La face cachée des institutions internationales

5 mai 2006 par Eric Berr


Qu’elle est la différence entre un haut fonctionnaire du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et un « assassin financier » ? Deux ouvrages récents nous permettent d’affirmer qu’il n’y en a aucune et nous aident à mieux comprendre le rôle joué par les institutions financières internationales dans le processus de développement. Le premier, Enemigos. Confessions d’un homme clé du FMI, est le fruit d’une longue correspondance entre un journaliste argentin, Ernesto Tenembaum [1], et un haut fonctionnaire du FMI, Claudio Loser, argentin lui-même et qui dirigea pendant huit ans le Département de l’hémisphère occidental du FMI et fût de ce fait en première ligne dans la gestion des crises financières ayant touché l’Amérique latine entre 1994 et 2002. Le second, Les confessions d’un assassin financier, est l’œuvre de John Perkins [2] qui, pendant de nombreuses années, a rempli cette fonction d’assassin financier consistant à endetter les pays en développement de façon disproportionnée afin de les asservir, de les inféoder à « l’empire global » voulu et dirigé par les États-Unis.

Dans le premier cas, nous nous trouvons face à un haut fonctionnaire du FMI, « (...) convaincu de la validité des principes économiques [libéraux], qui vont bien au-delà de l’idéologie. Ils sont (...) comme la loi de la gravitation universelle » (Tenembaum, p.267). Fort de ses certitudes, il considère le FMI comme un simple « organisme de prêt » (p.248) qui n’est en aucun cas responsable de l’endettement des pays en développement (p.214). Il est convaincu qu’en cas de crise financière, les prêts du FMI permettent « à un pays de gagner du temps et d’éviter les fuites massives de capitaux, parce que les investisseurs savent qu’il y a de l’argent pour que le pays honore ses obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
, au moins pendant un certain temps
 » (p.87) alors que les faits se sont pourtant chargés de montrer le contraire [3]. Dans le cadre de l’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
, il considère que « techniquement, les baisses de salaire ont un sens » (p.83). On voit ici toute l’arrogance et l’enfermement idéologique qui amènent de brillants esprits à complètement occulter le fait que les politiques décidées peuvent avoir de graves conséquences sur les êtres humains qui les subissent. Cet aveuglement fait qu’on « portait trop d’attention au dogme et pas suffisamment à la manière de procéder. Du moment que les critères idéologiques étaient respectés, plus personne ne se souciait de l’application concrète de ces mesures » (p.57).

Pourtant, poussé dans ses retranchements, Loser concède que le FMI a tendance à minimiser les problèmes (p.44) et les conséquences sociales des mesures qu’il préconisait (p.80), que « le chômage ne constituait pas, en tant que tel, un problème. On imaginait que la croissance allait, à elle seule, pouvoir améliorer tous les secteurs de la société » (p.63), ce qui apparaît rétrospectivement comme un aveu d’échec des politiques inspirées par le consensus de Washington. Il admet que le FMI a pu faire preuve « d’arrogance » (p.81), ce qu’il explique par le fait que « la majeure partie du corps professionnel du FMI est composée d’économistes, une profession dont une très haute proportion s’estime détentrice de la vérité absolue » (p.31).

Mais, lorsque Loser affirme que « le remboursement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
n’est pas l’objectif principal d’un plan d’ajustement structurel. L’objectif est que l’État ne constitue plus une charge
 » (p.52), on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec le livre de Perkins, dans lequel Loser ressemble à cette deuxième génération d’assassins financiers, qui ne sont pas conscient de leur tâche ou qui refusent d’en voir le caractère inique et répugnant. Cet endoctrinement est d’autant plus facile à réaliser que le FMI est organisé, de l’aveu même de Loser, comme « l’ancien parti communiste (...), le Vatican et l’armée » (p.28).

Si Joseph Stiglitz, qui fût économiste en chef à la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
, avait déjà montré que les institutions financières internationales œuvraient au profit d’une minorité dominante [4], si Loser est malgré tout conscient que le FMI, dans bien des cas, s’est substitué à l’armée américaine afin de « stabiliser » certains pays (p.109-110), Perkins détaille la mécanique impérialiste contemporaine. « Dans leur quête d’un empire mondial, les multinationales, les banques et les gouvernements (dénommés collectivement « corporatocratie ») utilisent leur pouvoir financier et politique pour s’assurer que nos écoles, nos entreprises et nos médias soutiennent leur idée fallacieuse et son corollaire. Ils nous ont conduits au point où notre culture globale est devenue une machine monstrueuse qui requiert sans cesse davantage de carburant et d’entretien, tant et si bien qu’elle finira par consumer tout ce qui existe et qu’elle devra ensuite se dévorer elle-même » (Perkins, p.XVI). Le processus est déjà bien avancé et Perkins met en garde contre ses dérives. « Quand les hommes et les femmes se voient récompensés pour leur cupidité, celle-ci devient facilement un encouragement à la corruption. Quand la consommation vorace des ressources de la planète est associée à un statut proche de la sainteté, que nous enseignons à nos enfants à imiter des gens qui mènent une vie déséquilibrée et que nous considérons comme normal que de larges secteurs de la population soient asservis à une élite minoritaire, nous ne pouvons que nous attirer des ennuis » (p.XV). Ces ennuis sont déjà dénoncés depuis une trentaine d’années par les partisans d’un développement soutenable ou par ceux qui appellent à la décroissance. Pourtant, ce système inique continue de gagner du terrain. Perkins considère cependant que la corporatocratie n’est pas une conspiration, mais que ses membres partagent réellement les mêmes valeurs et les mêmes buts. D’ailleurs, « l’une des fonctions les plus importantes de cette coalition est de perpétuer, d’étendre sans cesse et de renforcer le système. La vie de ceux qui ont « réussi », ainsi que tout leur attirail - leurs maisons, leurs yachts et leurs jets personnels -, nous est présenté comme un modèle nous incitant à consommer sans interruption. On ne manque pas une occasion de nous convaincre qu’acheter des biens est un devoir civique, que le pillage de la planète est bon pour l’économie et qu’il sert donc nos intérêts. Des gens reçoivent un salaire scandaleux pour servir le système. S’ils échouent, des hommes de main moins gentils, les chacals, entrent en jeu. S’ils échouent également, les militaires prennent le relais » (p.XVI). Les exemples sont malheureusement nombreux de l’activité de ces chacals qui, dans l’ombre, orchestrent des renversements de chefs d’État résistant à la corporatocratie ou organisent leur élimination physique lors d’« accidents » [5].

Perkins résume très bien le rôle des assassins financiers, qui « constituent un groupe d’élite d’hommes et de femmes qui utilisent les organisations financières internationales pour créer les conditions permettant d’assujettir d’autres nations à la corporatocratie formée par nos plus grandes compagnies, notre gouvernement et nos banques. Comme leurs homologues de la Mafia, les assassins financiers accordent des faveurs. Lesquelles ? Des prêts pour développer des infrastructures : centrales électriques, autoroutes, ports, aéroports ou zones industrielles. Ces prêts sont octroyés à la condition suivante : ce sont des compagnies d’ingénierie et de construction américaines qui doivent réaliser tous ces projets. (...) Bien que l’argent retourne presque immédiatement aux compagnies membres de la corporatocratie (le créancier), le pays récipiendaire doit tout rembourser, capital et intérêts. Si l’assassin financier a bien travaillé, les prêts sont si élevés que le débiteur faillit à ses engagements au bout de quelques années. Alors, tout comme la Mafia, nous réclamons notre dû, sous l’une ou l’autre des formes suivantes : le contrôle des votes aux Nations unies, l’installation de bases militaires ou l’accès à de précieuses ressources comme le pétrole ou le canal de Panama. Évidemment, le débiteur nous doit encore de l’argent... et voilà donc un autre pays qui s’ajoute à notre empire global » (p.XX).

Dès lors, comment encore accorder une once de crédibilité à cette mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La « mondialisation de l’économie » (Adda, 1996) ou, plus précisément la « mondialisation du capital » (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font « système ». Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de « régime d’accumulation mondial à dominante financière ».

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est « extérieur » au « marché ». Le triomphe actuel du « marché » n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des « trente glorieuses » (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la « révolution conservatrice » de la fin de la décennie 1970.
heureuse que l’on nous vante à longueur de temps ? Comment ne pas être écœuré par le cynisme d’un Paul Wolfowitz, actuel président de la Banque mondiale et membre éminent de la corporatocratie, qui fait de la lutte contre la corruption son nouveau cheval de bataille ? Les résistances qu’il rencontre au sein même de l’institution qu’il dirige semblent montrer que la nouvelle génération d’assassins financiers a du mal à reconnaître sa véritable mission, qui consiste à intensifier l’exploitation des plus pauvres. Une preuve de plus à charge d’institutions internationales qui, sous couvert d’un indispensable multilatéralisme, servent en fait les intérêts d’une minorité de puissants si bien décrite par Perkins.



Notes

[1Ernesto Tenembaum (2005), Enemigos. Confessions d’un homme clé du FMI, édition Danger public.

[2John Perkins (2005), Les confessions d’un assassin financier. Révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis, édition alTerre.

[3Stiglitz note par exemple que « les milliards de dollars [que le FMI] fournit servent à maintenir les taux de change à des niveaux insoutenables pendant une courte période, au cours de laquelle les étrangers et les riches peuvent faire sortir leur argent du pays à des conditions plus favorables (grâce aux marchés des capitaux ouverts que le FMI a imposés). Pour chaque rouble, roupie, cruzeiro, les riches des pays obtiennent davantage de dollars tant que les taux de change sont soutenus. Et les milliards du FMI servent souvent aussi à rembourser les créanciers étrangers, même quand la dette était privée. Dans bien des cas, l’endettement privé se trouve, de facto, nationalisé » (Stiglitz, La grande désillusion, 2002, p.271).

[4« Le FMI a cessé de servir les intérêts de l’économie mondiale pour servir ceux de la finance mondiale. La libéralisation des marchés financiers n’a peut-être pas contribué à la stabilité économique mondiale, mais elle a bel et bien ouvert d’immenses marchés nouveaux à Wall Street (...). Si l’on envisage les mesures du FMI sous cet angle, on comprend mieux son insistance à faire rembourser les créanciers étrangers au lieu d’aider les entreprises nationales à ne pas sombrer » (Stiglitz, La grande désillusion, 2002, p.268-270).

[5Perkins détaille les expériences d’Omar Torrijos au Panama (qui s’est attiré la colère de puissants intérêts de Washington en obtenant le contrôle du canal de Panama et en s’opposant à la présence de bases militaires américaines sur son sol) et de Jaime Roldós en Équateur (qui a mené campagne contre les grandes compagnies pétrolières) qui ont payé de leur vie leur résistance à « l’empire global » en décédant lors de mystérieux accidents d’avion.