France : Le mur des dettes… privées

12 janvier par Bernard Marx


Ce n’est pas sur une montagne de dettes publiques mais bel et bien sur un mur de dettes privées que l’économie risque de se fracasser.

Le débat sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique s’est enflammé avant Noël entre partisans et adversaires d’une annulation ou d’une monétisation systématique par la Banque Centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. . Même lorsque ces économistes étaient par ailleurs d’accord pour que l’État et la puissance publique investissent massivement et durablement dans une reconstruction écologique et sociale et pour ne pas réduire la dette tant que l’activité n’est pas fortement repartie. Le débat a repris en ce début d’année, par exemple ici, là, là ou encore ici. La parution prochaine d’un livre collectif d’Économistes atterrés sur la dette publique [1] sera l’occasion d’y revenir.

Ailleurs, le pilonnage sur le poids de la dette publique, ce « fardeau pour les générations futures » constitue toujours une préparation de terrain pour l’offensive à venir visant la mise en œuvre d’une nouvelle phase d’un capitalisme néolibéral aggravé. De ce point de vue, comme le souligne Mathieu Cocq, responsable du pôle économique de la CGT, l’année a commencé en fanfare avec en « tiercé gagnant », les ministres Dussopt, Borne, et Le Maire. Le premier dit que l’urgence c’est de poursuivre la baisse des impôts du capital et passe à l’acte sans attendre, avec 10 milliards de baisse non ciblée et sans contreparties des « impôts de production ».

Lire la suite de l’article sur le site de Regardshttp://www.regards.fr/economie/mad-marx/article/le-mur-des-dettes-privees




Notes

[1Eric Berr, Léo Charles, Arthur Jatteau , Jonathan Marie, Alban Pellegris : La Dette publique. Précis d’économie citoyenne. Seuil, janvier 2021.