28 octobre > 30 octobre

Kinshasa, République démocratique du Congo

Troisième édition de l’Université du CADTM Afrique

Le Réseau Afrique du Comité pour l’Abolition des Dettes Illégitimes (CADTM), dans le cadre de sa mobilisation pour l’annulation des dettes publiques et privées, illégitimes ainsi que l’abandon des politiques de domination en Afrique et dans le Monde, en collaboration avec « Les Nouvelles Alternatives pour le Développement - Université de Kinshasa » (NAD-UNIKIN), organise la troisième édition de son Université du 28 au 30 octobre 2021 au Centre Catholique Liloba situé sur l’avenue Lulo n°2, quartier de l’École, commune de Lemba à Kinshasa.

Cette troisième Université du CADTM Afrique se veut être un important espace de rencontres, d’éducations et de mobilisations populaires, d’échanges entre pays et mouvements sociaux, et l’élaboration d’alternatives collectives.

Elle s’articule autour du thème central suivant : « L’impact des politiques financières européennes et des stratégies de coopération au développement au Sud et les alternatives possibles ».

Prendront part à cet important évènement du CADTM Afrique, les pays membres du Réseau CADTM Afrique notamment le Mali, le Niger, l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, le Benin, le Togo, la République Démocratique du Congo, le Congo Brazzaville, le Cameroun, le Gabon, le Maroc, le Kenya, et aussi la France et la Belgique ; les représentants et représentantes des mouvements sociaux de la RD Congo, les élèves et étudiants, les organes de la presse écrite et parlée et les mandataires politiques de la RD Congo.

« Unissons-nous contre les dettes illégitimes »
« Pour des audits citoyens des dettes publiques »

Jeudi 28 octobre
9h-9h30 Accueil et enregistrement des participant-es
9h30-10 Mot de bienvenue, d’introduction et d’orientation : André Mwanga Malewu, Président de NAD-UNIKIN

Présentation de la 3e édition l’Université du CADTM Afrique : objectifs, résultats attendus, programme de l’Université : Broulaye Bagayoko CAD-Mali et SP CADTM Afrique

Présentation du Réseau international CADTM : historique, but, organes, nouvelle version de la charte internationale du CADTM : Omar AZIKI d’Attac CADTM Maroc
10h-10h30 Pause café
10h30-12h30 Plénière d’ouverture
1. Analyse comparative de la Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
souveraine et provinciale de la RDC : Tirer les leçons des programmes d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
 : Quelle voie pour la RDC ? Quel bilan des dettes contractées avec la Chine contre l’exploitation des ressources naturelles ?
 : Direction Générale de la Dette Publique

2. La dette, un rouage clé du système capitaliste. Comment la dette et l’austérité affectent les populations du Nord et du Sud ? Quelles alternatives ? L’initiative “ReCommons Europe” ;
 : CADTM France

3. Perspective féministe de la politique macroéconomique africaine - opportunités offertes par la crise de la dette pour corriger les défaillances actuelles : Samantha Hargreaves Womin Afrique du Sud

4. Aperçu des luttes des peuples pour le changement dans le contexte de la mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La « mondialisation de l’économie » (Adda, 1996) ou, plus précisément la « mondialisation du capital » (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font « système ». Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de « régime d’accumulation mondial à dominante financière ».

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est « extérieur » au « marché ». Le triomphe actuel du « marché » n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des « trente glorieuses » (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la « révolution conservatrice » de la fin de la décennie 1970.
néolibérale : défis et perspectives
 : NUNU Salufa membre Entraide et Fraternité de la RDC

Débat Général et Échanges
Vendredi 29 octobre
9h-14h Journée d’interpellation politique à l’Assemblée nationale
15h-17h 1. Politique de microcrédit en Afrique : pratiques et dévires  : Omar Aziki (ATTAC CADTM Maroc) , Kiangebeni Kileke Beni (NAD-UNIKIN) et Emilie ACHAKA ( CADD Benin

2. L’interaction de la dette souveraine et des crises climatiques dans les pays du Sud : Régis Essono CADTM France

3. L’impact des APE sur l’industrie locale, l’agriculture familiale et les conditions de vie des populations du Sud : Broulaye Bagayoko CAD-Mali et SP CADTM Afrique

Débat général et échanges
Samedi 30 octobre
9h-10h30 1. L’économie politique de l’accumulation de la dette africaine Examen des relations de pouvoir dans la contraction de la dette (Chine, États du Golfe, États, Acteurs commerciaux et privés) mêmes acteurs, jeu différent : Éric Toussaint, Porte-Parole du CADTM International ;

2. Mettre fin aux politiques néocoloniales de l’UE en matière de commerce et d’investissement. L’initiative ReCommons Europe : Omar AZIKI Attac Cadtm Maroc

Débat général et échanges
10h-10h30 Pause café
11h-12h 1. La relance du mouvement altermondialiste au Nord et au Sud. Quels défis à relever ? Comment passer à l’action ? Comment agir sur le plan politique ? : Claude Quemar CADTM France

2. L’audit citoyen de la dette : pourquoi et comment ? Exemples de cas d’audit réalisé, forces et faiblesses : Eric Toussaint et Broulaye Bagayoko CAD-Mali et SP CADTM Afrique

3. Politique de protection sociale au Sud : mythe ou réalité ? Quelles alternatives ? : Samantha Hargreaves Womin Afrique du Sud

Débat général et échanges
12h-13h Pause et Repas de midi/Conférence à l’Unikin
13h-14h Évaluation de la 3e édition de l’Université par les participants sur base d’une fiche préalablement établie : Broulaye Bagayoko CAD-Mali et SP CADTM Afrique
14h-14h30 Rédaction de la déclaration finale  : Comité organisation et rapporteurs
14h30-15h30 Conférence de Presse : NAD-UNIKIN et CADTM
16h FIN DES TRAVAUX DE LA 3e ÉDITION DE L’UNIVERSITÉ DU RÉSEAU CADTM AFRIQUE


Contact du Comité organisateur :

  • Tél : +243 810 696 668 - +243 891 015 440 - +243814 944 470
  • E-mail : nad.univkin [at] gmail.com

À venir

  • 30/11
    Genève, Suisse

    Manifestation pour la levée de la propriété intellectuelle sur les vaccins, tests & traitements anti-covid maintenant !

  • 30/11
    Geneva, Switzerland

    Demonstration Lif Intellectual Property on Anti-Covid Vaccines, Tests & Treatments, Now!