Argentine : De 2021 à 2022

19 janvier par Julio C. Gambina


Le tournant de l’année appelle des bilans, des réflexions et des pronostics sur l’ordre social, culturel, politique et économique, pensés de manière intégrale, puisque, même en précisant l’angle de considération, chaque aspect de ce qui précède ne peut être isolé des autres.

La menace qui pèse sur la nature n’est pas sans rapport avec l’ordre économique et politique ou avec la culture consumériste dominante du régime capitaliste qui organise la société mondiale. À titre d’exemple, prenons la pandémie de coronavirus, qui est le résultat du mode d’exploitation et de pillage qui affecte l’humanité et l’ordre naturel, c’est-à-dire qui découle de la culture humaine contemporaine et des formes politiques qui définissent la gestion de la vie quotidienne, au-delà de toute contestation des gouvernements. Ce n’est pas différent si nous pensons en termes de « changement climatique » et de l’inefficacité des sommets mondiaux.

C’est pourquoi, à plusieurs reprises, nous avons fait allusion à la nécessité de penser en termes alternatifs à l’ordre actuel et, ce faisant, de se résoudre à construire une stratégie collective qui articule la diversité des demandes sociales exprimées par de multiples groupes sociaux et politiques.

Cette réalité nous amène à considérer de manière didactique deux niveaux d’analyse, qui sont d’ailleurs indissociables. L’une est structurelle, une critique du capitalisme et de l’organisation économique de la société. En d’autres termes, la critique de l’économie politique. L’autre est de nature conjoncturelle, basée sur la critique de la gestion du capitalisme et des propositions visant à résoudre les demandes sociales immédiates, qui, tout en satisfaisant les besoins urgents, sont orientées vers la résolution de la question fondamentale, structurelle.

C’est pourquoi notre prédication est toujours associée à la mise en relation de l’un avec l’autre. Il n’y a pas de solution anti-inflationniste sans toucher à l’ordre social, au régime de propriété hautement concentré des moyens de production ; il n’y a pas non plus de solution à la pauvreté sans toucher à la richesse et à sa source de génération : l’exploitation et le pillage des biens communs.

Alors comment équilibrer 2021 ? Il y a un an, on pensait en termes de postpandémie, quelque chose de très éloigné de la réalité, d’autant plus que le Covid-19 a creusé les inégalités, la misère humaine et accéléré les problèmes environnementaux au niveau mondial.

2021 signifiait croissance, mais inégale, avec la récupération du profit et non du revenu populaire, qu’il s’agisse des salaires, des pensions ou des plans sociaux. C’est un fait qui peut être vérifié dans tous les pays du monde. Les grands laboratoires pharmaceutiques et diverses transnationales ont profité de l’intervention de l’État, en émettant de l’argent et de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, pour subventionner les politiques publiques visant à rétablir l’ordre capitaliste. La spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
financière et l’économie du crime sont allées de pair, c’est pourquoi il n’est pas surprenant de voir l’augmentation de la dette mondiale, ou du budget militaire américain, à un moment où l’on réclame davantage de dépenses sociales.

Le retour de l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donnée. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. , dans une grande partie du monde, est une preuve d’inégalité, car des prix plus élevés, notamment pour les aliments et les carburants, signifient une amélioration de l’appropriation des revenus générés par la société par une minorité propriétaire en mesure d’imposer les prix. Il n’en va pas de même pour la majorité de la société qui vit de la vente de la force de travail, conditionnée également par une détérioration des formes d’organisation et de défense du revenu populaire, notamment du syndicalisme. Dans le cas de l’Argentine, le bilan comprend le facteur conditionnant de la dette extérieure publique, notamment auprès du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
. Entre septembre et décembre 2021, les deux premiers versements ont été effectués au FMI pour près de 3,8 milliards de dollars, qui auraient très bien pu être utilisés pour répondre aux exigences de la situation actuelle et pour faire face aux changements structurels, en réglant les problèmes d’emploi, d’alimentation, de santé, d’éducation, de logement, entre autres.

À quoi faut-il s’attendre ?

Elle dépendra des initiatives politiques de ceux qui cherchent à consolider l’ordre existant et de ceux qui cherchent de nouvelles orientations pour la société, dans la continuité des expériences historiques entreprises pour affronter l’ordre capitaliste. Il est clair que ce n’est pas facile, et les examens des expériences indiquent qu’il n’y a pas de synthèse et que la « répétition » continue d’être la voie à suivre, surtout dans les pays qui assument une perspective anticapitaliste. Dans le même sens, les pratiques socio-économiques d’autogestion et de coopération dans le capitalisme se confrontent consciemment à l’ordre et à la logique du capital, de la même manière que les articulations politiques s’expriment pour contester le sens social.

L’initiative du pouvoir est politique, culturelle, sociale et économique, promouvant des réformes réactionnaires, telles que les réformes du « travail » et de la « sécurité sociale », mais surtout contestant le consensus dans la société selon lequel il n’y a pas d’autre voie possible, où l’hégémonie de communication des médias hautement concentrés est la clé. La « culture » selon laquelle la gestion privée de la production de richesses est inévitable est associée à la maxime selon laquelle « sans investissement capitaliste privé, il n’y a pas de production de richesses, d’emploi ou de salaire ».

Nous dirons ad nauseam que le CAPITAL est du TRAVAIL accumulé et donc, ce qui crée la richesse, c’est le travail dans ses actions sur la nature, sur les biens communs.

A cette initiative idéologique et politique doit s’opposer une autre, en sens inverse, provenant des secteurs subalternes, exploités, pour des revendications immédiates et des changements profonds. Avec la conviction du travail comme créateur de richesse dans son action sur les biens communs, il importe de déployer toutes les luttes pour l’appropriation du surplus économique, tout en contestant le modèle productif et de développement, contre l’exploitation de la force de travail et le pillage des biens communs.

Par conséquent, la critique de l’ordre économique social, expression de la critique de l’économie politique, doit être associée à l’exacerbation de la lutte pour la défense des intérêts de la majorité affectée, contre la politique économique du pouvoir, pour des mesures de politique économique, de distribution des revenus et des richesses qui visent à résoudre les demandes immédiates et convergent en même temps avec les demandes profondes de changement social.

Ces initiatives de confrontation sont une manifestation de la lutte des classes de notre époque, qui est objective et transcende toute opinion particulière. Cela nécessite une plus grande articulation des différents mouvements et secteurs sociaux, politiques et culturels qui critiquent l’ordre actuel et qui, au fur et à mesure, construisent une idéologie collective sur l’avenir souhaité. Cet imaginaire s’inscrit dans l’histoire de la recherche du dépassement de l’ordre capitaliste et patriarcal.

Nous devrons continuer à étudier ce que nous a laissé la proposition esquissée dans les mois de la Commune de Paris ; dans les décennies de la révolution russe et de la dérive de l’URSS et du camp socialiste ; comme dans toutes les expériences au nom du socialisme, de la Chine au Vietnam et, surtout sur le continent, à Cuba, avec les caractérisations et les spécificités de chacune d’entre elles. Dans chaque pays, cette analyse est traitée dans la dynamique des diverses luttes, en défense de l’environnement et contre le modèle extractiviste de production et de développement pour l’exportation et la concentration ; des luttes pour l’égalité des sexes et la diversité, contre la discrimination et les multiples formes que prend le racisme.

Il vaut la peine, à ce carrefour d’années, entre 2021 et 2022, de réfléchir à l’histoire des imaginaires alternatifs, afin de définir l’absence d’une alternative politique ayant la capacité de transformer le sens commun, et de pouvoir avancer dans des changements profonds contre et au-delà du capitalisme.


Première publication en espagnol le 2 janvier 2022




Julio C. Gambina

President de la Fundación de Investigaciones Sociales y Políticas, FISYP, Buenos Aires. www.juliogambina.blogspot.com
ATTAC-Argentina - CADTM AYNA

Autres articles en français de Julio C. Gambina (12)

0 | 10