Appel

Maroc : Pour la suspension du paiement des microcrédits pour une période de 6 mois renouvelable avec exonération de tous les intérêts

30 mars par ATTAC/CADTM Maroc


Le pays a pris les mesures annoncées par le Comité de vigilance économique face aux répercussions de la pandémie du virus Corona. Cependant, ces mesures n’ont pas encore inclus les victimes de microcrédit. Le groupe professionnel des banques marocaines a annoncé que ceux qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie de Coronavirus (salariés, professionnels et les petites entreprises) bénéficieraient de la procédure de report de remboursement de leur dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. Les personnes concernées peuvent, sur une demande à leurs établissements bancaires, cesser de payer les mensualités de leurs prêts sur une période de trois mois jusqu’au 30 juin 2020, renouvelable une fois pour une période similaire. Cette mesure concerne les crédits immobiliers et les crédits à la consommation, à condition que la garantie de la Caisse Centrale de Garantie et la couverture d’assurance vie et incapacité soient prolongées pour la même période.

Les « clients » des institutions de microcrédit, soit environ 900 000 personnes, dont la moitié de femmes, sont principalement constitués des classes populaires et des salarié.e.s à faible revenu. Ils empruntent avec des taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5millions de dollars, donc en tout 15millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
supérieurs à 30 % et sont exposés aux menaces des institutions de microfinance quand ils rencontrent des difficultés de remboursement du fait de l’instabilité de leurs conditions professionnelles et de vie et de la régression de leur revenu voire de son interruption.

Les répercussions de la pandémie du virus Corona aggraveront la crise des microprojets et de l’agriculture de subsistance, et leur faillite s’étendra. Les conditions sociales et psychologiques des victimes de microcrédit vont se détériorer en raison de la perte de leurs emplois et de leurs moyens de subsistance. Leurs dépenses vont augmenter pour se prémunir contre la propagation de l’épidémie eu égard au système de santé public démantelé par des décennies de politiques libérales en faveur du secteur privé. Le confinement impose également l’acquisition de produits de consommation de base dont le prix augmente suite à la libéralisation des prix et à la réduction du budget de la caisse de compensation et de l’importation de la plupart des denrées alimentaires, à quoi s’ajoute les factures de l’eau et d’électricité, le loyers, l’éducation des enfants, etc.

Les victimes souffrent des pressions des institutions de microcrédit qui imposent des conditions préjudiciables incluses dans des contrats dont les victimes ne lisent pas les conditions et signent sous la contrainte. Ces institutions ont accumulé d’énormes profits ces dernières années tirés des poches des emprunteurs et emprunteuses.

Il est temps d’arrêter cette cupidité. La protection nécessaire contre la propagation du virus Corona et la crise qui en résulte imposent l’urgence d’arrêter le remboursement du microcrédit.

Ainsi, l’Association ATTAC CADTM Maroc appelle à :

  • l’Arrêt de paiement des mensualités de microcrédit pour une période de six mois, renouvelable, avec exonération de tous les intérêts.
  • Allocation d’une indemnité, au moins égale au salaire minimum, au profit des victimes de microcrédit dont les projets ont fait faillite ou qui ont perdu leur emploi.

Elle appelle également les victimes du microcrédit à se mobiliser pour :

  • Mettre en œuvre les mesures de la suspension du remboursement du microcrédit et de l’exonération des intérêts
  • S’organiser au sein d’une association nationale pour défendre collectivement leurs revendications contre les pratiques arbitraires des institutions de microcrédit.
  • Recueillir des signatures, et même soumettre une pétition au gouvernement conformément à la loi organique n° 44-14, afin de décréter une suspension du remboursement des dettes de microcrédit.
  • Atteindre un demi-million de signatures et se mobiliser pour réaliser cet objectif.
  • Collecter les signatures par voie électronique en raison des nécessités de la quarantaine.

L’association ATTAC CADTM Maroc :

  • Se met à la disposition de toutes les victimes du microcrédit pour suivre ces démarches afin de gagner la bataille de l’arrêt du paiement des mensualités pour une durée de 6 mois avec exonération de tous les intérêts.
  • Appelle toutes les organisations de lutte à se solidariser et à se tenir aux côtés des emprunteurs et emprunteuses des institutions de microfinance, et à soutenir la revendication de suspension du remboursement des prêts et de l’exonération des intérêts afin de réduire le fardeau des conséquences découlant de la nécessité du confinement.
  • Souligne la nécessité de prendre toutes les mesures de prévention contre l’épidémie de coronavirus.

Pour contacter l’association, veuillez utiliser les liens ou numéros suivants :

Secrétariat National


La version en arabe sur le lien : https://bit.ly/3aw6Vdl



ATTAC/CADTM Maroc

membre du réseau CADTM, l’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne.
www.attacmaroc.org
http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc
Email : attac.cadtm.maroc chez gmail.com
Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39

Traduction(s)