Des raisons de la famine au Niger

9 août 2005 par François L’Écuyer

« Afrique esclavagisée, colonisée, martyrisée, dévalisée ! Ainsi donc, l’Afrique doit du fric ! » Sur la scène du Spectrum de Montréal, le militant reggaeman ivoirien Tiken Jah Fakoly rappelait à la foule qu’après toutes ces insultes globales, le peuple africain doit encore et toujours consacrer une grande partie de ses capitaux au service du remboursement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. Malgré l’ensemble des maux qui affligent le continent - et, surtout, le fait que cette dette a été, intérêts obligent, remboursée plus de trois fois déjà - l’Afrique doit du fric. Encore et encore.

C’est le cas du Niger, qui fait malheureusement les manchettes ces jours-ci en raison de l’importante famine qui y sévit. Les médias ont même souligné la « particularité » de celle-ci : contrairement à l’habitude, aucun conflit armé n’y est à l’origine. On ne peut même pas blâmer un despote autoritaire réprimant son peuple. Seule Dame Nature s’acharnerait sur les Nigériens.

Certes, l’invasion de millions de criquets pèlerins à l’été 2004 a terriblement affecté les récoltes. Celles-ci, en quantité insuffisante, ne permettront pas à la population nigérienne de traverser la période de soudure, soit celle séparant la fin des réserves céréalières et les prochaines récoltes. Avant même la présente famine, 4,2 millions de Nigériens souffraient de malnutrition chronique, sur une population de 11 millions d’habitants. Alors qu’on croirait la famine toucher les zones arides éloignées, force est d’admettre que l’actuelle flambée des prix des denrées touche la totalité du pays, y compris sa capitale, Niamey.

La seule explication « naturelle » est-elle suffisante ? Serait-ce donc aussi simple ? Même devant la dynamique cyclique des famines qui affectent le Niger à intervalles trop réguliers ?

Un État sans pouvoirs

L’invasion de criquets, qui a ravagé les récoltes l’année dernière, aurait facilement pu être contenue. Un simple épandage de produits insecticides aurait eu raison des millions de bestioles. Mais voilà, le gouvernement n’avait pas les avions nécessaires. La volonté a manqué aux bailleurs de fonds. Tel un saupoudrage de bonnes intentions sur la misère nigérienne, un pont aérien a été instauré en dernière instance, qui pourra ravitailler en céréales européennes et américaines un Niger affamé.

Le gouvernement nigérien, qui a eu l’humilité de reconnaître la crise alimentaire dès l’automne 2004 en appelant les donateurs à la rescousse, insiste toutefois pour que l’aide alimentaire soit vendue plutôt que donnée. À un prix dérisoire, certes, ou à crédit s’il le faut. Sans un sou, les paysans en sont venus à vendre leur bétail pour une bouchée de pain. Un collègue nigérien me confiait que les prix sont descendus à 500 FCFA ($1,25) par vache. Plutôt que les voir mourir de faim, les éleveurs revendent leurs troupeaux aux spéculateurs venus en grand nombre du Nigéria voisin.

L’État nigérien ne peut malheureusement répondre de lui-même à cette crise. Après vingt ans de politiques d’ajustement structurel Ajustement structurel Politique économique imposée par le FMI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts. et de nombreuses conditionnalités néolibérales, les services sociaux ne représentent plus qu 20% de son budget. Le service de remboursement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, même en ces temps difficile, totalise pour sa part 30% des dépenses nigériennes.

Allègement de la dette ?

Plusieurs annonces et accords qualifiés « d’historiques » ont marqué les dernières années en matière d’allègement de la dette des pays pauvres. Dernier en date, « l’effacement total » de la dette de 18 pays, accepté lors du sommet du G8 G8 Ce groupe correspond au G7 plus la Fédération de Russie qui, présente officieusement depuis 1995, y siège à part entière depuis juin 2002. en Écosse cette année. Pour être compris toutefois, cet accord doit être replacé dans le contexte de l’Initiative pour les pays pauvres très endettés PPTE
Pays pauvres très endettés
(En anglais : HIPC).
L’initiative PPTE, mise en place en 1996 et renforcée en septembre 1999, est destinée à alléger la dette des pays très pauvres et très endettés, avec le modeste objectif de la rendre juste soutenable.

Elle se déroule en 4 étapes particulièrement exigeantes et complexes.
Tout d’abord, le pays qui sollicite une aide au titre de cette initiative doit mener docilement, en général pendant 3 ans, des politiques économiques approuvées par le FMI et la Banque mondiale, sous forme de programmes d’ajustement. Il continue alors à recevoir l’aide classique de tous les bailleurs de fonds concernés. Pendant ce temps, il doit adopter un document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP), parfois juste sous une forme intérimaire, et avoir obtenu des résultats dans l’application de cette stratégie pendant au moins un an.

À la fin de ces 3 années, arrive le point de décision : le FMI analyse le caractère soutenable ou non de l’endettement du pays candidat. Si la valeur nette du ratio stock de la dette extérieure / exportations est supérieure à 150 % après application des mécanismes traditionnels d’allègement de la dette, le pays peut être déclaré éligible. Cependant, les pays à niveau d’exportations élevé (ratio exportations/PIB supérieur à 30 %) sont pénalisés par le choix de ce critère, et on privilégie alors leurs recettes budgétaires plutôt que leurs exportations. Donc si leur endettement est manifestement très élevé malgré un bon recouvrement de l’impôt (recettes budgétaires supérieures à 15 % du PIB, afin d’éviter tout laxisme dans ce domaine), l’objectif retenu est un ratio valeur nette du stock de la dette / recettes budgétaires supérieur à 250 %.
Troisième temps, si le pays est déclaré admissible, il bénéficie de premiers allègements de la part des États créanciers et des banques privées, et doit poursuivre avec les politiques agréées par le FMI et la Banque mondiale. La durée de cette période est déterminée par la mise en œuvre satisfaisante des réformes clés convenues au point de décision, dans un souci de maintien de la stabilité macroéconomique.

A l’issue, arrive le point d’achèvement. Le reste de allègement est alors fourni, pour permettre au pays de revenir à des critères de soutenabilité (exposés ci-dessus) jugés satisfaisants.
Le coût de cette initiative est estimé à 54 milliards de dollars, soit environ 2,6% de la dette extérieure du Tiers Monde.
Les PPTE sont au nombre de 42 seulement, dont 34 en Afrique subsaharienne, auxquels il convient d’ajouter le Honduras, le Nicaragua, la Bolivie, la Guyana, le Laos, le Vietnam et Myanmar.
Au 30 septembre 2003, 27 pays ont atteint le point de décision, et seulement 8 sont parvenus au point d’achèvement : l’Ouganda, la Bolivie, le Mozambique, la Tanzanie, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Mali et le Bénin.
(PPTE) |1|, mesure pilotée par la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
et le Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 187 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
suite à la crise de légitimité des plans d’ajustement structurel.

Malgré de mirobolantes promesses, l’initiative des PPTE s’est avéré être un échec cuisant, aux retombées désastreuses en termes de développement humain dans les 42 pays sélectionnés. En fait, ce plan ne prévoyait que l’allégement d’une partie de la dette, soit celle dépassant un « seuil » d’endettement jugé acceptable pour ces pays. La majorité de cette dette, soit celle en dessous du seuil déterminé par la Banque et le FMI, doit toujours être remboursée. C’est pour cette raison que le Niger a vu son service de remboursement de la dette augmenter de 16% en 2001, 24% en 2003, et de 15% en 2005. La dette totale du Niger s’élève maintenant à près de $ 3 milliards.

Tout comme l’initiative des PPTE, l’accord du G8 en Écosse sera « compensé » par une diminution égalitaire de l’aide publique versé à chaque pays. Et ce, lorsque les instances concernées par ce plan - la Banque mondiale, le FMI et la Banque africaine de développement (BAD) - auront entériné le plan d’allègement.

Un pays en otage

Un allègement vaut mieux que rien du tout, répondront certains. Malheureusement, l’humanisme des pays donateurs et des institutions financières internationales ne vient pas seul. Pour être éligible à toute forme d’allègement que ce soit, le Niger a dû et devra se plier à une série de « conditionnalités » qui rappellent trop les mesures économiques draconiennes contenues dans les plans d’ajustement structurel des années précédentes.

Ainsi, l’eau des principales villes du Niger a été privatisée, au profit de Vivendi notamment, qui multiplie les hausses de tarifs et les débranchements. Le groupe chinois ZTE s’est quant à lui approprier le secteur des télécommunications. Dans un pays où l’élevage représente la principale activité économique, même l’Office national vétérinaire a été privatisé. À l’aube de la famine, le président Mamadou Tanja a élevé à 19% la TVA, en plus de l’imposer aux denrées alimentaires, à l’eau potable et autres produits de première nécessité.

Les coupures drastiques dans les programmes sociaux se font de plus en plus sentir parmi la population, notamment au niveau des services de santé et d’éducation. Selon les modalités imposées par les pays donateurs et les institutions financières internationales, 75% du corps professoral fut envoyé en pré-retraite. D’ici 2010, ce taux atteindra 90%. Dans un pays où 92% des femmes et 77% des hommes sont analphabètes, les professeurs sont dorénavant remplacés par des « volontaires de l’éducation » : des jeunes sans formation, sans diplôme, qui gagnent le quart du salaire des professeurs réguliers et qui n’ont pas droit à la syndicalisation. Même restructuration du côté des soins de santé : pourquoi payer une infirmière ou un médecin alors que n’importe quel « volontaire de la santé » peut donner une piqûre ou mettre un pansement ? La dégradation des services de santé nigériens est un facteur majeur dans l’incapacité des autorités nigériennes à répondre aux troubles de santé provoqués par la famine actuelle.

Il est grand temps de redonner les pleins pouvoirs au Niger pour qu’il soit en mesure de contrer ses propres tragédies. En cancellant la totalité de sa dette, et en l’accompagnement de façon appropriée pour que le pays rencontrent les modestes Objectifs du Millénaire, peut-être pourrions-nous même briser le cycle continu des famines au Niger - naturelles en apparence, mais véritablement structurelles.


Source : Alternatives (www.alternatves.org), août 2005. Article publié sur Alternatives sous le titre « Le Niger doit du fric ».

Notes

|1| Voir le dossier « Initiative PPTE » : http://www.cadtm.org/fr.mot.php3?id....

Auteur

François L’Écuyer

CADTM

COMITE POUR L'ANNULATION DE LA DETTE DU TIERS MONDE

2 place De Bronckart
4000 - Liège- Belgique

00324 226 62 85
info@cadtm.org

FIL DE L'INFO

RECHERCHE

THÉMATIQUE