Communiqué de presse

Le CADTM se réjouit de l’expulsion du représentant de la Banque mondiale en Équateur et encourage les autres pays à suivre cet exemple

27 avril 2007


Le président équatorien Rafael Correa vient d’annoncer l’expulsion du représentant permanent de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
en Équateur, Eduardo Somensatto, montrant ainsi son refus d’appliquer les remèdes frelatés de la Banque mondiale et des grandes puissances qui la dirigent.

Selon le Ministère des Affaires étrangères équatorien, le président Correa « a décidé de déclarer M. Somensatto, persona non grata, conformément à l’article 9 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques et en a averti immédiatement la banque concernée ». Pour le CADTM, il s’agit là d’un beau pavé jeté dans la mare néolibérale, et ce de manière parfaitement justifiée puisque les mesures d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
imposées par la Banque mondiale, le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et les dirigeants des pays riches vont à l’encontre d’un principe non négociable : la pleine souveraineté politique et économique d’un pays en développement.

Rappelons qu’en 2000, l’Équateur avait abandonné sa monnaie, le « sucre », pour adopter le dollar des États-Unis, subissant totalement la politique monétaire décidée par Washington.

Par ailleurs, en juillet 2005, le gouvernement équatorien, dont Rafael Correa était ministre de l’Économie, avait décidé de réformer l’utilisation des ressources pétrolières : au lieu de servir au remboursement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, une partie devait servir aux dépenses sociales, notamment pour les populations indiennes. En représailles, la Banque mondiale avait alors bloqué un prêt de 100 millions de dollars promis à l’Équateur. A l’époque, les pressions de Washington avaient eu raison de Rafael Correa qui avait dû démissionner. Il s’était estimé offensé par la Banque mondiale, déclarant que « personne n’avait le droit de punir un pays s’il changeait ses lois ».

Élu président en novembre 2006, Rafael Correa s’applique aujourd’hui à rendre au peuple équatorien le contrôle sur ses richesses naturelles et à prendre réellement en compte les intérêts et les aspirations populaires. Le 15 avril dernier, environ 80% des électeurs se sont prononcés par référendum en faveur de la création d’une assemblée constituante chargée de renforcer les pouvoirs de l’État sur l’économie, spécialement dans les secteurs pétroliers, gaziers et financiers.

Alors que l’Équateur est écrasé par une dette extérieure publique de 10,5 milliards de dollars, Rafael Correa vient de décider que la part du budget dédiée au remboursement de cette dette passera de 38% en 2006 à 11,8 % en 2010. Au contraire, la part dédiée à l’investissement humain passera de 22% à 38,4% et celle liée à l’investissement productif de 6,4% à 11%.

Le CADTM se réjouit de ces mesures qui vont dans le sens d’une logique économique radicalement différente de l’idéologie néolibérale en place actuellement, qui sert les intérêts des créanciers mais pénalisent lourdement les populations pauvres.

Pour le CADTM, cette attitude de fermeté du président équatorien mériterait d’être suivie par les dirigeants des autres pays en développement, qui pourraient alors constituer un front uni afin de stopper le remboursement de la dette extérieure, de conduire un audit de cette dette afin d’en démontrer le caractère odieux, de quitter le FMI et la Banque mondiale et de pratiquer enfin une politique axée sur la garantie des droits humains fondamentaux.