Rapport du séminaire préparatoire à Milan

25 septembre 2012


Pendant la rencontre internationale de préparation de Firenze 10+10, s’étant tenue du 14 au 16 septembre à Milan, 120 représentants de mouvements, de syndicats, de réseaux et de campagnes européens après un grand débat participé (voir : www.vimeo.com/firenze1010 et www.wsftv.net) ont réussi à définir les lignes fondamentales de la structure, du modèle et de la méthodologie de Firenze10+10.

Les 5 piliers et l’interconnexion
5 domaines de travail (ou “piliers”) ont été définis. Dans ces domaines il sera possible de développer un premier niveau de convergences vers l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
. Un sixième pilier s’y ajoutera : un groupe transversal d’interconnexion ouvert à tous, qui essaiera de trouver une proposition commune d’action à court terme et une proposition de stratégie à long terme (à présenter en conclusion des journées de Florence).
Dans les semaines à venir, les 5 piliers seront organisés par une liste de distribution (mailing list) et une section y faisant référence sur le site.

Ces piliers sont :

1) La démocratie en Europe
Construction d’un « processus constituant » démocratique d’en bas et d’un développement d’un pacte et d’une assemblée européenne des citoyens et des citoyennes ; la reconstruction des institutions européennes en dehors des traités actuels non-démocratiques ; les migrants et la citoyenneté européenne de résidence ; la barrière démocratique contre l’extrême-droite, le néofascisme et le racisme ; la reconstruction de la solidarité sociale.

2) Finance - dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
- austérité 
 
« Tribunal de la dette », audit de la dette ; campagnes contre les politiques d’austérité et le traité budgétaire ; taxe sur les transactions financières ; etc. 

3) Le travail et les droits sociaux  
Le travail et les droits sociaux à l’époque de la globalisation Globalisation (voir aussi Mondialisation) (extrait de Chesnais, 1997a)

Origine et sens de ce terme anglo-saxon. En anglais, le mot « global » se réfère aussi bien à des phénomènes intéressant la (ou les) société(s) humaine(s) au niveau du globe comme tel (c’est le cas de l’expression global warming désignant l’effet de serre) qu’à des processus dont le propre est d’être « global » uniquement dans la perspective stratégique d’un « agent économique » ou d’un « acteur social » précis. En l’occurrence, le terme « globalisation » est né dans les Business Schools américaines et a revêtu le second sens. Il se réfère aux paramètres pertinents de l’action stratégique du très grand groupe industriel. Il en va de même dans la sphère financière. A la capacité stratégique du grand groupe d’adopter une approche et conduite « globales » portant sur les marchés à demande solvable, ses sources d’approvisionnement, les stratégies des principaux rivaux oligopolistiques, font pièce ici les opérations effectuées par les investisseurs financiers, ainsi que la composition de leurs portefeuilles. C’est en raison du sens que le terme global a pour le grand groupe industriel ou le grand investisseur financier que le terme « mondialisation du capital » plutôt que « mondialisation de l’économie » m’a toujours paru - indépendamment de la filiation théorique française de l’internationalisation dont je reconnais toujours l’héritage - la traduction la plus fidèle du terme anglo-saxon. C’est l’équivalence la plus proche de l’expression « globalisation » dans la seule acceptation tant soit peu scientifique que ce terme peut avoir.
Dans un débat public, le patron d’un des plus grands groupes européens a expliqué en substance que la « globalisation » représentait « la liberté pour son groupe de s’implanter où il le veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possible en matière de droit du travail et de conventions sociales »
néo-libériste et de l’austérité ; développement social durable ; pacte social ; revenus adéquats (salaires, protection sociale) etc.

4) Biens communs environnementaux et sociaux + services publics  
Entre autres la terre, la nourriture, l’eau, l’énergie, le climat et l’agenda après-Rio ; la défense des territoires contre les grands projets inutiles imposés ; les biens communs sociaux et la défense et la réinvention des services publics.

5) L’Europe dans la Méditerranée et dans le monde
Paix et soutien aux luttes pour les droits et la démocratie ; Guerre / paix et justice sociale ; la coopération internationale et la solidarité, le commerce équitable ; la dénucléarisation de la Méditerranée ; le contrôle du commerce des armes ; les révolutions arabes ; arrêter les occupations ; relations entre les différentes cultures et identités (construction d’un pont vers le Forum social mondial 2013 en Tunisie et vers le FSM-Palestine libre au Brésil).

La dimension de genre est transversale à tous les piliers.

La construction du programme
Chaque “pilier” choisira 3 facilitateurs (à choisir parmi les réseaux qui présentent des activités auto-organisées) et un facilitateur du comité promoteur, accompagné si possible par un ou plusieurs facilitateurs linguistiques du réseau des traducteurs bénévoles Babels. Le rôle des facilitateurs est d’aider la discussion et la prise de décisions dans les groupes, ainsi que de promouvoir le développement des acteurs sociaux y participant.

Chaque groupe de travail est naturellement libre d’augmenter le nombre des aspects qui composent et constituent chaque pilier. 
Les activités et les initiatives auto-organisées par les mouvements, les syndicats, les réseaux et les campagnes dans Firenze 10+10 seront inclus dans un des 5 piliers, et inscrites automatiquement dans la mailing list correspondante.

Propositions d’activités et d’actions communes  
Les activités (séminaires, assemblées, open space) doivent être présentées par 3 organisations et réseaux différents, au moins, si possible provenant de différents pays, afin de favoriser, dès la phase préparatoire, la construction d’alliances, et d’éviter la profusion et la dispersion d’initiatives et d’ateliers sans lien les uns avec les autres.
Les propositions pour l’action commune seront insérées sur le site internet et discutées au sein de la liste d’interconnexion.
Au delà des initiatives auto-organisées, des mouvements de convergence, du moment de présence à l’extérieur, dans la rue, et des différentes initiatives culturelles, des salles seront mises à disposition de chaque pilier, où l’on pourra échanger des documents et du matériel d’information, afin de rendre visibles les campagnes et les actions, etc.

Les journées de Florence
La structure de Firenze 10+10 sera définie ainsi :
-  jeudi 8 novembre : le matin, accueil des participants et session d’ouverture ; déjeuner et convivialité ; l’après-midi, activités auto-organisées ; fin d’après-midi, espace de convergence des 5 piliers ; le soir, activités culturelles et animations.
- vendredi 9 : le matin, activités auto-organisées ; déjeuner et convivialité ; l’après-midi, activités auto-organisées ; fin d’après-midi, espace de convergence pour la proposition d’action et de stratégie communes ; le soir, activités culturelles et animations ;
- samedi 10 : le matin et éventuellement début d’après-midi, présentation du travail et des propositions d’action des piliers (à suivre, selon les thématiques ou à travers un moment unique à définir selon une méthodologie innovante) ; fin d’après-midi Firenze 10+10 « dans la rue » (modalités à définir) ; le soir, fête dans la rue.
- dimanche 11 : matinée finale et clôture des travaux (modalités à définir). Après-midi : éventuelle rencontre Alter Summit et réseau vers le FSM.

Au cours de la rencontre de Milan, deux propositions d’action commune ont été lancées et présentées, même si les dates, la forme et les modalités doivent encore être définies : à court terme, une manifestation paneuropéenne (début 2013), à moyen et long terme, l’Alter Summit (processus à lancer dés novembre 2012, avec des étapes ò toutes le mobilisations y compris lors de Summet de Bruxelles de Mars 2013, et un point culminant vers mai/juin, probablement à Athènes). Au cours des semaines à venir, le débat concernant ces propositions et sur leur connexion avec des initiatives telles que le FSM en Tunisie continuera au sein de la liste d’interconnexion.

Délais
Les délais suivants ont été définis concernant la phase préparatoire :
1) 20 septembre – ouverture des mailing list concernant les 5 piliers + mailing list d’interconnexion pour l’action ;
2) 24 septembre – ouverture de l’inscription des participants et organisation des propositions des activités et des actions communes
3) 20 octobre – clôture des inscriptions
4) 31 octobre – mise au point définitive du programme

Budget et frais de participation  
Firenze 10+10 est un évènement autofinancé et auto-organisé ; c’est pourquoi la participation financière des participants (individus et organisations) est essentielle, afin de rendre possible sa réalisation, et afin qu’il appartienne à tous ceux qui contribuent à le créer. Les frais de participation suggérés correspondent à 20 euro par personne, mais bien évidemment, ceux et celles qui n’en auront pas les moyens pourront contribuer à l’évènement de la façon qu’ils ou elles préfèrent, tandis que ceux et celles qui peuvent contribuer avec un montant de frais de participation plus élevé sont prié-e-s de le faire.
Les organisations, les groupes et les réseaux sont invités à verser des frais de participation d’au moins 50 euro, en plus du montant versé par leurs adhérents.
Sur le site, à partir du 24 septembre, vous pourrez payer en ligne au moment de l’enregistrement. Ceci est à faire avant l’évènement de Florence, c’est important.
Pour ceux qui proposent des activités, le coût des salles sera indiqué sur le site.
Le budget et le montant des contributions aux frais mis à jour seront également rendus visibles sur le site.

Fonds de solidarité  
Les organisations et les réseaux s’activeront directement pour aider les personnes nécessitant d’un fonds de solidarité, qui leur permette de participer à Firenze 10+10. Le comité promoteur a l’intention de faciliter immédiatement cette mise en relation, et s’engage en outre à activer les modalités nécessaires à favoriser la participation des pays d’Europe de l’est et du sud, y compris par une recherche de fonds.

Source : Firenze 10+10




Traduction(s)