presque passer inaperçu. C’est l’idée qu’on laisse rouler la dette de manière éternelle. Elle va s’éteindre d’elle-même (…). Il y a une autre manière qui consiste à créer de la masse monétaire. On va racheter la dette, ça va créer un peu d’inflation mais dans la période, ça sera quelque chose de très faible. »
  • « Si le politique reprend le pouvoir sur la question de la dette - c’est-à-dire la souveraineté du peuple et non celle des marchés - on peut décider d’annuler la dette ou de la prolonger. »
  • « Dans l’histoire, il y a eu des annulations de dette, ne serait-ce qu’en Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale. »

Sur les États et la dette

Sur les plans de relance et le quoi qu’il en coûte

Sur l’utilité de la dette

Sur les marges de manœuvre

  • « Revenir à l’ISF, en finir avec la flat tax, revenir sur des niches fiscales, taper sur l’évasion fiscale à travers un impôt sur les entreprises : on peut récupérer facilement 120 milliards d’euros par an. Ça fait des marges de manœuvre pour financer la transition écologique. »

Sur le qui va payer la dette

  • « Pour les cinq ans à venir, les libéraux proposent une baisse historique des dépenses publiques. Et pour être sûr de faire ça, ils proposent une loi pluriannuelle. »


La suite du verbatim est à lire sur www.regards.fr




Source : regards.fr