Argentine : Débats sur la dette publique

2 septembre par Julio C. Gambina


L’Argentine a reçu cette semaine des droits de tirage spéciaux (DTS) pour l’équivalent de 4,355 milliards de dollars, qui seront probablement utilisés pour rembourser les échéances de la dette en 2021, notamment 3,8 milliards de dollars auprès du FMI. Le reste sera utilisé pour annuler les échéances auprès du Club de Paris. L’Assemblée pour la Suspension des Paiements et l’Audit de la Dette, avec la participation populaire, a organisé diverses mobilisations dans différentes parties du pays, pour intervenir avec un avis critique sur le consensus pour la restructuration et le paiement.

Le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
émet des droits de tirage spéciaux, DTS, en réponse à la gravité de la situation économique mondiale. La première émission a été décidée en 1969 et s’est élevée à 9,3 milliards entre 1970 et 1972. Elle était associée au système monétaire mondial dominé par le dollar et sa relation avec l’or, tel qu’il était issu des accords de Bretton Woods en 1944. À la fin des années 1960, nous avons assisté à une période de limites à la grande expansion capitaliste qui a suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les « trente glorieuses », qui désignent la grande expansion de l’économie mondiale, s’étendant de 1945 à 1975. L’accord monétaire de l’après-guerre (1944) touchait à sa fin lorsque, en 1971, les États-Unis l’ont unilatéralement démantelé, rendant explicite la crise des années 60/70. Le DTS n’était plus libellé en dollars mais dans un panier de devises.

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, avec le néolibéralisme au Royaume-Uni et aux États-Unis, le FMI a émis entre 1979 et 1981 quelque 12,1 milliards de DTS pour venir en aide aux problèmes de balance des paiements Balance des transactions courantes
Balance des paiements
La balance des transactions courantes d’un pays ajoute à la balance des biens et services la balance des transferts unilatéraux, concernant des biens ou services importés ou exportés sans rétribution apparente : dons, subventions, envois d’argent à l’étranger par des travailleurs immigrés, etc. Le solde, appelé solde des paiements courants, traduit la position financière d’un pays par rapport au reste du monde.

Un pays disposant d’un excédent de ses paiements courants est un pays prêteur vis-à-vis du reste du monde. Inversement, si la balance d’un pays est déficitaire, ce pays devra se tourner vers les prêteurs internationaux afin d’emprunter pour ses besoins de financement. La balance des opérations en capital, dont le solde est l’opposé du solde des paiements courants, vient boucler la balance des paiements, qui est donc, par définition, équilibrée.
des pays membres. La crise mondiale de 2007/09 a nécessité deux nouvelles émissions, une émission spéciale de DTS 21,5 milliards et une autre de DTS 161,3 milliards. Avec l’émergence de la Chine sur la scène mondiale, le panier de devises de référence comprenait le yuan (10,92 %), rejoignant l’euro (30,93 %), le yen (8,33 %), la livre sterling (8,09 %) et la monnaie dominante, le dollar étasunien (41,73 %). Ainsi, les émissions ont totalisé un encours de 201,204 milliards de DTS, soit l’équivalent de 293 milliards de dollars. Chaque crise mondiale a considérablement augmenté l’émission de DTS pour soutenir l’ordre capitaliste. Il convient de rappeler que les DTS ne sont pas une monnaie mais un actif Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
échangeable contre les monnaies mondiales dans lesquelles les DTS sont exprimés. La profonde récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. mondiale de 2009 a décuplé les émissions du FMI.

En annonçant l’émission actuelle de 456 milliards de DTS, soit l’équivalent de 650 milliards de dollars, Kristalina Georgieva l’a qualifiée de « ...décision historique : la plus grande allocation de DTS de l’histoire du FMI et un coup de fouet pour l’économie mondiale au milieu d’une crise sans précédent ». Il convient de mentionner que près de la moitié de cette somme, soit quelque 300 milliards de dollars, va aux sept pays les plus développés, ce qui concentre l’aide financière du Fonds dans les pays hégémoniques du système mondial. Au-delà de la rhétorique de l’aide aux plus démunis, l’allocation fait référence aux quotas de chaque pays membre du FMI.

Dans le cas de l’Argentine, avec le crédit le plus important jamais accordé par le FMI, l’allocation représente moins de 1 % du total émis et sera destinée au recouvrement d’une dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
impayable, dans le cadre d’une négociation pour prolonger les échéances péremptoires d’un prêt odieux, illégitime et illégal assumé dans l’administration de 2018 (gouvernement de Mauricio Macri). Le pays utilisera les DTS pour annuler partiellement la dette et le FMI utilise une fois de plus les DTS pour intervenir dans la continuité d’une logique qui prétend de plus en plus résoudre les problèmes de production, de productivité et de rentabilité capitaliste en circulation.

La négociation

Parallèlement à cela, les négociations se poursuivent avec le FMI pour une reprise de dette de 2018/19 en DTS pour l’équivalent de 44 milliards de dollars, comme l’a rapporté le ministre de l’Économie au Congrès jeudi 26 août. Il s’agit du prêt le plus important accordé par le FMI dans son histoire et remis en question sous différents angles, étant une question qui n’est pas close et qui appelle une controverse juridique, politique et même éthique. Il faut considérer que les DTS ont une valeur supérieure à la monnaie américaine face aux dévaluations successives du dollar américain, il peut donc y avoir une sous-évaluation par les autorités locales par rapport à la dette envers le FMI.

Les négociations avec le FMI sont considérées et appréciées par les pouvoirs économiques et politiques comme une garantie d’investissements futurs, c’est pourquoi ils n’imaginent pas que les engagements envers l’organisation internationale, qui s’élèvent cette année à quelque 5,1 milliards de dollars en capital et intérêts, seront rompus. Parmi les questions débattues figure la responsabilité du niveau élevé d’endettement public de l’Argentine.

Le gouvernement met en avant la très forte croissance de la dette durant le gouvernement Macri (2015-2019) de 100 milliards de dollars, et l’opposition pointe du doigt l’endettement le plus élevé de la conjoncture, y compris la dette de la Banque centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. via les Bons de Liquidité Liquidité
Liquidités
Capitaux dont une économie ou une entreprise peut disposer à un instant T. Un manque de liquidités peut conduire une entreprise à la liquidation et une économie à la récession.
(LELIQ) et les passifs, qui atteignent environ 4 000 milliards de pesos. La réalité est que la dette augmente, comme l’a souligné le gouvernement lui-même dans sa présentation au Congrès, avec la nuance non négligeable que la dette sous le Macrisme a augmenté en devises étrangères (devises que l’Argentine n’émet pas) et qu’actuellement la croissance est principalement en monnaie nationale.

L’argument officiel est que la dette en devises conditionne et approfondit la dépendance et la perte de souveraineté, en plus de souligner l’urgence du coronavirus trois mois après le début du mandat du gouvernement et la nécessité de financer les dépenses sociales dérivées de la pandémie. L’un des graphiques présentés par le ministre de l’Économie au Congrès indique la tendance à la réduction de la dette de 2004 à 2011, pour ensuite croître à nouveau pendant le deuxième gouvernement de Fernández de Kirchner et s’accélérer dans les dernières années du gouvernement Macri et, par le biais du Covid, dans la première partie du gouvernement actuel d’Alberto Fernández. En effet, de 118,1 % de dette publique par rapport au PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
en 2004, la politique d’annulation de la dette, médiée par les swaps Swap
Swaps
Vient d’un mot anglais qui signifie « échange ». Un swap est donc un échange entre deux parties. Dans le domaine financier, il s’agit d’un échange de flux financiers : par exemple, j’échange un taux d’intérêt à court terme contre un taux à long terme moyennant une rémunération. Les swaps permettent de transférer certains risques afin de les sortir du bilan de la banque ou des autres sociétés financières qui les utilisent. Ces produits dérivés sont très utilisés dans le montage de produits dits structurés.
de 2005 et 2010, a ramené le ratio dette/PIB à un minimum de 38,9 % en 2010, pour ensuite augmenter sous différents gouvernements jusqu’à 88,8 % à la fin de l’administration de Macri (décembre 2019) et atteindre 101,50 % en juillet 2021, déjà sous l’administration actuelle du Frente de Todos (Front de tous).

La question est complexe au-delà du débat électoral et conditionne le présent et l’avenir de l’économie argentine. Il existe des responsabilités passées et présentes liées à une dette publique qui est une composante structurelle de l’ordre économique local du dernier demi-siècle. Le problème ne sera pas résolu si les politiques économiques qui vont au-delà du paiement ou du non-paiement de la dette ne sont pas abordées. Il est nécessaire de discuter de la structure économique et sociale de l’Argentine, de son modèle de production et de développement, ainsi que de son insertion internationale.




Julio C. Gambina

President de la Fundación de Investigaciones Sociales y Políticas, FISYP, Buenos Aires. www.juliogambina.blogspot.com
ATTAC-Argentina - CADTM AYNA

Autres articles en français de Julio C. Gambina (9)

Traduction(s)