Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde
CADTM

Nous soutenir

Vous consultez régulièrement notre site ? Vous trouvez qu’il est bien conçu et qu’il vous apporte des éléments pour comprendre la dette Dette - Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.

- Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.

- Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, les institutions financières internationales, la mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La " mondialisation de l’économie " (Adda, 1996) ou, plus précisément la " mondialisation du capital " (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font " système ". Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de " régime d’accumulation mondial à dominante financière ".

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est "extérieur" au "marché". Le triomphe actuel du "marché" n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des "trente glorieuses" (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la "révolution conservatrice" de la fin de la décennie 1970.
 ? Vous appréciez aussi d’y trouver des informations sur les luttes et les alternatives trop rarement traitées par les médias dominants ?

Nous vous demandons alors de faire un don au CADTM. En effet, le site est le reflet d’une activité intense sur le terrain et cela implique des dépenses.







Pourquoi un appel aux dons sur notre site

Le CADTM Belgique reçoit depuis plusieurs années des subventions de bailleurs de fonds publics comme la Coopération belge et le département de l’Education Permanente de la Communauté française de Belgique. Mais ces subventions sont loin de suffire à la diversification de nos activités, à la multiplication de demandes de formation, d’animations, d’expertises diverses, à l’extension aux quatre coins de la planète du réseau CADTM.

Un exemple de la reconnaissance de notre travail : Jean Ziegler, ex-rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation mentionne le CADTM de manière très élogieuse dans son ouvrage « l’Empire de la honte » : « Le CADTM s’est imposé comme un véritable contre-pouvoir face aux institutions issues des accords de Bretton Woods et du Club de Paris Club de Paris Créé en 1956, il s’agit du groupement d’Etats créanciers spécialisés dans la normalisation des défauts de paiement des PED. Depuis sa création, la présidence est traditionnellement assurée par un Français - en 2003, c’est le directeur du Trésor français, Jean-Pierre Jouyet, qui en assure la présidence. Les États membres du Club de Paris ont rééchelonné la dette de près de 80 pays en développement. Les membres du Club de Paris détiennent près de 30% du stock de la dette du Tiers Monde.
Les liens entre le Club de Paris et le FMI sont extrêmement étroits ; ils se matérialisent par le statut d’observateur dont jouit le FMI dans les réunions - confidentielles - du Club de Paris. Le FMI joue un rôle clé dans la stratégie de la dette mise en œuvre par le Club de Paris qui s’en remet à son expertise et son jugement macro-économiques pour mettre en pratique l’un des principes essentiels du Club de Paris : la conditionnalité. Réciproquement, l’action du Club de Paris préserve le statut de créancier privilégié du FMI et la conduite de ses stratégies d’ajustement dans les pays en voie de développement.
Site web : http://www.clubdeparis.org
. Eric Toussaint et son équipe de chercheurs font preuve d’un talent pédagogique considérable
 ».

Les dons que vous nous offrirez augmentent la qualité de notre intervention, renforcent, d’une part, notre crédibilité et, d’autre part, notre indépendance d’action par rapport aux bailleurs de fonds. C’est très important car nous pouvons ainsi remplir nos obligations Obligations Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse. contractuelles avec les bailleurs de fonds et réaliser des initiatives militantes relevant des choix du CADTM.

Pour faire un don, utilisez votre carte de crédit Master Card ou Visa ou le système de paiement en ligne PAYPAL, qui présentent les garanties Garanties Acte procurant à un créancier une sûreté en complément de l’engagement du débiteur. On distingue les garanties réelles (droit de rétention, nantissement, gage, hypothèque, privilège) et les garanties personnelles (cautionnement, aval, lettre d’intention, garantie autonome). de sécurité requises.

DEDUCTIBILITE FISCALE pour les personnes soumises à l’impôt des personnes physiques en Belgique.

Nous avons obtenu de pouvoir mettre en application la déductibilité fiscale pour les personnes qui réalisent un don d’au moins 40 euros (depuis 2011) durant l’année.
Faites votre don (le plus élevé possible) et nous vous enverrons automatiquement en juin de l’année suivante une attestation pour le montant correspondant.


^
Copyleft copyleft | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Site hébergé par Domaine public | sous logiciel libre SPIP | navigateur