Italie : L’année du dragon

29 mars par Marco Bersani


Cérémonie d’investiture du nouveau gouvernement italien au Palazzo Chigi le 13 février 2021 (CC - Wikimedia)

Le gouvernement Draghi a pris ses fonctions dans un élan de soutien politique, institutionnel et médiatique, transversal et sans précédent. Entre la recherche spasmodique par chaque force politique du passage de son discours inaugural pour pouvoir le marquer comme le leur et la course à l’hagiographie des leaders d’opinion de toutes tendances, peu se sont aventurés à considérer ce que signifie et va déterminer l’avenir du pays, préférant se mettre en rang pour accomplir le « devoir d’unité », exigé, sans si et sans mais, par le nouveau Premier ministre.

 Est-ce que tout a changé ? Rien n’a changé ? Et surtout, pour qui ?

Essayons de faire émerger quelques réflexions sur la question.

Un premier élément de changement, qui a mûri pendant la pandémie mais est devenu central avec la nomination de Draghi, est le passage d’une phase rigidement libérale du modèle capitaliste à une phase où le capitalisme a besoin de politiques expansives.

La suspension des contraintes liées au pacte de stabilité et à l’équilibre budgétaire, ainsi que la fin de l’entrave à l’investissement public et aux dépenses déficitaires, doivent être interprétées dans ce sens.

Par conséquent, la phase néolibérale du capitalisme serait terminée et une saison néo-keynésienne aurait commencé, où l’austérité serait enterrée et où le problème ne serait que l’affectation des dépenses. Ceux et celles qui disent « attendons de juger, laissons-le travailler » auraient-ils raison ?

Ce n’est pas le cas. Nous sommes dans une phase fallacieuse, à tel point que le cadre néolibéral n’a été que suspendu et que le cadre avec lequel la phase de dépenses a commencé est souligné comme temporaire et placé dans un horizon de récupération future de la cage de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et de l’austérité.

Ceci est confirmé à la fois par les déclarations de Draghi sur le placement total dans cet horizon européen - ainsi considéré comme immuable - et par le fait que le feu vert aux ressources pour l’investissement s’accompagne d’allocations insuffisantes, d’une forte conditionnalité, d’un accent nouveau sur le problème de la dette publique et d’un rôle de l’État conçu uniquement comme un levier financier pour la relance des entreprises.

Pour le dire de manière métaphorique, si la pandémie a court-circuité le pilote automatique des marchés, Draghi est le pilote humain qui a pour tâche d’agir aujourd’hui pour rétablir le pilote automatique demain.

Cela ne signifie pas que tout est comme avant, car il est clair que nous entrons dans une phase différente : qu’il s’agisse de la finance italienne ou européenne, ordinaire ou additionnelle, résultat de transferts ou sous forme de prêts, avec plus ou moins de conditionnalité, une saison de dépenses et d’investissements a commencé, une période où les revendications sociales ne peuvent plus être rejetée au nom de « il y a la dette et le pacte de stabilité, il n’y a pas d’argent ».

 La question devient : en faire quoi ?

Les éloges enthousiastes ne manquent pas sur les termes utilisés par Draghi dans son discours inaugural : cohésion sociale, transition écologique, éducation, égalité des sexes, Italie du Sud, etc. Mais si l’on s’en tient aux faits concrets - la composition du gouvernement - la réalité devient plus claire.

Tout d’abord, il convient de noter que nous sommes en présence de deux gouvernements en un : d’une part, les ministres « techniques », choisis directement par Draghi et appelés à occuper tous les postes clés dans la gestion des fonds du plan de relance européen -baptisé « Next Generation EU » (économie, transition écologique, numérisation, infrastructure, éducation, université, justice), d’autre part, les ministres proposés par les partis, dans un fouillis qui va des restes du récent gouvernement Conte aux « parfois ils reviennent » de Brunetta, Carfagna, Gelmini.

Une sorte de répartition des rôles, dans lequel les choix de destination des fonds sont réservés à la technocratie (Plan de relance), tandis que la gestion des effets de ces derniers (travail, santé, services sociaux) est déléguée aux partis (Clan de relance ?).

Quel message ce gouvernement veut-il envoyer ? Que les choix seront objectifs parce qu’ils sont fondés sur la compétence et validés par le marché, alors que ce sera la tâche du « public » de gérer les conséquences sociales.

 Examinons brièvement quelques sujet clés

Travail

C’est là qu’intervient la « destruction créative », selon laquelle toutes les entreprises ne doivent pas être sauvées, mais seulement celles qui sont rentables et capables de rivaliser sur les marchés internationaux. Ce sera le marché et le système bancaire et financier (convenablement soutenu par des ressources et des garanties Garanties Acte procurant à un créancier une sûreté en complément de l’engagement du débiteur. On distingue les garanties réelles (droit de rétention, nantissement, gage, hypothèque, privilège) et les garanties personnelles (cautionnement, aval, lettre d’intention, garantie autonome). publiques) qui décideront qui sauver et qui jeter de la tour, car ils sont les seuls à avoir l’expertise nécessaire pour juger. Quant aux personnes qui perdront leur emploi dans ce processus, le plus que l’on puisse mettre en place sera des parcours qui intensifient leur employabilité (lire : l'obligation d’accepter n’importe quel emploi à n’importe quelle condition).


Transition écologique

Le nouveau gouvernement fait ressortir la création – très médiatique – du ministère de la Transition écologique. On pourrait s’attendre à une révolution, car il ne faut pas être un physicien pour savoir que « transition » signifie le passage d’un élément d’un état à un autre, un processus qui implique une transformation radicale. Sans cette approche transformative, l’ensemble se réduit à une simple adaptation/modernisation de l’existant.

Comme montrent clairement les personnages dans ce ministère et dans les autres (Cingolani à la transition écologique, Colao à l’innovation technologique, Giovannini aux infrastructures), aucune conversion écologique de la société n’est à l’ordre du jour, mais plutôt une modernisation avec une image plus « verte » et avec l’utilisation des technologies numériques dans la prédation actuelle de la nature. Un programme gouvernemental dans lequel, dans un sens obstiné et contraire à ce qui serait nécessaire, l’écologie sera mise au service de l’économie.


La justice sociale

Le discours de Draghi mentionne à plusieurs reprises l’« intolérabilité » de l’inégalité sociale, exacerbée par les effets de la pandémie, mais les lignes directrices d’une réforme fiscale, ainsi que grossièrement photocopiées par l’ultra-libéral Francesco Giavazzi, sont surréalistes, car elles visent à réduire la charge fiscale en s’appuyant sur une double action : l’abaissement du taux marginal maximum de l’impôt sur le revenu et le relèvement du seuil d’exemption (modèle danois). De nouvelles faveurs aux riches (encore ?), quelques aides aux très pauvres, dans un contexte de réduction générale des recettes fiscales dont dispose l’État.


Éducation et formation

Au-delà de l’accent mis sur l’importance des jeunes générations, de leur développement éducatif et culturel, la solution proposée s’inscrit dans le binôme numérisation-entreprise : modernisation et technologisation des parcours éducatifs, avec un lien direct entre les besoins de formation et les exigences des entreprises.


L’Italie du Sud

Dans une équipe gouvernementale qui compte 18 ministres du Nord (13 pour la seule Lombardie et la Vénétie) sur un total de 23, on sait clairement de quel côté de la balance le poids a été placé. Le Mezzogiorno, qui a été déclaré à plusieurs reprises comme une question centrale, est rejeté avec une analyse qui dit qu’il est obsolète est un euphémisme. Le seul engagement politique déclaré par le nouveau gouvernement est la lutte contre le crime organisé, comme si cela résumait à lui seul la question du Sud et comme s’il n’y avait pas des décennies que les cols blancs et le capital financier avaient remplacé, dans toute la péninsule, le rôle de la mafia.


Approche de genre

Ce n’est pas la reconnaissance du problème qui fait défaut, et même la critique d’une fausse égalité algorithmique, mais si la solution est recherchée dans l’« égalité des chances dans la compétition », c’est de n’avoir rien compris de décennies de regard féministe et d’esprit de féminisme sur la société, auquel la pandémie a dramatiquement donné raison.

Enfin et surtout, il convient de réfléchir à l’autre déni de la démocratie que représentent le gouvernement Draghi et la subordination du parlement, des partenaires sociaux et des institutions de tout ordre et de tout degré.

Une crise politique et institutionnelle qui dure depuis des décennies a atteint sa dernière étape : une transformation du « public » à tous les niveaux, de garant de l’intérêt général à facilitateur de la pénétration des intérêts privés au sein de la société, le partenariat dit public-privé, dans lequel le premier a tous les fardeaux et le second tous les honneurs (bénéfices).

Les signes d’une gestion encore plus autoritaire des conflits sociaux sont tous là, et ils nécessiteront plus qu’une attention particulière.

En fin de compte, ce que Draghi et l’assortiment d’intérêts variés qui le soutiennent ne parviennent toujours pas à comprendre, c’est la profondeur des lignes de faille ouvertes par la pandémie dans le récit dominant.

Dans le massacre de la vieille génération, dans l’auto-exclusion et la distanciation comme mode de relation, dans le précipice collectif vers la précarité, l’absurdité des théories fondées sur l’économie comme moteur du bien-être social, sur la prédation comme activité de relation à la nature, sur la concurrence comme dimension existentielle a été irréversiblement mise à nu.

Aujourd’hui, peut-être pour la première fois, il devient évident que le droit à la vie et à l’avenir exige la révolution des soins, la redistribution et la démocratie, au lieu du pouvoir des profits, de la centralisation et de l’oligarchie.

Le temps est venu pour les dizaines de milliers de personnes déjà actives dans de nouvelles pratiques de mettre collectivement en pratique la société alternative.

Il y a trop peu de temps pour être modéré.




Marco Bersani

Directeur municipal de services sociaux et conseiller psychopédagogique pour les coopératives sociales. Membre fondateur d’Attac Italia, il a été l’un des promoteurs du Forum italien des mouvements pour l’eau et de la campagne « Stop TTIP Italia ». Il est membre fondateur du CADTM Italia (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes) en Italie, et auteur de nombreux livres sur l’eau et les biens communs, la dette, l’industrie nucléaire, la dictature des marchés et la privatisation, tels que « Nucleare : se lo conosci lo eviti » (2009) ; « CatasTroika - le privatizzazioni che hanno ucciso la società » (2013).